Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LDRG - 13 Mai: Journée nationale du REFUS et du REJET. A vos consciences citoyens!

Guinéennes et guinéens,

Mes très cher(e)s compatriotes,

Aujourd’hui, s’il y a une chose sur laquelle nous sommes tous unanimes et d’accords, c’est bel et bien le fait que notre pays la Guinée va toujours très mal. Ils étaient pourtant très nombreux tous ceux et toutes celles qui espéraient que la Guinée de « l’après transition » serait infiniment mieux que celle « d’avant la transition ».

  • Certains étaient convaincus qu’après la transition, la corruption disparaîtrait totalement de la vie publique guinéenne. Pourtant, non seulement la Guinée rafle désormais le titre de narco-État vu son intégration dans le trafique transcontinental de cocaïne, mais de plus, selon l’organisation Transparency International, la Guinée est aujourd’hui encore le pays le plus corrompu en Afrique de l’Ouest.
  • Certains aussi avaient cru qu’il en était fini avec les répressions militaires et l’impunité. Pourtant, non seulement l’insécurité est à son comble dans nos cités comme aux époques les plus sombres du règne du général Lansana Conté, mais de plus, la répression militaire est encore aujourd’hui la seule réponse du régime en place face aux réclamations légitimes des populations.
  • Certains encore avaient cru que, après la transition, il y aurait enfin une justice indépendante et équitable en Guinée. Allez demander à toutes ces familles dont les enfants ont été tués à bout portant et qui attendent encore aujourd’hui justice et réparation; allez demander à toutes ces familles dont les enfants croupissent en prison sans aucune accusation et sans aucun procès.
  • Certains avaient quant à eux cru qu’après la transition, ça allait être l’abondance et la prospérité pour tous. Pourtant, de mémoire de vivant, il n’y a jamais eu autant d’émeutes populaires provoquées par la rareté d’eau potable et d’électricité en Guinée que celles observées depuis la fin de la transition.
  • Certains avaient même cru qu’après la transition la Guinée serait enfin une démocratie inclusive et stable. Pourtant, sur le plan démocratique, il y a du monde qui regrette aujourd’hui le régime du général Lansana Conté. Non seulement nous sommes en face d’un système politique totalement incohérent où aucun acteur public n’a de comptes à rendre à personne, mais de plus, l’ethnocentrisme érigé en système d’exclusion et en arme politique alimente sans cesse la crise de confiance entre les différents acteurs politiques et entre nos différentes communautés ethniques.

Mes très cher(e)s compatriotes,

Que vous soyez du pouvoir en place, de l’opposition politique, ou que vous soyez tout simplement politiquement neutre comme nous au sein de la Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée (LDRG), quatre années après la transition, nous sommes tous dans l’obligation de reconnaître que la vie politique, sociale, démocratique et économique en Guinée est devenue totalement malsaine et paralysée. La Guinée n’est aujourd’hui gouvernée qu’au rythme des marchandages politiques et des médiations internationales. Voilà ce qu’il est advenu des grandes promesses de la transition politique et démocratique qui s’est clôturé en fin d’année 2010 en Guinée. Finalement, il s’avère que la Guinée « d’avant la transition » est de loin meilleure à celle « d’après la transition ». Ce sont les populations guinéennes qui le disent aujourd’hui de vive et haute voix à longueur de journée.

Guinéennes et guinéens,

Mes cher(e)s compatriotes,

Si ce tableau dont je viens de dépeindre est connu de nous tous, cependant, ce qu’on ne dit pas assez souvent aux populations guinéennes est que cette réalité désespérante et désolante ne nous est pas arrivée par hasard. Nous ne nous sommes pas réveillés un bon matin pour trouver que la corruption, l’ethnocentrisme et une grande crise politico-institutionnelle paralysant notre pays. Alors vraiment pas du tout. Non plus, quiconque vous dira que c’est le Président Alpha Condé qui est la seule cause de tous ces malheurs que nous vivons aujourd’hui en Guinée vous aura aussi sans aucun doute menti. Le Président Alpha Condé ne gouverne aujourd’hui que selon les lois que la classe politique guinéenne dans son ensemble lui a prescrites au cours de la période de transition. Donc, à l’heure où, dans une grande hypocrisie, les uns et les autres se rejettent la responsabilité de la situation socioéconomique catastrophique que traverse notre pays, il est bien de savoir situer la Vérité.

