Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guinéennes et guinéens,

Ces dernières semaines nous assistons à la démonstration de ce que nous, au sein de la Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée (LDRG), n’avons jamais cessé de rappeler sur la nature de la classe politique guinéenne. En effet, depuis l’ouverture de la période de transition en Décembre 2008, je n’ai jamais cessé de vous appeler à vous détourner des querelles politiciennes parce que je sais que les intérêts de cette vieille classe politique ne sont pas les mêmes que ceux du peuple de Guinée.

 

Lorsque des acteurs politiques trahissent la feuille de route des concertations nationales de mars 2006 pour prêter allégeance à une junte militaire putschiste; lorsqu’ils trahissent les idéaux du peuple de Juin 2006 et de Janvier 2007 en se réunissant à huis-clos pour rédiger une constitution oppressive qu’ils font décréter par un général d’armée putschiste contre le peuple; lorsque ces mêmes politiciens trahissent les victimes des répressions de Septembre 2009 à travers des combines politiciennes visant à faire échapper les bourreaux et les violeurs de nos jeunes filles de la justice; lorsqu’ils se réunissent à nouveau à huis-clos pour imposer des chefs de quartiers aux populations; Mesdames et messieurs, lorsque des acteurs politiques se comportent ainsi, il est évident que leurs intérêts sont loin d’être les mêmes que les nôtres, nous le Peuple qui aspirons depuis fort longtemps à la liberté, à la justice, à la dignité, à la sécurité, au bien-être et à la démocratie.

 

Guinéennes et guinéens,

Le dernier rebondissement en date de ce chapelet de trahison et d’oppression contre le peuple semble être une opération inédite de corruption et de détournement de fonds publics en Guinée. En effet, il vient d’apparaître au grand jour une entente conclus entre le Président Alpha Condé et le chef de file de l’opposition en Guinée. C’est une entente qui consiste pour le Président Alpha Condé à allouer, hors du budget de l’État, un montant de $551.000,00/an, soit environ $46.000,00/mois, à son opposant Cellou Dalein Diallo.

 

Entendons-nous ici très bien. Si dans un régime démocratique où les institutions sont fortes et établies, si dans un tel régime le budget de l’État prévoit une allocation modeste et symbolique pour le chef de file de l’opposition, dans ce cas, rien d’anormal. On est bien d’accord sur cela. Mais face à quelle situation sommes-nous en Guinée? Non seulement le régime en place n’est pas démocratique car sa légitimité est constitutionnellement et électoralement remis en cause, mais de plus, selon l’organisation Transparency International, nous sommes face au régime le plus corrompu de la sous-région depuis plus de 10 années. Si dans un tel régime, hors de tout budget, le Président de la République accorde discrètement un montant de $551.000,00/an au chef de file de l’opposition, excusez-moi, mais cela s’appelle effectivement de la corruption pure et simple. Oui, le chef de file de l’opposition en Guinée vient de gorger un pot-de-vin de $551.000,00 servi par le Président de la République.

 

Mes très chers compatriotes,

Ceci n’est pas un fait anodin car ça soulève un certain nombre d’interrogations dont l’une des plus importantes est de savoir désormais, comme pour tout acte de corruption : quelle est la contrepartie que le chef de file de l’opposition a promis au Président de la République? Nous savons que des marches contre l’impunité étaient prévues par l’opposition suite à la répression meurtrière du régime contre les jeunes élèves qui manifestaient en début d’année pour leur droit à l’éducation. Ces marches ont été annulées par l’opposition. Nous sommes quand même en droit de nous demander quelles contreparties le chef de file de l’opposition a promis au Président de la République?

 

En tout état de cause, ce nouveau rebondissement montre à quel point la morale, la dignité et les intérêts des populations sont totalement absents du carnet de valeurs de cette vieille classe politique guinéenne. Ce nouveau rebondissement discrédite totalement les acteurs de l’opposition qui prétendent s’exprimer au nom des pauvres populations alors qu’ils ne s’expriment en réalité que pour leurs propres intérêts. Ce nouveau rebondissement devrait donc une bonne fois pour toute convaincre celles et ceux qui croyaient encore suivre des leaders exemplaires et intègrent que le changement auquel ils aspirent ne peut aucunement venir de cette vieille classe politique guinéenne. Ces politiciens préfèrent le statu quo. Ils préfèrent la continuité. Ils défendent leurs propres intérêts. Ils ne peuvent pas lutter contre le système qui les nourrit. Ils ne cherchent le pouvoir que pour occuper la même place et le même rôle que ceux qui dilapident les ressources et oppriment le peuple depuis plusieurs décennies.

 

Mes très chers compatriotes,

Vous n’avez pas besoin d’attendre la prochaine trahison pour vous convaincre de l’inhabileté de cette vieille classe politique à redresser notre pays et à changer le cours des choses. En tant que Président de la LDRG, je profite de cette occasion pour vous rappeler encore aujourd’hui que le véritable changement viendra de nous, nous le peuple. Il nous revient d’abord, par nos propres moyens, de fonder une Nouvelle République moderne, juste, équitable et sans abus de pouvoir sur nos terres de Guinée. Puis, nous devrons habiller les institutions de notre Nouvelle République par des personnalités compétentes et intègres. Et seulement après, les acteurs politiques qui croient avoir un projet ambitieux pour la nation pourront concourir lors d’élections crédibles et transparentes organisées par une commission électorale exclusivement dirigée par une société civile indépendante. Celles et ceux qui seront alors démocratiquement élus pourront diriger le pays sous le contrôle des institutions fortes et crédibles que nous aurons déjà établies. Voilà le chemin du bon sens. Voilà le chemin du salut. Et c’est vers ce chemin que nous, au sein de la LDRG, nous marchons depuis l’ouverture de la transition en Décembre 2008 en Guinée.

 

Guinéennes et guinéens,

Vous n’êtes plus obligé de choisir entre la peste et le choléra. Je sais que vous ne savez plus où donner de la tête. J’entends le ras-le-bol de toute une génération de guinéennes et guinéens. Mais sachez que vous avez désormais une alternative propre offerte par le Mouvement pour la Nouvelle République dont, du haut de mes 34 longues journées de jeûne et de mes 208 km de marche accompli, je suis le garant moral. Je vous invite à avoir confiance en vous-même et en notre génération. Je vous invite à regarder au-delà des partis et des ethnies. Je vous invite à vous joindre au Mouvement. Si vous ne l’avez pas encore fait, je vous invite à joindre votre signature à la Pétition pour la Nouvelle République. Nous sommes actuellement 1272 vaillants signataires issus de toutes les sensibilités de notre nation. Ensemble, nous pouvons et nous allons apporter le véritable changement en Guinée.

 

Je compte sur vous et je vous remercie de votre aimable attention.

 

Mamadou Oury Diallo

Président de la LDRG

Tag(s) : #Société-Guinée, #Politique-Guinée, #Guinée