Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cher(e)s compatriotes, seulement 6 mois après le 23 décembre 2008, la Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée se réjouit a plus d'un titre de la prise de conscience subite et généralisée de nos frères et sœurs par rapport aux dangers que font peser une transition militaire sur l'avenir de notre nation.

Ainsi, aujourd'hui, contrairement a il y a 6 mois, toute personne qui fait les éloges du CNDD est qualifiées de tous les noms. Même les fervents adeptes des coups d'États militaires commencent à employer avec beaucoup de peines le langage démocrate. La Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée qualifie cela de manifestation de la Vérité.

Autant nous nous réjouissons que cette prise de conscience survienne juste 6 mois après le coup d'État du 23 décembre 2008, autant nous regrettons que cette prise de conscience ait attendu les 6 mois nécessaires à cette milice militaire pour implanter les bases de sa dictature sur nos terres.

En cela, la Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée n'en tire aucune gloire individuelle car, durant toute cette période que d'aucuns ont qualifié de période d'observation, notre main est restée tendue aux premiers désillusionnés du CNDD, cette mains tendue s'est manifestée dans un article publié aux lendemains du coup d'État militaire du 23 décembre 2008 en ces termes : «...la Ligue respecte le point de vue et la position de tout un chacun par rapport au coup d'Etat du 23 décembre 2008. Cependant, le jour où vous commencerez à vous rendre compte que vous faites erreurs, en ce moment, la Ligue vous prie de jeter votre orgueil de côté et de ne pas hésiter une seconde à nous rejoindre dans notre campagne STOP AUX KAKIS... »

• En supposant qu'il est désormais admis, par toutes et tous, que plus jamais nous ne considérerons le coup d'État militaire comme une alternative crédible en Guinée;

• En sachant qu'il est désormais évident qu'une transition militaire n'est aucunement en mesure d'assurer la rupture et le véritable redémarrage socioéconomique de notre pays;

• En étant convaincu que la lutte qui vient d'être engagée est celle pour donner de la force à la loi et bannir définitivement la loi de la force sur la terre;

En sachant tout cela, frères et sœurs, permettez moi à présent de vous adresser avec beaucoup d'humilité ces quelques questions :

• Que faites vous de la main tendu de la Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée?

• Que faites vous de la main tendu de vos compatriotes qui, dès les premières heures du coup d'État du 23 décembre 2008, n'ont jamais battu en retraite face à ces milices militaires ?

Aujourd'hui, il y a certains de nos compatriotes qui organisent des marches contre la dictature. Pour nous, cela est bien une main tendu en retour à la notre. Mais voyez-vous, lorsque vous tendez la main droite et qu'on vous le rend par la main gauche, cela aussi est plein de signification.

                         Alors, marcher, oui! Mais marcher sur quelle direction et dans quel sens?

Aujourd'hui, il ne s'agit pas de dire qu'il est prévu une « marche contre la dictature et le respect du chronogramme » et de prier toute les bonnes volontés à venir marcher. La Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée pense qu'il s'agit, dans un premier temps, à remettre complètement en cause notre propre conception de la transition démocratique en Guinée.

Dites-le franchement cher(e)s compatriotes, en marchant pour l'organisation d'élections en décembre 2009, qu'aurons-nous résolu?

• Aurons-nous banni définitivement la loi de la force sur nos terres?
• Aurons-nous mis un terme aux régimes militaires et aux coups d'État?
• Aurons-nous jeté les bases d'un État de droit?
• Aurons-nous tracé les jalons d'une troisième république garante d'une véritable séparation des pouvoirs?
• Aurons-nous donné le ton aux réformes socioéconomiques impopulaires mais nécessaires?

Pour la Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée, depuis le coup d'État du 23 décembre 2008, aucune transition n'a encore débutée sur les terres de Guinée. Nous qualifions cet intervalle de temps que nous connaissons de total vide institutionnel, démocratique et administratif.

Vous l'aurez compris, au sein de la Ligue, nous ne résumerons aucunement la transition démocratique guinéenne à la simple organisation d'élections. Pour la Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée, la période de transition est l'occasion de mettre toutes les cartes sur table et de définir tous ensemble les nouvelles règles du jeu démocratiques en Guinée.

Ainsi, au lieu de faire des marches pour que le CNDD organise des élections, la Ligue est convaincu que la priorité aujourd'hui est d'abord d'ôter la gestion de la transition des mains du CNDD, afin qu'eux aussi soient soumis, au même titre que toute la société guinéenne, à la cure des réformes indispensables à engager lors de la véritable période de transition à venir.

