Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le débat sur la sortie de Franc CFA semble avoir franchi un cap ces dernières semaines en Afrique, notamment depuis l’arrestation du militant Kémi Seba accusé d’avoir brulé un billet de 5 milles FCFA pour réclamer la souveraineté monétaire des pays africains ayant en commun le Franc CFA.

Depuis l’ouverture de ce débat, je m’étais imposé un silence total. Je me suis imposé ce silence pour deux raisons : premièrement, au-delà des questions de souveraineté monétaire dont la pertinence est discutable, sur le plan purement économique et monétaire, pour avoir fait des recherches avancées sur le sujet, je sais que le FCFA a des avantages et des inconvénients pour les pays qui en font usage. De ce fait, chaque camp peut valablement défendre ses arguments. Deuxièmement, en tant que Guinéen, certes la situation économique de la sous-région peut avoir un impact sur mon pays, cependant, mon pays n’est pas directement concerné par le FCFA. Il est inutile de rappeler ici pourquoi la Guinée est l’un des seuls pays francophones de la sous-région à ne pas avoir le FCFA comme monnaie nationale. Il aurait été donc un peu maladroit, et même déplacé, d’intervenir directement dans ce débat sans être accusé d’ingérence.

Cependant, ce silence que je m’étais imposé ne semble plus être valable dans la mesure où, ce 31 Août à l’Élysée, Mr Alhassane Ouattara, Président de la Côte d’Ivoire, dévoile son rêve le plus ardent et les véritables objectifs de son gouvernement, à savoir: « élargir la zone monétaire couverte par le Franc CFA à toute la CEDEAO ». Mr Alhassane Ouattara est un monsieur que j’admire personnellement pour ces capacités de gestion. Sur le plan économique par exemple, il a réussi à relancer fortement la Côte d’Ivoire après de multiples conflits meurtriers. Cependant, je crois qu’il aurait pu se passer d’un tel commentaire à l’Élysée parce que je ne vois pas comment il pourrait forcer des pays tels que la Guinée, le Ghana, le Nigéria, la Sierra-Leonne ou le Libéria à adopter le Franc CFA. C’est un commentaire ridicule qui ne peut amuser que les nostalgiques de l’ère colonial.

Au moment où l’Afrique des institutions fortes et souveraines est en train de naître sous nos yeux au Kenya (invalidation du scrutin présidentiel par la Cour Suprême), il est très déplacé de nous ramener sur des débats stériles du passé. Par le passé, même si nous sommes encore aujourd’hui en train de le payer au prix d’une instabilité politique et économique durable, la Guinée avait déjà montré la voie de la liberté et de la souveraineté grâce à laquelle des pays comme la Côte d’Ivoire peuvent aujourd’hui s’enorgueillir de ne pas être une colonie, du moins officiellement. La Guinée assume, elle ne regrette pas ses choix. Nous invitons donc Mr Alhassane Ouattara à se détromper. Pour les pays hors de la zone CFA, l’avenir de la CEDEAO est ailleurs. Elle est dans l’intégration politique et économique régionale, dans la défense commune, dans la gestion partagée des ressources, dans un système régional de formation de cadres compétents, dans les échanges commerciaux, et dans l’implantation de pôle de compétitivités économiques. C’est cela l’avenir.

Nous invitons Mr Alhassane Ouattara à éclaircir ses propos tenus le 31 Août 2017 à L’Élysée. Ce sont des propos qui ne sont pas de nature à rassurer les partenaires sous-régionaux de la Côte d’Ivoire.

NB : Consultez l’article rapportant les propos du Président de la Côte d’Ivoire sur rfi : http://www.rfi.fr/afrique/20170831-emmanuel-macron-alassane-ouattara-plaident-cause-franc-cfa?ref=fb_i

Mamadou Oury Diallo

Président de la LDRG

« Kémi Séba - Sortie du FCFA : Alhassane Ouattara fait un rêve très étrange à l’Élysée »
Tag(s) : #Afrique de l'Ouest, #Africa, #Afrique