Guinéennes et guinéens,

Si je m’adresse à vous aujourd’hui, c’est justement pour d’abord rappeler encore une fois cette Vérité. La vérité est qu’ils sont tous responsables de la profonde crise politique et démocratique que traverse notre pays aujourd’hui. En effet, en pleine période de transition, ils étaient tellement obsédés par les élections et les luttes de pouvoir que, le 13 mai 2010, ils presseront un général d’armée arrivé au pouvoir suite à un coup d’État militaire à décréter contre nous, nous le peuple de Guinée, une constitution qui nous est totalement inconnue car elle fut rédigée à huit-clos par les acteurs politiques guinéens réunis au sein d’un Conseil National de la Transition dont aucun des membres ne tire sa légitimité du peuple de Guinée. Dicter et décréter contre un peuple opprimé depuis un demi-siècle des institutions et des lois dont ce peuple n’a jamais vu ni entendu, voilà la terrible trahison et la bêtise monumentale dont sont coupables aujourd’hui toute la classe politique guinéenne. De plus, il s’avère que ces institutions et ces lois dictées et décrétées contre nous sont des lois oppressives qui favorisent la division de notre nation et qui encouragent la corruption et les abus de pouvoir. Donc, n’allez pas chercher plus loin, quatre années après la transition, l’état de notre pays aujourd’hui n’est autre que la conséquence de cette trahison et de cette bêtise monumentale de la classe politique guinéenne. Quiconque parmi eux qui serait arrivé au pouvoir avec ces mêmes lois oppressives aurait gouverné comme est entrain de le faire aujourd’hui le Président Alpha Condé. C’est celle-là la Vérité, et elle mérite d’être connue de toutes les filles et de tous les fils de notre nation afin que chacun de nous connaisse la nature profonde des acteurs politiques guinéens, et qu’on sache en tirer toutes les leçons utiles pour l’AVENIR.

Guinéennes et guinéens,

Mes très cher(e)s compatriotes,

L’AVENIR, voilà ce à quoi nous devons désormais mobiliser toutes nos forces et toutes nos énergies. J’ai toujours été de ceux qui sont fermement convaincus qu’il n’existe pas de problème qui n’a pas sa propre solution. Croyez-vous vraiment aux manipulations des acteurs politiques qui font croire à nos pauvres populations que notre nation n’est pas capable de s’unir pour surmonter les multiples défis socioéconomiques auxquels nous sommes confrontés? Croyez-vous vraiment aux mensonges des acteurs politiques guinéens qui font croire à nos populations qu’il y a d’une part les « bons guinéens » et d’autre part les « mauvais guinéens »? Tout ceci n’est que du cynisme. En vérité, il n’y a ni de bons ni de mauvais guinéens! Il y a tout simplement des Guinéens qui n’arrivent pas à se comprendre sous l’épreuve d’une terrible souffrance exploitée par des individus haineux, égoïstes et très étroits d’esprit. Ceux-là même dont le cœur est trop étroits pour supporter de voire toutes nos formidables ethnies vivre en harmonie dans une Guinée forte, plurielle et en paix. Ceux-là même dont la haine de l’autre est plus forte que l’amour de notre nation. Ce sont ceux-là le problème de notre nation et de notre pays aujourd’hui. Ils sont présents dans tous les partis politiques guinéens. Ils sont du côté du pouvoir en place comme du côté de l’opposition politique. Ce sont eux les mauvaises graines de notre nation. Mais quelque soit ce que ces mauvaises graines représentent aujourd’hui, je vous dis en toute Vérité que la SOLUTION existe car je suis convaincu que notre nation compte encore suffisamment de bonnes graines.

