Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Depuis quelques années, la majorité des parties politiques en Guinée tient des Assemblées générales chaque fin de semaine. Que des partis politiques tiennent des Assemblées générales, rien d'anormal. Cependant, la médiatisation à outrance de ces rencontres hebdomadaires partisanes commence à nuire à la démocratisation et à l'unité nationale.

Tout d'abord, dans un pays qui aspire à la démocratisation, les débats et les critiques politiques doivent se tenir, autant que possible, dans l'enceinte du Parlement (Assemblée nationale). En Guinée, les acteurs politiques privilégient les Assemblées générales hebdomadaires de leur parti pour critiquer leurs adversaires. À chaque Assemblée générale, c'est à savoir qui sera l'orateur le plus virulent dans ses critiques. Ces critiques, puisqu'elles se tiennent en dehors du Parlement, elles ont tendance à porter sur des attaques personnelles qui n'ont rien à voire avec l'intérêt de la démocratie, des populations et du pays. D'attaques personnelles en attaques personnelles, nous commençons à assister à une surenchère politicienne où les belligérants se menacent de morts, se diffament à outrance, et se bataillent en justice.

Cette tournure qu'est en train de prendre le débat publique en Guinée constitue une anomalie préjudiciable à la démocratisation du pays et à l'unité nationale. L'ambiance actuelle des Assemblées générales des partis politiques en Guinée ressemble dangereusement à la tristement célèbre histoire de la "radio mille collines" au Rwanda. Ces assemblées générales préparent les esprits des militants à haïr profondément les adversaires politiques au point d'être prêt à les éliminer physiquement ou à n'avoir aucune empathie nationale pour eux. C'est une pente très dangereuse qui interpelle et appelle la presse guinéenne et les différents responsables politiques guinéens à une très grande vigilance.

Pour l'intérêt de la démocratisation et de l'unité nationale, la Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée (LDRG) recommande:

1-À la presse guinéenne: d'accentuer leurs efforts de médiatisation du débat public guinéen sur le travail qui se fait et le débat qui se tient au sein du Parlement (Assemblée nationale). Cela est primordiale pour rehausser le niveau du débat public guinéen et exposer aux populations les propositions de chaque parti politique par rapport aux différents enjeux socio-économiques qui les concerne.

2-Aux différents partis politiques: de réserver leur assemblées générales aux questions internes et propre à leur parti. Et pour toute question nécessitant une communication publique, de privilégier des conférences de presse à la maison de la presse.

3-Au gouvernement et à la justice guinéenne: de renforcer la législation contre les discours de haine et d'appliquer sévèrement la loi pour tout écart de langage susceptible de porter préjudice à l'unité de la nation. L'une des mesures préventives serait la création immédiate d'une unité judiciaire chargée de veiller aux discours de haine au sein des partis politiques.

En ce qui concerne la LDRG, nous sommes un Mouvement politique moderne qui ne participera aucunement à cette sur-enchère politicienne qui ne mène nulle part. Nous avons une autre conception de la politique, et nous avons surtout des solutions aux problèmes que vivent nos populations. Voilà pourquoi nous allons sur le terrain expliquer aux populations en quoi nos solutions sont les meilleurs. Et voilà pourquoi nous avons l'intention de solliciter leur confiance pour gouverner ce pays. C'est cela avant tout le sens de la politique.

Mamadou Oury Diallo
Président de la LDRG

LDRG - Les Assemblées générales hebdomadaires des partis politiques en Guinée: De petites radios mille collines
Tag(s) : #Politique-Guinée, #Société-Guinée, #Guinée