En prenant cette position, connaissant la faculté de certains d'entre nous à conclure rapidement, il y a lieu de savoir que la Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée ne cherchent ni a prendre le leadership, encore mois à s'opposer à un quelconque mouvement de protestation contre la dictature militaire en Guinée. Pour les démocrates convaincus, c'est déjà une première victoire.

Notre position par rapport à la conception de la transition démocratique en Guinée, comme celle face aux coups d'État militaires, ne date d'aujourd'hui. Elle vient des longues et profondes douleurs d'accouchement des vérités retranscrites dans l'une de nos précédentes publications intitulée : « Le consociationalisme serait l'issu au cas guinéen ». Nous vous invitons à relire jusqu'au bout et à tête reposée la publication en question : http://ligue50.over-blog.com/pages/_Ethnocentrisme_et_Democratie_Deuxieme_partie_-1117339.html

Très cher(e)s compatriotes, la Ligue vous invite aujourd'hui à joindre nos efforts et surtout à concentrer toutes nos forces sur deux principaux flancs de révendications :

• Ôter la gestion de la transition des mains du CNDD, et éviter de commettre la grosse erreur de résumer la transition à une simple organisation d'élections;

• Exiger justice et réparations pour les répressions militaires en Guinée, afin que la Justice soi le fondement de notre prochaine république.

En ôtant la gestion de la transition des mains du CNDD, nous aurons les gages d'une véritable transition consociative nous permettant d'enclencher les réformes socioéconomiques et administratives indispensables pour la période de transition. En imposant la Justice par rapport aux répressions militaires, nous aurons réussi à donner de la force à la Loi et à bannir la loi de la force. A partir de ce moment, plus rien ne sera plus comme avant.

Pour arriver à ces fins, il est évident que c'est à une lutte acharnée que nous sommes conviées. Pour réussir, cette lutte doit être menée de l'intérieur et de l'extérieur de la Guinée.

• Pour ce qui est de l'intérieur de la Guinée, ni les partis politiques ni l'organisation de la société civile guinéenne ne semble oser pour le moment broncher un mot contre la milice militaire au pouvoir.

• Pour ce qui est de l'extérieur de la Guinée, il y a déjà une pression internationale non négligeable qui commence à avoir ses effets sur la junte guinéenne. A présent, il nous revient a nous autres, d'entonner cet élan à travers nos campagnes STOP AUX KAKIS et de mémoire.

Plus concrètement, nos campagne doivent être axées, par ordre de priorité, sur :

• L'établissement d'une commission internationale d'enquête sur les répressions militaires en Guinée;
• La possibilité d'effectuer des mobilisations monstres contre tout acte de répression, aussi minime soit-il, des milices du CNDD;
• Les mobilisations monstres à l'occasion des campagnes de commémoration des répressions militaires.
• La croisade pour l'application d'un embargo sur les ventes d'armement militaire vers la Guinée;
• La croisade pour la suspension continue de toute aide directe vers la Guinée;
• La continuation à régime minimum de toute exploitation minière sur le territoire national;

Si elles ne souffrent d'aucun malentendu quant aux buts poursuivis, nos campagnes STOP AUX KAKIS et de mémoire, conjuguées avec les sanctions internationales, provoquerons d'ici 9 mois le vacillement du CNDD. Cela aura un effet d'entraînement et de contagion avec les forces vives guinéenne de l'intérieur, et se manifestera par des actions de paralysie ponctuelle de toutes les activités administratives et économiques. En ce moment, tous ensemble nous exigerons, non pas simplement des élections sous la coupole d'une quelconque milice, mais plutôt, le transfert de la gestion de la transition à des structures légitimes et compétentes, l'enclenchement d'une véritable transition consociative et la Justice pour les victimes des répressions militaires.

La Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée invite ainsi l'ensemble des forces vives guinéennes, de l'intérieur comme de l'extérieur, à adhérer à ce schéma qui s'avère être l'ultime solution à la crise socioéconomique et démocratique que nous héritons des deux précédents régimes.

Attendant cette fois-ci une main droite franche en retour à notre appel, la Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée encourage tous les chevaliers de la démocratie à beaucoup d'abnégation dans cette lutte qui vient d'être entamée. Ils sont armées jusqu'aux dents, mais ils oublient qu'ils ne sont que des hommes en arme. Ils ne le savent peut-être pas, mais pourtant ils sont aussi ébranlable que cette araignée confiante su sa toile.

            « La chance peut prendre la forme d'un homme qui peut changer un destin » Éric Tabarly

                                                                             « Diversité, Loi, Liberté »

Tag(s) : #Transition-Guinée