Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En ce début du vingt-unième siècle, la civilisation humaine n’aura jamais été autant virtuelle, étincelante et admirable. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication révolutionnant les notions de distance et de temps, la médecine au point de créer la vie humaine, les secrets du cosmos dévoilés de minute en minute, terre, mer et air passés à la loupe. L’Homme apparaît véritablement à l’ordre du divin.

 

Cependant, autant la civilisation humaine semble atteindre son apogée en ce début du vingt-unième siècle, autant cette même civilisation semble redécouvrir son égarement et son impuissance fasse à l’ordre naturel de l’univers. Comme par hasard, en moins d’une année, la civilisation humaine apparaît systémiquement invalide et sévèrement désavouée par diverses forces naturelles :

 

  • La répétition des crises économiques et financières, dont la dernière en date est celle des « Subprimes » de l’été 2007, conjugué à la crise alimentaire et à la croissance de la pauvreté mondiale, augure, sans aucun doute, le déclin de l’illustre « culte de l’égoïsme et du matériel » ;

 

  • Les multiples contrastes  moraux du monde contemporain atteignant leur paroxysme et se manifestant, tantôt par les miracles diplomatiques du multilatéralisme et l’aveuglement de l’unilatéralisme ; tantôt par la promotion des magnifiques valeurs démocratiques et la contestation mondiale de la victoire démocratique du Hamas; tantôt par le magnifique espoir que laisse scintiller les 60 années d’existence de l’Etat d’Israël et le silence insupportable face aux 60 années de Naqba du peuple de Palestine ; Autant de contrastes moraux qui attestent la frivolité de cette civilisation ;

 

  • La répétition, en quelques semaines, de catastrophes naturelles allant des récentes tornades meurtrières aux Etats-Unis, au remarquable grondement du volcan Chaiten au Chili, sans oublier la catastrophe birmane (près de 180 000 morts) et le séisme en Chine (près de 80 000 morts). Autant de catastrophes naturelles, ajoutées au Tsunami qui frappa l’Asie du sud en 2004 et à l’ouragan Katrina qui éprouva les Etats-Unis en 2005, dévoilant toute l’impuissance de l’Homme face à ce qu’il prétend domestiquer et ne cesse de harceler depuis des millénaires, la nature ;

 

Frères et sœurs, comme par hasard, en quelques mois, financièrement, économiquement, moralement, physiquement et humainement, notre civilisation est complètement éprouvée. Oh quel hasard ! Qui disait déjà que : « ce que nous appelons “hasard” n’est que la logique de Dieu. » Y en a-t-il encore parmi nous qui doutent une seconde de l’insignifiance de l’humain face à cette immuable force immatérielle et naturelle ? Ce ne sont pourtant là que quelques signes qui devraient nous interpeller.

 

Frères et sœurs, cette civilisation, la nôtre, aussi resplendissante et étincelante soit-elle, porte en elle les contradictions fondamentales et les raisons de sa propre éteinte. Le plus grand défi de la civilisation humaine ne réside ni dans la pointe technologique ni dans l’édification d’un vaste empire planétaire, ce qui n’est que dans l’ordre naturel de l’univers.

 

Aujourd’hui, le plus grand défi de notre civilisation réside en sa faculté à admettre et reconnaître ses erreurs, en la domestication de l’instinct animalier qui hante l’Homme, arriver à la prééminence de l’immatériel sur le matériel, arriver à l’humanisme et oser la Justice. Ce sera cela l’apogée de la civilisation humaine.

 

Au sortir de cette rude épreuve, rien, plus rien ne sera plus comme avant : soit la civilisation humaine aura sombrée soit elle sera sauvée, mais elle ne tiendra plus assez longtemps dans le mensonge et le non-dit.

 

  • Elle aura sombré parce que les contrastes moraux et économiques sont tels que, si « ce qu’il faut » n’est pas fait, le Résurrecteur décrétera l’Heure Finale, car la haine de l’autre est devenue la foi d’extrémistes nuisiblement armés, lesquels extrémistes sont eux-mêmes nourrit par l’injustice systémique de la civilisation actuelle ;

 

  • Elle ne sera sauvée que si les grands décideurs de l’humanité jugent qu’il est temps de discipliner le grand capital ; que si les grands décideurs de l’humanité jugent qu’il est temps de consolider l’existence de l’Etat d’Israël et surtout de rendre Justice au peuple de Palestine ; que si les grands décideurs de l’humanité entendent les populations d’Afrique.