Cette Solution qui sauvera notre nation, ce n’est pas celle que privilégient les acteurs politiques guinéens. Pour les acteurs politiques Guinéens, la solution c’est tout simplement la tenue des élections. Mais vous savez désormais comme moi qu’ils mentent car durant toute la période de transition ils racontaient la même histoire. Ils n’ont jamais cessé de raconter aux populations qu’il suffisait d’organiser des élections présidentielles, et qu’après tous les problèmes des Guinéens seront résolus. Alors nous avons organisés des élections présidentielles et nous avons rajoutés des élections législatives. Quels sont les résultats si ce n’est la division de notre nation et cette misère profonde qui frappe de plein fouet nos pauvres populations. Oui, mes cher(e)s compatriotes, la Solution pour notre nation et pour notre pays existe, mais elle est très loin des histoires que racontent les acteurs politiques guinéens.

Guinéennes et guinéens,

La véritable Solution pour notre nation, moi je la porte depuis les premières heures de la transition jusqu’au jour où je m’adresse à vous aujourd’hui. Pour cette Solution, j’ai consenti 39 rudes journées de jeûne, j’ai effectué 208 kilomètres de marche pénible, et j’ai récolté à ce jour 703 signataires. Vous l’aurez compris, cette Solution, je la porte dans âme et dans ma chaire et elle consiste à tout simplement « doter notre pays de structures institutionnelles cohérentes et suffisamment fortes pour mettre un terme aux abus de pouvoir, et contraindre les acteurs politiques guinéens à faire de la politique de manière responsable et utile à notre nation ».

Lorsque les institutions d’une république sont incohérentes et faibles, alors tout le pouvoir est monopolisé par le Président de la République et son gouvernement. C’est ce qui encourage le laxisme, la corruption et les abus de pouvoir. Cependant, lorsqu’une république est constituée d’institutions légitimes, cohérentes et fortes dans leurs missions, alors le pouvoir est équilibré entre ces différentes institutions qui se contrôlent entre-elles. C’est ainsi que l’on peut mettre un terme aux abus de pouvoir et encourager la bonne gouvernance. Le 13 mai 2010, pour aller vite aux élections, ils ont dicté et décrété contre nous des institutions et des lois obscures et oppressives qui encouragent la division, le laxisme, la corruption et les abus de pouvoir. Aujourd’hui, le Premier DEVOIR pour tout citoyen Guinéen qui se respecte, au-delà des partis et des ethnies, consiste à REFUSER et à REJETER ces institutions et ces lois obscures et oppressives dictées et décrétées contre nous.

Pour nous, au sein de la Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée (LDRG), la question ne se pose même plus. Depuis que ces lois oppressives ont été dictées et décrétées contre nous, non seulement nous refusons et rejetons ces lois, mais de plus, nous sommes en lutte! Nous sommes en lutte, non seulement pour convaincre la grande majorité de notre peuple opprimé à refuser et à rejeter ces lois, mais aussi et surtout, pour que, tous en ensemble, au-delà des partis et des ethnies, on œuvre pour la tenue d’une grande CONSULTATION NATIONALE suivie d’un RÉFÉRENDUM POPULAIRE pour doter notre pays d’une Nouvelle République Moderne, Juste, Équitable et sans Abus de pouvoir :

