Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Durant les élections locales de février 2018, le monde avait cru que nous avions atteint le pire en Guinée. En réalité, c'était sans compter sur la suite de l'histoire. Non seulement après 8 mois la grande majorité des "élus" issus des élections locales de février 2018 non pas encore pu occuper leur fonction, mais de plus, rien qu'en observant le grand désordre qui entoure actuellement l'installation de ces élus, on se rend facilement compte à quel point la Guinée est malheureusement très loin du véritable développement.

On oublie souvent de le rappeler, mais les collectivités locales sont au cœur de tout développement. Que ça soi pour l'assainissement des quartiers et la protection de l’environnement, ou pour les centres de santé et l'école primaire, ou pour les petites entreprises et les centres de réinsertion, ou pour la bonne gouvernance locale et l'éducation civique; tous ces enjeux importants pour les populations locales se traitent au niveau des collectivités locales. En plus du fait qu'aucun de ces enjeux n'a été soulevé durant les élections locales de février 2018 qui furent plutôt une tribune pour les étroits d’esprit d'exposer leur haine ethnocentriste et promouvoir la violence, mais de plus, aujourd'hui, 8 mois après les élections locales, alors que les élus devraient être au travail, c'est plutôt à des chamailleries ridicules que nous avons droit.

Pourtant, il faut bien que les uns et les autres reviennent à la raison. NOUS EN AVONS TOTALEMENT MARRE de voire notre pays dans cet état. Nous en appelons au Président de la République car il est le seul qui puisse aujourd'hui régler cette pagaille. Que les conseils communaux soient installés conformément aux résultats des urnes et aux accords politiques. En démocratie, les élections sont le moment de vérité. Que celles et ceux qui ne sont pas satisfaits des résultats des urnes attendent les prochaines élections pour s'exprimer. Mais le verdict des urnes s'imposent à tout le monde, que ça soit les imams, les patriarches, les évêques, les kountinguis, ou je ne sais quel autre fanfaron. Toute tentative de traduire autrement la vérité des urnes n'est pas acceptable et pourrait provoquer de sérieux troubles aux conséquences inattendues. 

Que chacun assume ses responsabilités!

M.O.D

Tag(s) : #Société-Guinée, #Politique-Guinée, #Guinée