Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'annonce du gouvernement guinéen de ne pas orienter les nouveaux lauréats du baccalauréat vers les universités privées en Guinée est une étape supplémentaire dans la crise de l'enseignement supérieur. C'est une crise qui n'est à l'avantage d'aucune partie, surtout pas des pauvres étudiants qui ne demandent qu'à avoir des études supérieures de qualité pour pouvoir faire leur vie.
 
Au sein de la LDRG, nous avons la conviction que cette décision n'a aucun sens dans la mesure où, année après année, la Guinée continue tout de même a envoyer des boursiers à l'étranger pour faire des études. Pourquoi l'enseignement privé guinéen ne serait-il pas alors privilégié?
 
Qu'il y ait des malentendus entre le secteur de l'enseignement privé et le gouvernement, cela est tout à fait compréhensible. Cependant, il est d'une grande irresponsabilité de prendre en otage l'enseignement supérieur du pays et l'avenir des jeunes.
 
La LDRG invite donc le gouvernement à revenir à de meilleurs sentiments. Nous invitons le secteur de l'enseignement privé à intégrer dans son plan stratégique cette nouvelle donne.Et nous invitons les deux parties à revenir à la table des négociations pour trouver une issue favorable à cette crise.
 
Dans le programme de la LDRG, l'éducation nationale est une priorité centrale. Notre projet de réforme est déjà prêt. Nous invitons les uns et les autres à s'en inspirer.
 
Mamadou Oury Diallo
Président de la LDRG
Guinée - Crise de l'enseignement supérieur: Privilégier le dialogue et le compromis
Tag(s) : #Société-Guinée, #Politique-Guinée, #Guinée