Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guinée: La campagne de réélection de Alpha Condé pèse lourd sur la Guinée

Guinéennes et guinéens,

Mes très chers compatriotes,

Aucun sacrifice, que ça soi l’escalade du mont Kilimandjaro ou la traversée du désert du Sahara, aucun sacrifice n’est ci-grand pour une nation lorsqu’il est équitablement partagé et lorsqu’il peut nous permettre de sortir de cette misère infernale pour connaître un meilleur avenir.

Comme la majorité des guinéens, je peux bien comprendre qu’il puisse exister dans notre pays toute une mosaïque de partis politiques, chaque parti ayant les militants les plus zélés. Cela est tout à fait normal. Heureusement que c’est ainsi d’ailleurs, car cela est indispensable pour faire respirer la démocratie dans un pays. Cela, je le comprends parfaitement bien. Mais je crois aussi qu’il est quelque fois très important, surtout aujourd’hui, après les élections présidentielles d’Octobre 2015 que nous avons connu, que chacun de nous arrête un peu de militer pour regarder l’état de notre pays et chercher à comprendre ce qui s’y passe véritablement.

  • Pourquoi, dès après les élections présidentielles d’Octobre 2015, impose-t-on aux populations les plus faibles et vulnérables de notre nation une augmentation de taxes sur les denrées de premières nécessités?
  • Pourquoi, dès après les élections présidentielles d’Octobre 2015, refuse-t-on de soulager les populations en réduisant le prix du carburant à la pompe comme convenu dans l’accord de flexibilité des prix?
  • Pourquoi, lorsqu’il s’agit de serrer la ceinture, c’est encore et toujours aux populations les plus misérables qu’on demande de se sacrifier? Pourquoi le sacrifice n’est jamais équitablement partagé?

Mes très chers compatriotes,

Vous me connaissez d’un langage de Vérité sans détour. Alors, si je prends la parole pour m’adresser à vous aujourd’hui, c’est d’abord pour vous dire sans détour que « la campagne de réélection de Mr Alpha Condé en Octobre 2015 est non seulement la principale cause de l’augmentation des taxes sur les denrées de premières nécessités contre les misérables populations guinéennes, mais plus, elle a replongé de manière durable notre pays dans les eaux troubles des grands déséquilibres macroéconomiques ».

En effet, alors que la situation budgétaire de la Guinée était déjà très précaire du fait de la baisse du cours des matières premières et du choc sanitaire d’Ébola, pour financer sa campagne électorale, Mr Alpha Condé et son gouvernement ont employés des pratiques biens connus de détournement de fonds publics. Sur instruction du ministre des finances de l’époque, la Banque centrale a totalement dévié de sa mission fondamentale pour accorder des garanties payables en devises étrangères à des entreprises locales et internationales pour la réalisation de travaux d’une valeur de plus de $870,00 millions de dollars. Selon les experts du FMI, « non seulement le processus de sélection des entreprises ayant bénéficié de ces garanties a manqué de transparence, mais de plus, ce processus violait totalement la loi sur les marchés publics. De ce fait, les entreprises ayant bénéficiées de ces garanties se proposaient de réaliser les travaux à un coût largement plus élevé par rapport à ce qu’ils devraient être en temps normal ». C’est de la surfacturation.

Mes chers compatriotes,

Nous savons tous pourquoi en pleine campagne électorale Mr Alpha Condé et son gouvernement ont instruit la Banque centrale à accorder des garanties à des entreprises choisies d’avances pour la réalisation de travaux surfacturés. Cette surfacturation avait pour principal but de financer la campagne électorale de Mr Alpha Condé. Les entreprises bénéficiant des fonds ont reversé une grande part de ces fonds à Mr Alpha Condé pour battre sa campagne.

À cause de ces garanties payables en devises étrangères, nos réserves de devises étrangères à la Banque centrale ont fondu à moins d’un mois d’importation. Les experts du FMI ont également constaté l’aggravation du déficit public à 7,1% du PIB. Ce déficit étant majoritairement financé par la Banque centrale, donc la planche à billet qui alimente l’augmentation des prix des denrées de premières nécessités. De même, à cause de ces garanties payables en devises étrangères accordées par la Banque centrale, le niveau d’endettement à court terme de la Guinée a significativement augmenté. Cette situation de la dette publique réduit considérablement la marge de manœuvre budgétaire du gouvernement dans le cours et moyen terme. Au cours des 4 prochaines années, le gouvernement ne pourra effectuer aucune dépense d’investissement dans les programmes sociaux et les infrastructures de base indispensables pour améliorer notre bien-être, nous le peuple.

Guinéennes et guinéens,

Mes très chers compatriotes,

Voilà ce que la réélection de Mr Alpha Condé a coûté à notre pays et à notre nation. C’est un prix très cher et amère que nous sommes en train de payer et que nous allons continuer à payer pour plusieurs années. La Guinée vient de faire mille pas en arrière. Et pour corriger leurs bêtises, ils n’ont trouvé aucune autre solution si ce n’est de nous enfoncer, nous le peuple misérable de Guinée, encore plus dans la misère en augmentant les taxes sur les denrées de premières nécessités.

