Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y a à peine 3 semaines, dans le contexte de hausse sporadique des violences politiques, le Général Namory Traoré, Chef d’Etat-Major des Armées, publiait un communiqué dans lequel il affirmait: "L'Etat-major général des armées précise que les Forces armées guinéennes ne sont nullement impliquées dans les opérations de maintien de l'ordre public. Cela relève exclusivement de la Police et de la Gendarmerie. Par conséquent, dès qu'il y a manifestation, les militaires sont consignés. Les commandants des différentes unités sont chargés de veiller à l'application stricte de ces consignes, d'effectuer des contrôles périodiques et de rendre compte à l'Etat-major général des armées".
Quelques 3 semaines plus tard, après de nouvelles bavures policières à Wanindara, la tentative d'assassinat du Chef de file de l'opposition, et la démission d'un ministre de son gouvernement, Alpha Condé et Kassory Fofana contredisent le Chef d'État-Major des Armées en sollicitant l'intervention officielles des forces armées dans le maintien de l'ordre public en Guinée.
Ce contredit au plus haut sommet de l'État prouve deux choses:
1-La panique gagne le gouvernement.
2-L'armée n'est pas parfaitement alignée avec les agissements du gouvernement en matière de maintien de l'ordre public.
La LDRG salue la position de l'État-Major des Armées face à la question du maintient de l'ordre en Guinée. L'armée a entamée une reforme très louable dont il serait extrêmement regrettable de ternir aujourd'hui. Nous considérons que ce ne sont pas les forces armées guinéennes qui sont aujourd'hui dans les quartiers en train de terroriser la population, mais plutôt des rebelles et des milices armées. Et s'il y a des rebelles et des milices incontrôlées au pays, il est du devoir de l'armée d'en débarrasser la Guinée.
M.O.D
Tag(s) : #Guinée, #Politique-Guinée