  • Une Nouvelle République au sein de laquelle la Diversité ethnique sera consacrée comme la principale richesse de notre nation;
  • Une Nouvelle République au sein de laquelle les acteurs publics et politiques doivent obligatoirement rendre compte de leurs actions devant le peuple;
  • Une Nouvelle République au sein de laquelle les plus faibles de notre nation peuvent aussi espérer avoir raison des plus forts devant une justice équitable;
  • Une Nouvelle République au sein de laquelle la loi sera égale pour tous et où nul ne sera plus jamais au-dessus des lois;
  • Une Nouvelle République au sein de laquelle personne ne sera laissé pour compte car il y aura une exploitation rationnelle de nos ressources naturelles et une redistribution équitable de nos richesses nationales;
  • Une Nouvelle république au sein de laquelle, non seulement les droits des minorités seront garantis, mais de plus, chaque communauté ethnique sera proportionnellement représenté au sein des structures de l’État et participera aux processus de prise de décisions;
  • Une Nouvelle République au sein de laquelle il y aura un équilibre soutenu entre pouvoir central, régions administratives, et collectivités locales; enfin,
  • Une Nouvelle République qui encourage la participation citoyenne dans la gouvernance locale et la supervision des actions publiques.

Oui mes cher(e)s compatriotes, pour sortir notre pays de ce hold-up démocratique et de cette crise sociopolitique, ce à quoi je vous exhorte aujourd’hui consiste d’abord à Refuser et à Rejeter ces lois obscures et oppressives dictées et décrétées contre vous, puis, à vous joindre, au-delà des partis et des ethnies, au Mouvement pour la tenue d’une grande CONSULTATION NATIONALE suivie d’un RÉFÉRENDUM POPULAIRE sur le Projet Nouvelle République.

Mes très cher(e)s compatriotes,

À chaque fois que le doute vous saisi quant au bien fondé et à l’aboutissement de cette lutte, alors rappelez vous tout simplement que, pour cette Nouvelle République, j’ai personnellement consenti 39 rudes journées de jeûne, j’ai accompli 208 kilomètres de marche pénible, et j’ai récolté à ce jour 703 signataires. 703 signataires, ce sont 703 citoyens et familles guinéennes qui réclament chaque jour l’avènement de cette Nouvelle République sur nos terres de Guinée. De jour en jour, la Pétition pour la Nouvelle République enregistre de nouveaux adhérents de toutes les couches sociales, ethniques, professionnelles et politiques de notre société. Joignez donc votre voix à cette pétition. Signez-la et faite la signer par vos proches et amis. Il n’y a plus de petits gestes. La LDRG est justement là pour transformer les petits gestes de chacun de nous en une grande œuvre collective qui donnera un coup fatal au système corrompu et oppressif entretenu par la classe politique guinéenne depuis plusieurs décennies.

Guinéennes et guinéens,

Mes très cher(e)s compatriotes,

Vous me connaissez désormais, et vous savez que vous pouvez me faire confiance. Dans cette lutte, je n’ai jamais rien attendu ni du pouvoir en place ni de l’opposition. Dans cette lutte, seul le Peuple compte à mes yeux car le Peuple n’appartient ni au pouvoir en place ni à l’opposition. Le Peuple de Guinée est un Peuple souverain! Vous êtes libre de vos choix. Voilà la raison pour laquelle, aujourd’hui encore, fort de mes profondes convictions et de ma foi en cette lutte, du haut de mes 39 jours de jeûne et de mes 208 km de marche, je me tourne vers vous et je vous exhorte, au-delà des parti et des ethnies, à soutenir la LDRG dans cette lutte car nous sommes en Vérité les seuls garants de la mise en œuvre de cette alternative citoyenne et populaire en Guinée. À cet instant précis de notre histoire, l’avenir de notre nation et de notre pays ne dépend que la capacité de chacun de nous, non seulement à se mettre au-dessus des considérations ethniques et partisanes, mais aussi et surtout, à se mettre au service d’une grande cause qui dépasse chacun de nous. Cette grande cause historique, c’est le Projet Nouvelle République. Pour cette Nouvelle République, vous le savez déjà, j’ai donné mon âme et ma chair. Alors, mes cher(e)s compatriotes, je vous le dit et croyez-moi, je suis encore prêt à en donner beaucoup plus!

Vive le Projet Nouvelle République!

Vive le Peuple de Guinée!

Vive la Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée!

Je vous remercie de votre aimable attention! La lutte continue!

Tag(s) : #Politique-Guinée