Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Survol de l'actualité guinéenne: plan pour l'emploi, dialogue et manifestations politiques, nouveau coach pour le Syli

Trois principales informations ont retenue mon attention ces dernières semaines en Guinée:

1-La présentation du programme national d’insertion socio-économique des jeunes (PNISEJ): c'est un plan qui s’intéresse à la plus grande urgence nationale, à savoir la création d'emploi pour les jeunes. Ce plan qui se chiffre à $139 millions vise la création de 750 milles emplois jeunes en 4 années.

En voici un plan très ambitieux qui devrait mobiliser toutes les énergies nationales. Cependant, nous le trouvons un peu trop ambitieux pour qui connaît la situation socio-économique de la Guinée. De plus, pour une question de transparence, il serait préférable de publier les détails de ce plan afin qu'on sache quels sont les secteurs économiques qui généreront ces emplois. Au moins, chaque député de l'Assemblée nationale devrait avoir une copie détaillée de ce plan d'emplois jeunes. En tout état de cause, au sein de la LDRG, nous croyons qu'il serait préférable, non seulement que ce plan de création d'emploi porte une forte emprunte pour le secteur privé, mais aussi, que ces emplois aient un sens à l'échelle locale pour toutes les communautés sur toute l'étendue du territoire national.

La LDRG invite l'ensemble des parties prenantes à soutenir ce plan ambitieux de création d'emplois.

2-Le dialogue politique et les manifestations de rue: La danse des dindons semble avoir repris entre le gouvernement et l'opposition à propos de la tenue des élections locales en Octobre de cette année. Je tiens d'abord à rappeler la position citoyenne de la LDRG concernant la commission électorale: depuis la veille de la présidentielle d'Octobre 2015 nous réclamons une refonte totale de cette institution sur laquelle repose la stabilité politique, sociale et économique de la Guinée. De plus, après les précédentes élections législatives et présidentielle, cette institution, dans sa composante actuelle, s'est objectivement montrée incapable de défendre le droit de vote des citoyens guinéens. À ce titre, nous réclamons donc une réforme de la CENI afin de faire de cette institution une institution non politique et strictement technique dirigée par des experts indépendants de la société civile.

Par ailleurs, après les élections présidentielles d'Octobre 2015, nous estimons en toute objectivité que la sérénité doit prévaloir entre le pouvoir et l'opposition quant à la révision des listes électorales ou à la réforme de la CENI. Cette sérénité est d'autant plus opportune que le pouvoir et l'opposition se sont partagés la gestion de l'ensemble des collectivités locales du pays en attendant l'organisation des prochaines élections locales. De ce fait, toutes les occasions de dialogue comme celle offerte par le Gouvernement au cours de la semaine dernière doivent être saisie par l'opposition pour décrisper la situation, créer la confiance et avancer sur les points d'accords. À ce stade, aucune manifestation de rue n'est justifiée pour des raisons d'organisation des élections locales.

De même, le Gouvernement doit se résoudre au fait que la démocratie à un coût: c'est le maintien du fichier électoral et la tenue des élections aux dates prévues. Donc, le budget de l'État doit incorporer de manière continuelle le coût de la tenue des élections. Nous ne pouvons pas économiser de l'argent sur la tenue de bonnes élections et le respect du suffrage universelle du peuple.

Finalement, au sein de la LDRG, nous déplorons énormément le fait que les acteurs politiques (pouvoir et l'opposition) fassent des prochaines élections locales un enjeu national. Les élections locales doivent absolument se focaliser sur des enjeux locaux. Ce sont des élections de proximité qui permettent aux citoyens d’élire des agents qui s'occuperont de leurs besoins locaux. A peine 10 mois après l'élection présidentielle d'Octobre 2015, les "figures nationales" des partis politiques doivent avoir la courtoisie de se soustraire de cet enjeux local pour laisser les candidats locaux faire campagne au niveau local pour mériter la confiance de leur administrés. La Guinée à besoin de stabilité. Cette stabilité se construit des deux bords. Un esprit constructif doit prévaloir dans les deux camps.

3-Un sélectionneur Guinéen pour le Syli National de Guinée: je tiens à féliciter le nouveau coach du Syli national, Mr Lappé Bangoura. J'ai été impressionné par son curriculum. Je souhaite bonne chance à "Lappé" dans l'encadrement de la sélection nationale. Nous souhaitons vraiment voire le 11 national à la prochaine coupe du monde de football. Je souhaite aussi que les autorités sportives lui accorde les marges de manœuvre et les moyens de ses objectifs.

Mamadou Oury Diallo

Président de la LDRG

Tag(s) : #Société-Guinée