Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Réponse de la Banque Mondiale à la demande d'aide des autorités en Guinée vis-à-vis du plan de riposte économique contre le COVID-19 vient consolider les conclusions de l'Évaluation que la LDRG a déjà fait sur ce plan: 

**Sur le plan de la protection sociale: La Banque Mondiale appuie les conclusions de la LDRG. En effet, les autorités ne disposent d'aucun moyen pour atteindre les populations qui sont actuellement les plus vulnérables et les plus nécessiteuses. De ce fait, la Guinée à $70 millions qui dorment avec la Banque Mondiale jusqu'à ce que le pays se dote d'un système de protection sociale efficace. Autrement dit, même si la Banque Mondiale mettait aujourd'hui cette somme à la disposition du pays, les autorités ne peuvent malgré tout pas aider les populations les plus affectées par la crise.

**Sur le plan de la gratuité des factures d'eau et électricité: La Banque Mondiale arrive à la même conclusion que la LDRG. En effet, les branchements clandestins et l'instabilité de la déserte rendent la mesure inefficace (peu de foyers sont concernés). Alors que les autorités avaient surévalué cette mesure à $41 millions, la Banque Mondiale arrive à un chiffre inférieur à $1 millions de dollars. Cette mesure devrait même être tout simplement annulée.

**Sur le plan de la gouvernance: La Banque Mondiale exige la publication par les autorités des mécanismes de gestion du Fonds de Riposte COVID-19. Et elle demande l'établissement du lien entre ce fonds et le budget de l'État. En gros, la Banque Mondiale partage les mêmes doutes que la LDRG concernant la corruption phénoménale dans le pays. Dans son Rapport, la LDRG préconise l'adoption immédiate d'une Loi Anti-corruption à la hauteur des enjeux (La LDRG a déjà un Projet de loi à ce sujet qui est prêt). C'est ce doute qui fait que la Banque Mondiale n'a même pas abordé la question des $117 millions que le plan de riposte prévoit pour la réhabilitation du système de santé publique en Guinée.

Au final, nous pouvons donc conclure que la mauvaise gouvernance et la médiocrité prive la Guinée du financement nécessaire pour faire face à la pandémie du COVID-19. Que celui qui se réjouit de la gestion actuelle du pays lève la main.

M.O.D

Tag(s) : #Economie-Guinée, #Guinée