Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Suite à la lettre du 21 janvier 2009 de Human Right Watch adressée aux responsables du CNDD, la « Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée » a particulièrement salué la référence faite dans cette lettre sur la nécessité de poursuivre l’enquête et d’établir justice par rapport aux crimes de janvier 2007 en Guinée, conformément aux normes internationales de procès équitable.

 

Le rapport

« Mourir pour le changement » de Human Right Watch retrace fidèlement toutes les atrocités commises par les forces de l’ordre lors des évènements de janvier 2007, et illustre tout le risque et le danger de confier la gestion d’une quelconque transition démocratique à ces forces armées.

 

En aucun cas une transition démocratique sous la coupole de forces armées qui se sont illustré durant 24 années par des abus de pouvoirs, des violations flagrantes de droits humains et des hold-up contre la démocratie guinéenne ne peut être légitime et crédible. Il est temps que nos forces armées connaissent leur rôle dans une démocratie et leur place dans une république.

 

La transition démocratique en Guinée n’aura lieu que lorsque tous, des forces armées aux forces civiles, des forces politiques aux forces religieuses, des forces économiques aux forces sociales, lorsque tous, nous nous mettrons en dessous de la Loi, lorsque tous nous seront égaux devant la Loi et lorsque seule la Loi aura valeur de force suprême dans notre démocratie.

 

La Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée, pour sa part, ne reconnaîtra en aucun cas un quelconque régime militaire, ni même un gouvernement sortant d’une quelconque transition militaire en Guinée.

 

Nous exhortons les me

mbres du CNDD à transférer sans délai la gestion totale de la transition à des institutions répondant à la feuille de route des concertations nationales de mars 2006. A défaut, nous nous engageons à poursuivre notre croisade au sein de la communauté internationale pour soutenir cette seconde phase des sanctions internationales, notamment :

  •   
    En appuyant le rapport de Human Right Watch pour connaître justice par rapport aux répressions militaires de juin 2006 et janvier 2007 ;
  •   
    En suspendant toutes transactions commerciales et militaires susceptibles d’entraîner la main mise de la junte sur les droits des populations guinéennes ;

    En gelant les avoirs des membres de la junte ainsi que leurs collaborateurs, tout en les interdisant de séjour dans les pays démocratiques et de droits ;

La Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée appelle l’ensemble des forces vives guinéennes à sortir de « l’illusion du changement » et de réaliser le danger imminent qui menace notre nation. Les forces armées guinéenne ont, comme toutes les couches sociales guinéennes, un rôle à jouer dans la transition démocratique en Guinée, mais il n’est plus question de repartir sur la base de la loi de la force.

 

Demander aux forces armées de rendre justice revient tout simplement à s’attendre à la justice du plus fort, celle que nous avons connu durant les 24 dernières années. Nous ne pouvons pas prétendre vouloir l’Etat de droit en affaiblissant la Loi. Cette période de transition est l’occasion inouïe en Guinée pour donner de la force à la Loi, réconcilier les Guinéens entre eux et jeter les bases solides d’un Etat nation viable.

 

Donner de la force à la Loi est l’entreprise à laquelle la « Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée » invite la jeunesse et l’ensemble des guinéennes et guinéens. Le passage des « forces armées » à la « force de la Loi » n’est pas une entreprise facile, mais notre passion de l’histoire et de la géographie guinéenne, conjuguée avec nos convictions démocratiques, nous mèneront au bout.

 

En tout état de cause, la Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée, au nom de la jeunesse guinéenne, réitère son ferme engagement aux côtés de la communauté internationale et des populations guinéennes dans la lutte pour la restauration de l’Etat de droit et de la Démocratie guinéenne.

 

« 24 années c’est assez, STOP AU KAKI »

 

« Diversité, Loi, Liberté »

 

Mamadou Oury Diallo

Tag(s) : #Transition-Guinée