Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Grand débat sur la constitution guinéenne - Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée (LDRG)

Mesdames et messieurs,

Pourtant, suite au décès du Général Lansana Conté, aucun acteur politique n'a mentionné la feuille de route des Concertations Nationales. Ils ont tous prêté allégeance à la junte militaire et ont commencé à parler d'élections. À l'époque, la LDRG fut non seulement la seule force sociale à refuser de reconnaître une transition militaire, mais aussi, à évoquer la feuille de route des Concertations Nationales de mars 2006.

Après avoir rappelé ce contexte dans lequel s'est entamé la transition ouverte en 2008 en Guinée, les participants ont pris la parole pour donner leur avis et poser des questions sur ce premier thème du débat. Alors que tout le monde a unanimement reconnu que les acteurs politiques guinéens ne défendent que leurs intérêts personnels, ils ont aussi exprimé un étonnement par rapport à l’existence de la feuille de route des Concertations Nationale de mars 2006. Ils ont réclamé à ce que cette feuille de route sois publiée afin que chacun prenne connaissance de son contenu. Encore une fois, voici le lien: rapport - Concertations Nationales de mars 2006.

Pour prendre connaissance de la teneur et de la richesse des interventions, veuillez écouter l'enregistrement audio de l'émission en suivant ce lien: Fréquence-Ligue: Le Grand Débat

**Le deuxième thème du débat a porté sur la démarche adopté pour la rédaction et la promulgation de la constitution en 2010: Sur ce deuxième thème, le Président de la LDRG a rappelé que, après un long blocage, suite aux répressions de Septembre 2009 et à la tentative d'assassinat du Capitaine Dadis Camara en Décembre 2009, la transition est repartie sur une nouvelle base grâce aux accords de Ouagadougou de janvier 2010. Ces accords prévoyaient, entre autre, l'établissement du Conseil National Transition (CNT) qui sera chargé de la révision la Constitution. Le Président à d'abord rappelé que, certes il y a eu des personnes respectables qui ont pris place au sein du CNT, cependant, certaines autres personnes ne méritaient pas d'y prendre place vue leur passé et le doute sur leur probité morale. Puis, il a souligné que les travaux du CNT se sont déroulés à huis-clos. Ils ont donc adopté une démarche totalement exclusive dans la rédaction de la constitution. Aucun citoyen ne connaissait le contenu de la constitution qu'ils rédigeaient. Finalement, les acteurs du CNT ont proposé cette constitution, non pas par référendum au Peuple, mais plutôt à un général d'armée putschiste pour promulgation par décret. Le Président de la LDRG a alors mis en cause cette démarche exclusive dans la rédaction et la promulgation de cette constitution, mais surtout, il a souligné l'illégitimité qui frappe la constitution guinéenne. Il a affirmé que la constitution n'est pas un bout de papier ou un arrêté ministériel ou même un décret président. La constitution est la conscience nationale d'un pays. Elle est le pacte national. Elle définit l'organisation du pouvoir et la manière dont le peuple souhaite être gouverné. Elle est la souverainté nationale et la loi fondamentale d'un pays. Le Président a démontré que le manque de confiance que nous observons aujourd'hui entre les acteurs politiques, et l'instabilité politique que nous vivons, tirent leurs causes de l'illégitimité et de l'incohérence de la constitution décrétée en 2010 en Guinée.

Avant de donner la parole aux participants, le Président de la LDRG a rappelé que la LDRG n'a jamais reconnu cette constitution depuis qu'elle a été décrétée, et il a justifié la lutte citoyenne de la LDRG pour la tenu d'un référendum populaire sur une nouvelle Constitution par l'article 2 de la constitution décrétée lors de la transition qui dit que "...la souveraineté nationale est l'émanation du Peuple. Et aucun individu ou groupe d'individus ne peut s'en approprier l'exercice...". La grande majorité des participants à la Concertation Non-partisane ont souligné l'aspect incontestable de l'illégitimité de la constitution. Par la suite, le débat à porté sur des questions techniques.

Pour prendre connaissance de la teneur et de la richesse des interventions, veuillez écouter l'enregistrement audio de l'émission en suivant ce lien: Fréquence-Ligue: Le Grand Débat

**Le troisième et dernier thème du débat à porté sur le contenu de la constitution décrétée en 2010: Sur ce thème, la Président de la LDRG a insisté sur le fait que la rédaction d'une nouvelle constitution requiert que la nation ait tiré les leçons de son passé récent, et qu'elle veuille se doter d'outils juridiques et institutionnels permanents pour ne plus que les erreurs du passé se reproduisent. Par contre, en survolant le contenu de la constitution qui a été décrété en 2010, le Président a démontré qu'il n'y a aucune avancée par rapport à l'époque du Général Lansana Conté. Cette constitution vient même affaiblir la Justice guinéenne. Aucune avancée en matière d'indépendance des institutions et de contrôle des actions du gouvernement. De même, en matière de transparence et de lutte contre la corruption, c'est le désert. La société civile est encore une fois la grande absente de cette constitution. Aucun espace ne lui est accordé contrairement à la feuille de route des Concertations Nationales de mars 2006 et de l'esprit des luttes sociales de juin 2006 et janvier 2007. En réalité, tout ce qui a changé est la limitation du nombre de mandats présidentiels. Tout le reste est inchangé.

Le débat s'est par la suite prolongé avec les participants. Beaucoup de questions furent soulevées. D'aucuns affirmant que la Guinée dispose déjà de bons textes, il suffit de les appliquer. D'autres affirmant la nécessité de changer de système politique. D'autres encore affirmant la nécessité de la tenue d'une grande consultation nationale et d'un référendum. Enfin, le débat s'est clôturé sur des propositions susceptibles d'abaisser les tensions ethniques et d'encourager les Guinéens à travailler ensemble. Il s'agit de la nécessité de la constitutionalisation d'un gouvernement d'union nationale, de la création d'une seconde chambre de l'Assemblée nationale qui reflétera de manière équitable les quatre régions naturelles de la Guinée, la politique de décentralisation suivi d'une forte délégation de pouvoirs aux régions administrations dont les gouverneurs seront désormais élus.

Pour prendre connaissance de la teneur et de la richesse des interventions, veuillez écouter l'enregistrement audio de l'émission en suivant ce lien: Fréquence-Ligue: Le Grand Débat

3-Conclusion: C'est sur des notes de satisfaction et d'encouragement à poursuivre le travail d'éveil des consciences et la lutte citoyenne que s'est clôturé cette 5ème édition de la Concertation Non-partisane. Le Président a annoncé les perspectives à court, moyen et long terme de la LDRG avant de déclarer close la session.

La Cellule de communication

Tag(s) : #Politique-Guinée