Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Génération montante, génération nouvelle, futurs cadres, enfants en immersion ....que de beaux noms pour aucun sens accordé !

Depuis des lustres, les anciens de notre pays se sont sédentarisés au pouvoir pour ne laisser aucune chance à nous jeunes d'exploiter nos potentialités. Les vieux ne peuvent pas relever le défi de la bonne gouvernance. Alors ils se basent sur le pourrissement pour nous empêcher de marquer l'histoire avec nos idées nouvelles.

La frustration et la tension qui animent les jeunes, voyant leur devenir défiler devant eux, laissent le gouvernement indifférent alors que celui-ci devrait être interpellé par ce fait et prendre toutes les dispositions nécessaires.

On dit que l'espoir fait vivre! Cependant, les jeunes de mon pays, n'ayant plus d'espoir sur lequel se rabattre, sont prêts à sacrifier leur vie sur les eaux de l'atlantique ou lors d'actes de vandalisme.

Faut-il autant d'années pour réaliser que la jeunesse est le socle d'un pays ?

Elle est destinée à prendre la relève, à porter le flambeau de notre nation vers « le travail, la justice et la solidarité ».

La Guinée recèle des têtes ambulantes à travers toute la planète qui préfèrent rester sur leurs pas face à une administration qui n'accorde point d'importance aux hommes de valeur et intègres mais plutôt à ceux qui peuvent faire « leur affaire ». C'est la première fois que notre pays traverse une phase aussi importante de son histoire qui a été marqué par la fervente implication des jeunes pour le changement, une occasion inespérée pour nous jeunes de participer au devenir de la Guinée en la servant de l'intérieur.

Il faut renverser la tendance qui consiste à étouffer les moins âgés au profit des intérêts personnels. Pour cela une prise de conscience est nécessaire ! Celle-ci passera par certains investissements :

1-Le premier point est : L'éducation Pour Tous Et De Qualité !

La Guinée a regorgé des plus grands cadres de l'Afrique de l'Ouest, mais cette image s'est exagérément détériorée durant le demi-siècle dernier car l'éducation était vue comme acculturation pour les uns et sans importance pour d'autres. Jusque là, on continue toujours de subir les séquelles du régime précédent car une génération guinéenne a été sacrifiée. Il faut noter qu'à ce jour la population guinéenne est à 70% Analphabète!

Les années 90 ont connu la construction des principaux lycées, depuis aucun projet n'a été mis en place pour augmenter le nombre de complexes scolaires pour satisfaire une population encore plus grandissante. Les habitants des zones rurales, obligés de parcourir des kilomètres pour chercher le savoir, finissent par quitter l'école ou se diriger vers la capitale. Avec 78% de taux de scolarisation au primaire, l'on se retrouve avec un nombre largement inférieur à celui-ci au secondaire c'est-à-dire 21%. Cet écart est dû en partie au non suivi du parcours des élèves qui choisissent de fréquenter ou pas les établissements scolaires.

Ce délaissement s'accentue aussi face à l'incompétence de certains instituteurs qui enseignent les langues nationales ou le « Franc-guinéens » (vous le comprenez !). Cette base perdue au primaire rend les choses encore plus difficiles au secondaire.

Comment, nous jeunes, pourront nous nous investir pleinement dans les études si les dirigeants ne sont pas soucieux d'en préserver l'intégrité ?

Face à cela, le gouvernement doit procéder à une restructuration de la couche enseignante en instaurant des formations (ou séminaires comme ils aiment le dire), visant à améliorer les connaissances et la pédagogie des instituteurs et exiger d'eux une rigueur absolue.

Il faut notamment:

• Appliquer la loi visant à rendre l'école obligatoire pour tous jusqu'à un certain âge;

•Injecter tous les fonds et les énergies possibles pour la promotion de l'éducation guinéenne ;

• Valoriser la tâche des encadreurs, les sensibiliser vers le chemin de la rigueur;

•Faciliter l'accès aux études supérieures (bien sur si la formation antérieure suivie est solide) ;

• Créer de grandes écoles qui garantiront une formation de qualité,...

