Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'entends bien le discours de certains chefs d'États africains qui semblent de plus en plus prêter oreilles aux sirènes des 3ème mandats et du révisionnisme constitutionnel. Leur argument le plus solide est de dire que les pays africains ont besoins de stabilité et de continuité pour pouvoir se développer. En ayant comme sous-entendu que la stabilité et la continuité soient incarnés par un chef d'État qui s’éternise au pouvoir. 

Mais enfin, depuis quand une démocratie saine est incompatible avec la stabilité et la continuité ? Le meilleur garant de la stabilité d'un pays est d'ailleurs une saine démocratie. Mais une démocratie n'est saine que lorsqu'au bout de chaque mandat, il y a une alternance propre répondant aux aspirations du peuple. Les pays les plus stables et qui se développent en Afrique sont des pays qui connaissent des alternances propres: Ghana, Sénégal, Afrique du Sud, Maroc, Tanzanie, Malawi, Bénin, Sierra-Leone, Cape-Vert, etc. Les pays les plus instables sont ceux dont les chefs d'États s'accrochent au pouvoir. Il n'est même pas besoin de donner des exemples.

En Guinée, si par le passé nous avons assisté impuissant aux magouilles et combines qui prolongent indéfiniment des pouvoirs illégitimes, notre génération est désormais prête à répondre au défi de n'importe quel tyran aspirant à s'eterniser au pouvoir.

Mamadou Oury Diallo
Président de la LDRG

La sirène des 3ème mandats semble toujours avoir le dessus sur les chefs d'État en Afrique
Tag(s) : #Afrique, #Africa