 

Connaissant l’Homme et son caractère, il y a de quoi douter de sa capacité à sauver cette merveilleuse civilisation. Le croire capable de sauver cette civilisation ne serait pas non plus chimérique car, de cette civilisation, nous observons également les signes d’une nouvelle ère, nous observons des signes d’espoir en la capacité de l’humanité à pouvoir faire « ce qu’il faut ».

 

Tout d’abord, la Chine, pratiquement la moitié de l’humanité, en ces moments douloureux d’un séisme historique, s’ouvre au monde et laisse souffler une énorme vague d’oxygène en son intérieur. Certes, cette transparence affichée ne saura faire oublier ses graves répressions commises par-ci et par-là ; certes l’approche des jeux olympiques de Pékin y est pour quelque chose, mais une chose est certaine : la Chine d’avant le séisme et les jeux olympiques de 2008 ne sera plus comme la Chine d’après le séisme et les jeux olympiques de Pékin 2008. Ces deux évènements resteront désormais des références pour la gestion de quelques catastrophes, scandales ou évènements qu’ils soient en Chine, et le parti communiste chinois est appelé plus rapidement que prévu à fléchir devant ce milliard de population témoin. Voilà l’un des espoirs que cette civilisation laisse scintiller, à nous de l’entretenir…

 

Puis, et ça se passe aux Etats-Unis, nous assistons à ce que cette civilisation peut offrir de plus rédempteur : un jeune immigré noire d’origine africaine, une femme politique et un rescapé de la guerre du Vietnam concourant à armes égales pour les commandes de l’une des plus grandes, sinon la plus grande puissance du monde.

 

·        Comme si l’esclavage et le racisme n’ont jamais existé sur terre ;

 

·        Comme si la définition de mot “noire” aura subitement changé dans tous les dictionnaires ;

 

·        Comme si  l’inéquité entre homme et femme n’auront jamais existé ;

 

·        Comme si les femino-phobes et intégristes religieux n’existent plus sur terre ;

 

Cet évènement inédit, hautement médiatisé grâce aux technologies de l’information et de la communication, se déroule aux yeux d’un monde où chacun, dans son propre intérieur, est amené à s’exorciser d’un paradigme inhumain et injuste qui n’a que assez longtemps biaisé les véritables vertus humaines. Voilà l’autre espoir que cette civilisation laisse scintiller, à nous de l’accepter ainsi…

 

Et enfin, la conscience grandissante des effets néfastes, sur notre planète, de l’avidité humaine, mais surtout le sentiment grandissant de la nécessité d’œuvrer ensemble à l’échelle planétaire pour préserver notre environnement. Voilà également un espoir que cette civilisation laisse planer, à nous de nous l’approprier…

 

Frères et sœurs, si croire à l’ouverture de la Chine, si croire à « la Puissante femme », si croire au « Puissant rescapé de guerre », si croire au « Puissant homme noire », si croire en tout cela appartenait à l’ordre du chimérique il y a seulement 40 ans, alors l’ordre naturel de l’univers nous ramène à la « réelle réalité » et à la  « véritable vérité ».

 

  • En quoi est-ce chimérique de croire que les peuples d’Israël et de Palestine peuvent vivre fraternellement côte à côte ?

 

  • En quoi est-ce chimérique de croire que le grand capital peut être moralisé ?

 

  • En quoi est-ce chimérique de croire que le fort peut être Juste dans ce monde ?

 

  • Tout cela est-il vraiment autant chimérique que d’aller jusqu’à préférer l’éteinte de la meilleure des civilisations humaines ?

 

Frères et sœurs, deux milles ans de civilisation et nous voilà à l’heure de vérité : sommes-nous humains, oui ou non ?

 

 

« Que ceux qui ont faim aient du pain ! Que ceux qui ont du pain aient faim de Justice et d’amour. » Abbé Pierre

 

« Nul être humain n’est assez parfait pour avoir le droit de tuer celui qu’il considère à tort comme entièrement mauvais. » Mohandas karamchand Gandhi

 

« Le don de vérité est un don qui surpasse tous les autres. » Bouddha

 

 

« Vive la voix de l’Humanité, vive l’Humanisme pour que vive la Civilisation Humaine »

 

Tag(s) : #Société-Guinée