Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Depuis que l'affaire des 5 milliards offerts par Alpha Condé à son opposant a éclaté, les critiques n'ont pas cessé de pleuvoir face à ce qui s'apparente à une affaire de corruption inédite en Guinée.
 
Celles et ceux qui défendent le chef de file de l'opposition ne manquent pas non plus d'arguments. Leur première ligne de défense est de dire que c'est une loi qui a été votée au parlement. Mais ils sont incapables de nous montrer dans la loi de Finance la ligne budgétaire qui montre les 5 milliards de Cellou Dalein. De plus, ils font semblant de croire que la Guinée est subitement devenu un État de droit où les seules dépenses autorisées sont celles votées par le Parlement et inscrites au sein du budget de l'État. Leur deuxième ligne de défense est de dire que, non seulement le Chef de File de l'Opposition est une institution au même titre que le Médiateur de la république et le Conseil économique et social, mais de plus, c'est le budget le plus faible de toutes les institutions. Voilà où je veux m'attarder un peu aujourd'hui.
 
Tout d'abord, il est très important que chacun d'entre nous comprenne comment fonctionne les régimes oppressifs en Afrique. Ces régimes ne sont pas des États de droit. Les institutions qui existent et les nominations interviennent sur la base du patronage. En effet, pour que le Président soi sûr de la stabilité de son pouvoir, il s'assure de débaucher dans toutes les sphères du pays des clients influents dans leur milieu qu'il nomme à des postes importants. Le Président devient leur patron. Ces clients ne sont pas à leur poste parce qu'ils sont compétents. Ils sont là pour détourner les fonds publics et alimenter leurs réseaux afin que ces derniers soutiennent le Président. Le jour où les clients perdent leur poste, leurs réseaux n'auront plus de quoi se servir. Cela amène donc les clients à faire de la surenchère pour plaire à leur patron. Nous assistons à cela tous les jours en Guinée. Lorsque le Médiateur de la république dit publiquement que les peuls ne doivent pas avoir le pouvoir politique; ou lorsque l'ex Kountigui dit qu'aucun terrain ne sera désormais vendu à des étrangers; de même que les mamayas à longueur de journée; etc. C'est cela le système de patronage. Les chefs d'États de tels régimes ne tirent pas leur légitimité des urnes. Ce sont ces réseaux de patronage qui assoient leur pouvoir. C'est un système efficace qui garanti au Président la stabilité de son pouvoir. Mais c'est un système qui retarde énormément un pays car la quasi-totalité des fonds publics sont utilisés par le Président pour agrandir et alimenter ses réseaux de patronage.
 
Lorsque les défenseurs de Cellou Dalein dans cette affaire de 5 milliards disent que "le chef de file de l'opposition est une institution comme le médiateur de la république" et que "le budget du chef de file de l'opposition est le plus petit de toutes les institutions", cela veut tout simplement dire que Cellou Dalein fait désormais partie du système de patronage du Président Alpha Condé. Car, personne n'est sans savoir qu'en Guinée, ce n'est ni le parlement ni une loi, mais plutôt le Président qui décide de tout.
 
En acceptant de faire partie du système de patronage de Alpha Condé, l'opposant se positionne dans la continuité des régimes prédateurs qui dilapident les ressources publiques et oppriment les populations. Désormais, Cellou Dalein cherche à promouvoir ses intérêts et ceux de son réseaux de patronage. Les intérêts de la nation ne sont plus sa priorité.
 
Il est important de le souligner car cela apporte de la clarté dans l'environnement sociopolitique Guinéen. Désormais il y a d'un côté ceux qui aident le régime à dilapider nos ressources; et de l'autre, ceux qui refusent d'aller à la soupe tout en luttant pour changer véritablement le système de corruption en Guinée. La LDRG fait partie de cette deuxième catégorie. La mobilisation continue et nous lutterons jusqu'à l'avènement d'une Nouvelle République moderne, juste, équitable et sans abus de pouvoir en Guinée.
 
Mamadou Oury Diallo
Président de la LDRG
Guinée: Avec ces 5 milliards Cellou Dalein retrouve une place dorée au sein du système de patronage de Alpha Condé
Tag(s) : #Politique-Guinée