Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Crise du processus électoral en Guinée: le décret qui jette de l'huile sur le feu

En prenant, il y a 6 jours, le décret pour entériner la date du 11 Octobre pour les élections présidentielles en Guinée, le Président Alpha Condé à choisi d'aller au forcing vers des élections qui ne peuvent aucunement être crédibles. Ces élections ne peuvent pas être crédible parce que, non seulement le principe de parité n'est pas respecté au sein de la commission électorale, mais de plus, depuis les élections législatives de 2013, la commission électorale n'a pas engagé les réformes nécessaires pour éviter les mêmes manquements graves qui se sont manifestés lors des élections législatives de 2013. En tant que citoyens, en l'état actuel, NOUS NE FAISONS PAS CONFIANCE AU PROCESSUS ÉLECTORAL GUINÉEN. Notre droit de vote et notre droit à un suffrage universel intègre et crédible ne sont pas garantis. Nous l'avons fait savoir à travers un mémorandum adressé le 30 Juillet à l'ensemble de la communauté internationale.

Si l'objectif du Président Alpha Condé est de violer le droit au suffrage universel intègre des Guinéens et de réprimer dans le sang toute contestation des résultats, alors il est sur le bon chemin et il peut compter sur ces milices armées. Dans ce cas de figure, les prochaines élections ne seront qu'un élément d'instabilité supplémentaire en Guinée et pour la sous-région ouest-africaine. Et au sein de la LDRG, nous ne reconnaîtrons pas la légitimité d'un quelconque président sortant de tels élections. Par contre, si l'objectif du président Alpha Condé est le respect du suffrage universel des Guinéens et la tenue d'élections inclusives et incontestables, alors nous l'invitons à agir dans ce sens pour rétablir la parité au sein de la commission électorale et implémenter les réformes préconisées par les observateurs de l'Union Européenne pour la transparence du scrutin.

Par ailleurs, la LDRG recommande le respect du calendrier initial des élections. Voilà près de 10 ans que la Guinée n'a pas connu de démocratie locale. Il n'existe plus aucun lien entre les populations locales et leurs administrateurs les plus proches. Ce facteur aggrave considérablement la défiance des citoyens à l'égard de l'État et la prise en compte des besoins des populations par les administrateurs locaux. IL N'EST DIT NULLE PART ET IL N'EST ÉCRIT NULLE PART QUE LES ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES SONT PLUS IMPORTANTES QUE LES ÉLECTIONS LOCALES. Il n'y a donc aucune raison valable, si ce n'est par manque de respect pour la légitimité populaire et pour les principes démocratiques les plus élémentaires, de repousser les élections locales après les élections présidentielles. La décision du président Alpha Condé d'entériner le calendrier et la date des élections présidentielles tels que fixés par la commission électorale vient corrompre ce principe démocratique et faire dévier totalement la Guinée du chemin de la démocratisation. La LDRG ne soutient pas ce calendrier électoral et nous l'avons fait savoir dans une réflexion indépendante sur le processus électoral Guinéen publiée depuis le 22 Juillet.

Depuis trop longtemps les luttes politiques en Guinée se résument à savoir qui pourra le plus frauder pour gagner les élections. Et je n’exonère pas totalement l'opposition politique guinéenne de cette culture de fraude électorale. Mais toute chose à une fin, et il est temps que cela cesse en Guinée. Il est temps que le contrôle du processus électoral guinéen revient aux mains du Peuple. Ce que nous attendons des acteurs politiques durant la campagne électorale, ce n'est plus de prononcer des discours de haine ou de chercher à bourrer les urnes. Nous les invitons à nous prouver qu'ils comprennent les défis que rencontrent au quotidien le peuple et de proposer leurs solutions. Les résultats qui sortiront d'un processus électoral crédible mettront à la tête du pays celui qui aura réussi à convaincre la majorité du peuple. Et lorsqu'un processus électoral est crédible et transparent, nul n'aura besoin de réprimer dans le sang les citoyens mécontents car les perdants accepteront plus facilement leur défaite. Voilà et c'est tout.

Finalement, je lance ici un appel aux forces armées et aux forces de maintien de l'ordre en Guinée. Si l'objectif du président Alpha Condé est de violer le suffrage universel des Guinéens et de réprimer le peuple pour faire accepter les résultats d'élections qui, en l'état actuel, ne seront pas crédibles, dans ce cas, vous n'êtes pas tenu d'obéir aux ordres. L'armée guinéenne et les forces de maintient de l'ordre ont entamé une ligne réformatrice louable. Nous n'allons donc pas revenir en arrière. L'époque des répressions militaires et des violes de masse des jeunes filles doit être refermée définitivement. Toute tentative de ré-ouvrir cette époque plongera la Guinée dans les abîmes de la violence permanente. Et nul, je dis bien nul ne sera plus jamais exonéré de ses actes. Aucun destin individuel ne vaut la basculement de la Guinée vers les abîmes de la violence permanente. Désormais, que le jeu politique Guinéen se décide seulement et uniquement dans les urnes de manière transparente et crédible. J'invite également les citoyens et la société civile guinéenne à se tenir prêts. Non seulement la défense de nos droits à un suffrage universel intègre est légitime, mais de plus, nous devons toujours avoir à portée de main une alternative. Cette alternative est celle véhiculée depuis Décembre 2008 par la LDRG. Je vous invite à adhérer à cette plateforme et à vous dissocier de l'agenda politique. Nous avons notre rôle à jouer et c'est maintenant où jamais.

Mamadou Oury Diallo
Président de la LDRG

Tag(s) : #Politique-Guinée