Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Communauté des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), comme l’ensemble de la Communauté Internationale, est dans son rôle de condamner un coup d’État militaire. Cependant, ces 10 dernières années monsieur Alpha Condé avait réussi à instaurer en République de Guinée un régime ethnocentrique qui faisait peser un danger encore beaucoup plus important pour la paix et la stabilité dans la sous-région. Le régime de monsieur Alpha Condé violait pas moins de 10 conventions internationales. Notamment :

  1. Les Principes de base de l’ONU sur le recours à la force et l’utilisation des armes à feu par les responsables de l’application des lois;
  2. La Convention Internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées;
  3. La Convention Internationale pour la répression de la traite des êtres humains.
  4. L’article 59 du Traité de la Communauté Économiques des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour la libre circulation des personnes et des marchandises;
  5. La Charte Africaine des droits de l’homme et des peuples;
  6. La Convention Internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale; 
  7. Le Pacte International relatif aux droits civils et politiques;
  8. Le Plan d’action de Rabat sur l’interdiction de l’appel à la haine nationale, raciale ou religieuse;
  9. La Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide; et
  10. Les Principes de base et directives internationales concernant les expulsions et les déplacements liés au développement.

Au cours des dernières années, les crises politico-institutionnelles créées de toutes pièces par le régime de monsieur Alpha Condé a amené à plusieurs reprises la CEDEAO à intervenir sans jamais désespérer d’une sortie heureuse de crise en Guinée. Les populations guinéennes en sont très reconnaissantes et elles saluent les efforts employés à cet effet par CEDEAO. De même, nous saluons le Communiqué du 5 Septembre 2021 du Président en exercice de la CEDEAO, Mr Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, lequel communiqué se conclut en exprimant la solidarité de la CEDEAO avec le peuple de Guinée. 

Par ailleurs, il est utile de rappeler que depuis le 5 septembre 2021, les populations guinéennes accueillent avec soulagement et espoirs le Comité National pour le Rassemblement et le Développement (CNRD). Entretenir et consolider cet espoir est de la responsabilité du CNRD, de la société civile guinéenne et de l’ensemble de la Communauté Internationale. De ce fait, non seulement les populations guinéennes risquent de ne pas bien comprendre l’opportunité de sanctions envers la Guinée, mais de plus, nous jugeons prématuré la décision prise ce 8 Septembre 2021 de suspendre la Guinée des instances de la CEDEAO. Nous espérons que ces sanctions seront bientôt levées afin que la participation de cette institution sous-régionale soit beaucoup plus constructive dans la transition en cours en Guinée. Nous invitons notamment la CEDEAO à accompagner le Gouvernement d’Union nationale qui sera prochainement mis en place dans l’accomplissement et la réussite de ses principales missions.

Mamadou Oury Diallo
Président de la LDRG

Tag(s) : #Africa, #Afrique, #Afrique de l'Ouest, #Guinée