Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Guinéennes et guinéens,
Mes très chers compatriotes,
Suite aux évènements du 5 Septembre 2021 et les premières annonces faites par le Comité National du Rassemblement pour le Développement (CNRP), je tiens, avec cette deuxième déclaration de la Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée (LDRG), réitérer d’abord et encore ma totale adhésion, ainsi que celle des membres et sympathisants de mon Mouvement, au discours de prise de pouvoir du Colonel Mamady Doumbouya : mettre fin à la personnalisation du pouvoir politique en Guinée, ne pas répéter les mêmes erreurs du passé, une concertation nationale ouverte favorisant une révision constitutionnelle inclusive, l’invitation lancée à la diaspora guinéenne, et la lutte contre la corruption. Ce sont là des mots qui traduisent une vision à laquelle nous adhérons totalement. 

Deuxièmement, toute la candeur de cette Déclaration numéro 2 de la LDRG consiste surtout à mettre l’accent sur un élément primordiale qui, s’il n’est pas pris au sérieux, risque très fort de remettre en cause l’aboutissement heureux de la transition qui s’annonce en Guinée. Il s’agit notamment, malgré les pressions internes et internationales, à surtout éviter la PRÉCIPITATION dans la conduite de la transition ouverte depuis le 5 Septembre 2021 en Guinée. 

En effet, sans vouloir refaire l’histoire, mais il me semble important de rappeler ici que la précipitation fut le péché collectif commis par la junte militaire et la classe politique guinéenne lors de la transition de décembre 2008 en Guinée. À l’époque, pour celles et ceux qui ont bonne mémoire, la LDRG était le seul Mouvement dans l’environnement sociopolitique guinéen qui réclamait la nécessité de doter notre pays d’institutions fortes et équilibrées avant la tenue d’une quelconque élection dans le pays. La classe politique guinéenne dans son entièreté avançait plutôt l’argument selon lequel « la Guinée avait les meilleurs textes au monde, il qu’il suffisait tout simplement d’organiser les élections ». Alors que j’initiais ma Campagne de jeûne pour la Nouvelle République, la Marche pour la Nouvelle République, et que je faisais signer la Pétition pour la Nouvelle République; au même moment, l’ensemble de la classe politique de notre pays n’était préoccupé que par la tenue des élections au point de rédiger à huis-clos et faire décréter une constitution dont le contenu était totalement inconnue du peuple. Parce que les institutions issues de la transition de 2008 étaient faibles, incohérentes et illégitimes, cela a naturellement favorisé la personnalisation du pouvoir au point que le président issue de la transition de 2008 avait réussi à changer en 2020 la constitution pour se maintenir au pouvoir. Nous savons tous comment cela s’est terminé le du 5 Septembre 2021. Nous voilà donc treize années après la transition de 2008, de retour à la case départ parce que tout simplement à l’époque la précipitation dans l’arrogance des élites politiques et de la junte militaire avait prévalu sur la sérénité et la participation citoyenne. De ce fait, aujourd’hui encore donc, je tiens déjà à inviter le CNRD et la classe politique guinéenne à tirer les leçons de la transition de 2008. Mais je dois avouer que les propos du Colonel Mamady Doumbouya et de certains leaders d’importants partis politiques sont beaucoup rassurants à cet effet. 

En ce qui concerne la LDRG, la proposition spécifique que nous soumettons par rapport au calendrier de la transition est très logique et clair : il s’agit d’une période de transition de 3 ans au bout de laquelle des élections législatives seront d’abord organisées en même temps que le référendum pour l’adoption de la nouvelle constitution. Le Président du CNRD restera Président de la République après les législatives et le référendum pour garantir l’ameublement des nouvelles institutions selon les nouveaux textes fondamentaux du pays. Au bout du processus d’ameublement des nouvelles institutions, il y aura des élections présidentielles pour clôturer le processus transitoire. Il est donc très important que le Colonel Mamady Doumbouya ne se précipite pas, même pour la formation du Gouvernement d’Union nationale, car une erreur de casting peut immédiatement estomper l’engouement populaire. Ce que personne ne souhaite évidemment!

Mesdames et messieurs,
Cette proposition de calendrier est naturellement incluse dans la Feuille de route pour une transition heureuse en Guinée que nous avons publié dès le 5 Septembre 2021. Cependant, ceci n’est que la proposition concernant le calendrier du processus de transition. Nos propositions concernant la mission du gouvernement d’union nationale, le processus de réforme constitutionnelle, et le contenu de la nouvelle constitution feront l’objet de déclarations ultérieures. Je dois simplement terminer en rappelant que nos propositions sont accompagnées de 41 jours de jeûne, 215 km de marche et 1628 signataires issus de toutes les sensibilités de notre nation. Voilà pourquoi il est un devoir inviolable pour moi de répondre favorablement à l’invitation du Président du CNRD, le Colonel Mamady Doumbouya, à la participation aux concertations nationales prévues à cet effet.

Je vous remercie.

Mamadou Oury Diallo
Président de la LDRG 

Tag(s) : #Africa, #Afrique, #Afrique de l'Ouest, #Guinée