2-En second plan : L'insertion Dans La Vie Professionnelle !

Une étape très importante, car c'est à ce moment que l'on remarque que les efforts fournis n'ont pas été vain. On observe chez nous ce que l'on appelle de l' «absolutisme», cette centralisation totale des tâches n'est pas à notre avantage.

Pourquoi créer ce mur entre nous, étant donné que le développement du pays dépend essentiellement de la génération future ?

D'après une proche, nous sommes dans une phase dite de « méritocratie » où ce sont les compétences qui gouvernent et non les relations. Remarquez ces compétences pour les mettre au profit du peuple! L'heure est venue d'injecter de nouvelles compétences et fraicheur dans le système administratif guinéen vétuste et corrompu !! Les responsabilités doivent être partagées entre vous et nous, à chacun de remplir sa part de responsabilité.

J'interpelle tous les dirigeants à travers ses écrits pour qu'ils reconsidèrent la place de la jeunesse dans la société guinéenne.

La plupart des jeunes diplômés de mon pays n'accèdent pas à la fonction publique ni aux entreprises de la place. Ceci est justifié d'une part par le fait que le système éducatif guinéen n'est pas valorisé et de l'autre parce que les relations prônent sur le savoir.

L'heure est venue d'ouvrir les portes, de briser les barrières en offrant plusieurs opportunités telles que :

• Accepter les jeunes en stage pour élargir leurs expériences ;

• Favoriser l'implantation des entreprises pour faciliter l'embauche ;

• Créer un service public de l'emploi qui pourra aider les jeunes dans leurs recherches et coordonner toutes les offres des entreprises ;

• Proposer diverses formations aux personnes n'ayant pas suivi d'études supérieures, leur permettant de s'atteler dans la vie active ;

• Interdire le cumul des fonctions au niveau de la ‘‘famille'' représentative de l'Etat, pour créer de multiples emplois.

3-Troisièmement : Création D'un Cadre Propice à La Jeunesse!

Penser au bonheur et au bien-être de ses fils doit être la préoccupation principale
de nos dirigeants. Trois ministères nous sont destinés parait-il ! Que font-ils ? L'avenir de ses enfants n'est-il pas assez important pour s'engager dans l'éducation de ceux-ci ?

La jeunesse guinéenne, délaissée par les siens, a choisi un chemin libertin. Aucune activité n'est proposée pour permettre aux jeunes de s'épanouir ! Alors ceux ci choisissent de se divertir avec les moyens de bord en sillonnant les boites de nuits, créant des collectifs sportifs à but non lucratif,... et en se dirigeant vers d'autres maux qui risquent de compromettre leur avenir.

Face à ce dilemme, il est nécessaire de :

• Créer des centres sociaux d'animation dans toutes les communes qui permettraient l'échange et la cohabitation des enfants ;

• Allouer des fonds aux associations et collectifs œuvrant dans l'amélioration des conditions de vie des jeunes ;

• Responsabiliser les responsables chargés des ministères qui nous sont destinés ;

• Créer des centres d'accompagnement aux mineurs en détresse et délaissés ;

• Appliquer la loi condamnant le détournement de mineurs notamment de jeunes filles (Parole qui fâche !) ;

L'avancée d'une nation doit se bâtir sur des reformes solides permettant de promouvoir le développement durable. Je crois en nos potentialités ! Alors offrez nous une chance de prouver à notre patrie, la détermination qui nous alimente depuis que le monde est entré dans cette phase de renouveau.

Le Chapitre de notre histoire dans lequel les enfants n'ont aucun mot à dire, doit être révolu car il faut marquer les esprits en instaurant une éthique nationale basée sur la participation de tout un chacun. Pour cela, Peuple de Guinée soyons un et indivisible !

Patriotiquement Votre !

CAMARA Fatou

/*Ce texte est dédié à mon grand-père Feu Mohamed Saliou Coumbassa (ex-ministre de l'éducation guinéenne), source de toute mon inspiration ! Repose en paix !*/

Tag(s) : #Société-Guinée