Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les ami(e)s, vous savez que bientôt il y aura la monnaie unique Ouest-Africaine. Donc tous les pays de la sous-région sont appelés à faire le ménage dans leur système financier (c'est-à-dire dans les circuits des banques). C'est pour l'aider à voire claire dans ces circuits que le gouvernement guinéen avait invité en Juin 2019 une mission du FMI à la Banque Centrale de Guinée (BCRG). Je vais essayer de vous expliquer, sans avoir l'aire technique, ce qui se passe.

En fait, depuis que les experts du FMI ont fini leur mission à la BCRG, ils sont presque tous suivis par des psychologues parce que ce qu'ils ont vu à la BCRG est traumatisant. Sans rigoler. C'est seulement hier qu'ils ont finalement pu publier le Rapport de leur mission tellement qu'ils n'en reviennent pas de ce qu'ils ont découvert: la Guinée est un nouveau type de Paradis fiscal. En fait, leur calcul montre que le ratio de position nette du système financier en Guinée est supérieur à 100%. C'est à dire que si toutes les devises en circulation sont rappelées le même jour, toutes les banques du pays feront faillites. Mais ce qui à mis K.O. les experts du FMI c'est lorsqu'ils ont demandé à la BCRG d'expliquer pourquoi elle a un ratio prudentiel de moins de 20% alors que eux leur indicateur est supérieur à 100%. Et puis, BANG! La BCRG dit qu'elle ne peut pas expliquer la différence. Voilà l'affaire!

Dans leur rapport, c'est très rare de voire ça, les experts du FMI avouent qu'ils ne peuvent rien faire pour la BCRG jusqu'à ce qu'elle apprenne à faire des calculs justes avec des données fiables. Mais les experts du FMI ont quand même rassuré tout le monde: Pas de panique! Toutes les banques en Guinée appartiennent à des groupes étrangers qui peuvent les alimenter si la situation se complique. La seule banque guinéo-guinéenne (Banque pour le Développement) à été récemment créé sans modèle opératoire. C'est à dire, vous déposez de l'argent, vous retirez de l'argent, et puis en fin de journée on vérifie s'il reste quelque chose. Voilà! Les experts du FMI recommandent surtout au gouvernement de mettre en pause les opérations de cette banque-là.

BLAGUES À PART: Maintenant que la Guinée se retrouve dans l'obligation de mettre à niveau son système financier, c'est maintenant que nous allons découvrir le grand retard que nous accusons en la matière. Les pays de l'UEMOA ont dépassé ce problème depuis des décennies parce que c'est la Banque Centrale Ouest-Africaine (BCAO) qui fait le travail. Le Ghana a également une Banque centrale indépendante, donc eux aussi ont dépassé ce problème il y a très longtemps. La première fois que j'ai commencé à prôner l'indépendance fonctionnelle et organisationnelle de la BCRG, c'était du vivant du Général Lansana Conté, en 2006. J'avais même publié des Statuts d'une Banque Centrale indépendante pour la Guinée à l'image de celle du Ghana. L'indépendance de la Banque Centrale figure même dans notre Pétition pour une Nouvelle République. Elle figure également dans le Mémorandum pour l'ouverture d'une période de transition que j'ai récemment publié. Dans un pays comme la Guinée caractérisé par la mauvaise gouvernance, tant et aussi longtemps que la banque centrale ne sera pas indépendante, le système financier ne sera jamais stable et sain. Il faut rappeler que, en plus de veuiller à la stabilité des prix (inflation), la Banque centrale est le gendarme du système financier. Mais le Président Alpha Condé a nommé à la tête de cette même institution un monsieur qui avait reconnu durant la transition de 2008 avoir détourné des fonds publics. Il avait même commencé à rembourser les sommes détournées. Voilà la porte ouverte à toutes les catastrophes: blanchiement d'argent des mafieux de toutes origines, trafiques de devises, et planche à billets. Ces réseaux de trafiques sont bien connus et identifiés à Conakry.

Les experts du FMI ne peuvent jamais se retrouver dans ces labyrinthes mafieux. Il faut commencer par engager une lutte farouche contre la corruption et garantir paralèllement l'indépendance de la BCRG. En ce moment, l'on peut espérer avoir un système financier assaini et stable en Guinée. J'appelle donc encore une fois à l'ouverture d'une période de transition en Guinée pour nous donner les moyens d'agir sérieusement.

M.O.D

Tag(s) : #Economie-Guinée, #Guinée, #Guinea