Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Miser sur la matière grise en Afrique en investissant de multiples manières dans le domaine de la nutrition a été au cœur des débats, au premier jour des Assemblées annuelles du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), qui se tiennent à Ahmedabad, en Inde, jusqu’au 26 mai 2017.

La table-ronde, intitulée « Développer l'infrastructure de la matière grise en Afrique : relever les défis de la nutrition » – pour s’assurer d’avoir des enfants, des populations, mais aussi des économies en bonne santé – a réuni de nombreux participants.

A l’instar du président de la BAD, Akinwumi Adesina, fermement décidé à développer une croissance économique durable, les participants au débat se sont montrés unanimes : investir dans les seules infrastructures physiques sans créer de matière grise ne suffira pas à aider l'Afrique à avancer. Tous ont souligné l'importance et l'urgence de lutter contre le fléau de la malnutrition sur le continent africain ; et donc la nécessité de renforcer le dialogue et le leadership à haut niveau, d’améliorer la santé et d’asseoir une prospérité qui profite à tous les Africains, partout sur le continent.

Le président Adesina a souligné les séquelles, profondes, que cause la malnutrition en Afrique. La malnutrition – à l’origine de la moitié des décès d’enfants dans le monde – continue de priver des générations d’Africains de toute chance d’atteindre leur plein potentiel – physique et cognitif –, affectant ainsi gravement leur état de santé mais aussi le développement économique en Afrique. La malnutrition atteint un niveau inacceptable sur le continent, avec 58 millions d’enfants de moins de cinq ans (soit 36 % de cette catégorie d’âge) souffrant de sous-alimentation chronique (et d’arrêt de croissance), et 13 millions (soit 8,5 %) de dénutrition grave (émaciation). Dans certains pays, un enfant sur deux accuse un retard de croissance. Les effets en sont irréversibles, avec une incidence sur la capacité du corps et du cerveau de l’enfant à atteindre leur plein potentiel. Cela se traduit souvent par une vulnérabilité à la maladie, des difficultés scolaires et, in fine, par une capacité moindre de travail une fois adulte. Cet affaiblissement de la force de travail et la détérioration de l’état de santé de générations entières d'enfants ont des conséquences désastreuses pour le développement économique d'un pays. Et c’est un cercle vicieux : le retard de croissance nourrit le cycle de la pauvreté. Akinwumi Adesina a conclu son propos sur cette alarme, terrible : « Les retards de croissance, vous ne les voyez pas, mais les conséquences demeurent à jamais ! Nous avons besoin de volonté politique. Nous ne pouvons pas passer l’avenir de 58 millions d’enfants par pertes et profits ! »

Aider les gouvernements africains à bâtir des économies fortes et robustes est donc une priorité essentielle pour la BAD. Bien conscient du potentiel qu’offre le vaste capital humain du continent, le président Adesina a inscrit la nutrition au cœur des Cinq grandes priorités de la Banque – le Top 5.

Au cours du débat, les panelistes sont convenus que la productivité et la croissance du secteur agricole, conjuguées à une nutrition améliorée, sont intimement liées. « Il est devenu évident que c'est la qualité de la nourriture et non sa quantité qui importe », a déclaré Baffour Agyeman, représentant la Fondation John Kufuor.

L’ambassadeur Kenneth Quinn, président de la fondation World Food Prize, est allé encore plus loin : « Le développement et la nutrition empruntent le même chemin. Mais là où la route s’arrête, la pauvreté et la faim commencent », a-t-il déclaré.

L'accent a été mis également sur l’initiative « Leaders africains pour la nutrition » (African Leaders for Nutrition, ALN), une initiative qui réunit plusieurs chefs d'État déterminés à mettre fin à la malnutrition dans leur pays, qu’avaient lancée ensemble le président Adesina et l’ex-chef de l’Etat ghanéen John Kufuor, lors des Assemblées annuelles 2016 de la Banque, à Lusaka. L'ALN met à profit la notoriété internationale de ses membres pour donner davantage de visibilité à la question de la nutrition en Afrique, de renforcer la volonté politique, de mieux définir les priorités au niveau national et d’encourager des engagements politiques et financiers spécifiques en matière de nutrition.