Mesdames et messieurs,

Qui que vous soyez et quelque soi votre appartenance politique ou ethnique, nous sommes tous d’accord que ceci est d’une injustice phénoménale. Voilà pourquoi, au sein de la LDRG, nous ne décolérons pas. Oui, je suis un homme en colère. Voilà pourquoi dès le 6 mars 2016 j’ai effectué une journée de jeûne personnelle pour dénoncer cette injustice et réclamer l’annulation de la hausse des taxes sur les denrées de premières nécessités. Voilà pourquoi nous avons ouvertement soutenu la grève générale initiée par le mouvement syndical en Guinée pour la baisse le prix du carburant à la pompe. Voilà pourquoi nous avons soutenu les journées villes mortes des 30 et 31 mars appelées par l’opposition en Guinée contre la vie chère. Et je dois vous dire qu’aujourd’hui encore je ne décolère pas. Non, je ne décolère pas parce que ceux qui doivent payer pour cette injustice phénoménale continuent à vivre et agir comme si de rien n’était. Ils forment un gouvernement de 60 ministres et conseillers; alors que la Guinée est le pays le plus corrompu en Afrique de l’Ouest, la lutte contre la corruption n’est toujours pas une priorité pour eux; malgré l’injonction de la Cour Constitutionnelle, ils refusent de déclarer leurs biens; le train de vie des membres du gouvernement et les missions à l’étranger ont même augmenté; ils voyagent encore en première classe d’avion et ils dorment dans des hôtels cinq étoiles lorsqu’ils sont à l’étranger; ils roulent tous dans des voitures de luxe avec des bons de carburant gratuit. Bref, rien que injustice, impunité, irresponsabilité et abus de pouvoir. Ils sont totalement déconnectés des réalités que vivent le peuple.

Guinéennes et guinéens,

Si je m’adresse à vous aujourd’hui, ce n’est pas simplement pour vous dire que la campagne de réélection de Mr Alpha Condé est la cause principale de l’augmentation des taxes sur les denrées de premières nécessités. Ce n’est pas non plus pour simplement vous informer que l’irresponsabilité de certains dirigeants au plus haut sommet de l’État durant cette campagne de réélection a replongé de manière durable notre pays dans les eaux troubles des grands déséquilibres macroéconomiques. Ce n’est pas non plus simplement pour vous dire que cette réélection nous prive pour les 4 prochaines années de dépenses d’investissement dans les programmes sociaux et les infrastructures de base nécessaires à l’amélioration de notre bien-être. C’est encore moins pour simplement vous exprimer ma colère vis-à-vis de la phénoménale injustice qui consiste à nous faire payer, nous le misérable peuple de Guinée, leur corruption, leurs bêtises et leur mal gouvernance. Non, ce n’est rien de tout cela.

La principale raison de ce message est surtout de vous appeler à l’action. Dans toute la sous-région Ouest-africaine, la Guinée est encore le seul pays au sein duquel ce genre d’abus et de pratiques irresponsables sont encore possible et imaginable. Dans leur rapport publié le 4 avril 2016, les experts du FMI ne sont pas allés du dos de la cuillère pour sermonner Mr Alpha Condé et son gouvernement. Ces experts soulignent noir sur blanc « l’urgente nécessité pour la Guinée de garantir l’indépendance de la Banque centrale, d’améliorer les processus de budgétisation des investissements publics, de réduire les dépenses publiques non transparentes, et d’initier immédiatement des mesures anti-corruption ciblant les défaillances dans l’attribution des marchés publics ».

Mes cher(e)s compatriotes,

Déjà en 2007, j’écrivais dans les colonnes de la presse en ligne que « tant et aussi longtemps que la Banque centrale guinéenne ne recouvrira pas son indépendance fonctionnelle et organisationnelle, aucune réforme économique ne connaîtra un succès en Guinée ». Depuis lors, la création d’un organe anti-corruption indépendant et l’indépendance de notre Banque centrale sont les deux premiers points de la plateforme revendicative de la LDRG. Cette plateforme qui se traduit par une pétition compte aujourd’hui 802 signataires. Cette pétition est accompagnée de 208 km de marche pénible et de 33 rudes journées de jeûne personnel.

Je vous appel à l’action. Nous ne devons connaître aucun repos tant que notre Banque centrale ne sera pas indépendante et tant qu’un puissant organe anti-corruption n’aura pas vu le jour en Guinée. L’édification d’institutions fortes et garantes de la bonne gouvernance en Guinée ne sera possible qu’au bout de luttes sociales franches et résolues.

Je vous appel à l’action. La LDRG est aujourd’hui le seul mouvement dans l’environnement sociopolitique guinéen qui a produit depuis 2012 un rapport complet sur la lutte contre la corruption en Guinée, qui a tenu deux concertations non-partisanes sur la lutte contre la corruption, et qui a produit un projet de loi anti-corruption complet et ambitieux pour la Guinée.

Je vous appel à l’action pour qu’ensemble, au-delà de nos appartenances politiques et ethniques, on redéfinisse les règles de la gouvernance en Guinée. Qu’on instaure le contrôle par les citoyens et des institutions fortes et légitimes. Qu’on contraignent nos élus et nos dirigeants à rendre obligatoirement compte de leur gestion.

Je vous appel à l’action parce que c’est seulement par nos actions concertées, nous les citoyens Guinéens, que nous réussirons à mettre fin à ces pratiques d’un autre âge qui ramène notre nation 20 ans en arrière.

Je vous appel enfin à l’action parce que nous n’avons pas le droit d’abandonner la lutte pour le redressement de notre pays. Nous avons les capacités de changer le cours de l’histoire en Guinée. Alors faisons-le. Pour ma part, tant et aussi longtemps que j’existerai, je ne cesserai jamais de vous appeler à l’action jusqu’à ce que vous soyez définitivement convaincu que si la Guinée va mal et si notre peuple souffre, c’est tout simplement parce que nous n’avons pas encore décidé de reprendre notre destin en main. Rien n’est impossible pour des citoyens convaincus et unis. Je vous appel à l’unisson!

Mamadou Oury Diallo

Président de la LDRG

Tag(s) : #Politique-Guinée