Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Radio-Canada / Un ministre palestinien meurt après une empoignade avec des soldats israéliens

Le ministre palestinien Ziad Abou Eïn est décédé mercredi peu de temps après une altercation avec des gardes-frontières israéliens en Cisjordanie. Les heurts ont suivi une manifestation contre la confiscation des terres palestiniennes au profit de la colonisation israélienne.

Des photos d'agences de presse montrent une empoignade confuse entre Palestiniens et soldats israéliens. On voit un soldat attraper le ministre par le cou, et ce dernier respirer avec peine lorsqu'une grenade lacrymogène explose à ses pieds.

Quelques minutes plus tard, Ziad Abou Eïn s'est effondré en se tenant la poitrine, d'après le témoignage d'un photographe de l'AFP. Une soldate israélienne a tenté de lui apporter les premiers secours avant qu'il ne soit transporté à l'hôpital de Ramallah, où son décès a été constaté. Le directeur de cet établissement a déclaré qu'il est « mort après avoir été battu ».

Des experts palestiniens, jordaniens et israéliens tenteront d'établir les causes exactes de son décès.

L'armée israélienne a exprimé ses regrets après la mort de Ziad Abou Eïn et a affirmé enquêter sur cet événement.

Avant les incidents, le haut responsable palestinien, qui était chargé du délicat dossier de la décolonisation, a dénoncé « une armée d'occupation qui pratique la terreur et l'oppression ». Les manifestants sont venus « planter des arbres, non pas lancer des pierres ni agresser quiconque », a-t-il dit.

Accompagné de manifestants, il avait entamé une marche au terme de laquelle il devait planter des arbres près d'une colonie de peuplement juive.

Ziad Abou Eïn a été emprisonné plusieurs fois par Israël, avant d'être libéré en 1985 dans le cadre d'un échange de prisonniers.

Un « acte barbare », selon Abbas

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a dénoncé un « acte barbare qui ne peut être ni toléré, ni accepté ». Il a décrété trois jours de deuil national et a promis de prendre « les mesures nécessaires » au terme d'une enquête.

Ce décès intervient dans un contexte de vive tension entre Palestiniens et Israéliens à Jérusalem-Est et en Cisjordanie.

L'incertitude plane désormais sur la poursuite de la coopération entre la direction palestinienne et Israël dans le domaine de la sécurité en Cisjordanie. Mahmoud Abbas a fait savoir que toutes les options « sont ouvertes », à l'ouverture d'une réunion extraordinaire des dirigeants palestiniens.

Le mouvement Hamas a réclamé la fin de « toute coordination sécuritaire avec l'occupant ».

Pour sa part, la Jordanie a dénoncé « un crime de plus sur la liste des crimes israéliens répétés contre le peuple palestinien sans défense », alors que le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, attend d'Israël une « enquête rapide et transparente ».

Amnistie Internationale regrette « une tragédie qui aurait pu être évitée ». L'ONG note que « les forces israéliennes recourent souvent à un usage non nécessaire et excessif de la force contre les manifestants en Cisjordanie, qui donnent lieu à de nombreux meurtres. Et elles continuent à le faire en toute impunité ».

Source: http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/2014/12/10/006-abou-ein-ministre-palestinien-armee-israel.shtml

Tag(s) : #Moyen et Proche Orient