Sur le rôle de l’ALN pour stimuler les investissements dans la nutrition, Shawn Baker, chargé de la nutrition à la fondation Bill & Melinda Gates, a déclaré : « L’ALN est un moyen de faire de la lutte contre la malnutrition un problème de développement central, que les ministres des Finances et les chefs d'État prennent au sérieux et dont ils rendent responsables tous les secteurs ».

A l’unanimité, les participants n’ont eu de cesse de dire combien la nutrition est vitale pour le capital humain et le développement économique. La BAD est d’ailleurs en train d’élaborer un plan d'action multisectoriel pour la nutrition, qui mettra l'accent sur le fait qu'un plan bien pensé, axé sur les résultats, reconnaissant la nature transversale des solutions en la matière, peut contribuer de façon décisive à une meilleure nutrition en Afrique. Forte de son statut de principale banque de développement en Afrique, la BAD entend mobiliser le leadership des chefs d'États africains, de leurs ministres des Finances et d'autres acteurs clés des gouvernements et de la société civile pour obtenir le soutien nécessaire pour doper les investissements dans l'infrastructure nutritionnelle et la matière grise. Muhammad Ali Pate, président de la Big Win Philanthropy, juge ainsi que la Banque africaine de développement jouera un rôle essentiel.

Les discussions ont mis en évidence la saignée financière due à la malnutrition : l'Afrique perd, chaque année, 25 milliards de dollars EU environ. Pour certains pays pris isolément, le tribut est élevé, entre 3 % et 16 % de leur PIB annuel. En revanche, chaque dollar investi dans la nutrition se traduit par des gains économiques ou sanitaires de l’ordre de 35 $.

Le coût de l'inaction est dramatique, reconnaît Laura Landis, du Programme alimentaire mondial (PAM). « Nous devons passer à l’action ! L’argument est économique ! », s’est-elle exclamée. Le PAM travaille, en coopération avec l'Union africaine et la BAD, à recueillir les données qui pousseront à l’action, non pas seulement les ministres de la Santé, mais aussi les chefs d'État ou les ministres des Finances. »

Recourant à l’anaphore, Gerda Verburg, coordonnatrice de Scaling Up Nutrition, a martelé : « sans une meilleure nutrition, vous ne viendrez pas à bout de la pauvreté. Sans une meilleure nutrition, vous ne mettrez pas fin à l'inégalité entre les sexes. Sans une meilleure nutrition, vous n'allez pas améliorer la santé, développer l’innovation, ni garantir la paix et la stabilité. Une meilleure nutrition est au cœur de tout. »

Cela est particulièrement vrai pour les États fragiles, a renchéri Momodu Kargbo, ministre des Finances et du développement économique de la Sierra Leone. « La coopération et la coordination sont essentielles entre le gouvernement et les partenaires au développement. Les partenaires de développement ignorent les systèmes gouvernementaux lorsqu'ils mettent en œuvre des programmes, alors qu'ils doivent s’aligner sur les institutions gouvernementales existantes et étudier attentivement les moyens de travailler avec elles », a-t-il déploré.

Le débat est nécessaire pour que toutes les parties prenantes s’engagent sur des résultats qui garantissent une meilleure nutrition, dans le but d’améliorer la qualité de vie des Africains, l’une des priorités du Top 5 que le président Adesina a assignées à la BAD. Rôle clé du politique et du leadership pour encourager les investissements dans l'agriculture et la nutrition et mobilisation des ressources dans un contexte désastreux où certains pays africains sont au bord de la famine ont ainsi animé les débats. L’événement s’est clos sur cette certitude partagée : la BAD, par sa sature, son expertise et son plaidoyer en faveur du développement de « l'infrastructure grise » en Afrique peut radicalement changer la donne, en rassemblant les principaux acteurs pour mettre un terme à la malnutrition sur le continent.

Source: https://www.afdb.org/fr/news-and-events/promoting-grey-matter-infrastructure-is-a-game-changer-in-africas-development-agenda-17016/

BAD - Développement de l’Afrique : Miser sur la matière grise peut changer la donne
Tag(s) : #Afrique