Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les autorités interdisent désormais aux radios d'organiser des débats politiques avec la participation d'auditeurs. Le Conseil national de la communication, haute autorité du secteur audiovisuel guinéen, l'a annoncé, mardi : « Interdiction d'évoquer jusqu'à nouvel ordre des sujets politiques dans tout type d'émission interactive et ce dans toutes les langues ». Une vingtaine de radios privées sont concernées par cette interdiction du CNC, huit mois après la prise du pouvoir par l'armée. Une interdiction qui soulève un tollé au sein des rédactions.

Cette interdiction intervient au moment où l’éventualité d’une candidature du chef de la junte à la présidentielle du 31 janvier est l’objet de vifs débats et de manifestations.

Mais du côté de l’organe de régulation de la presse, on se défend de vouloir museler la presse. Selon Jean-Raymond Soumah, président du Conseil national de la communication (CNC), « il n’y a aucune volonté de musellement de qui que ce soit, bien au contraire, je peux les rassurer. Il s’agit de faire en sorte que les médias utilisent au mieux les espaces de liberté dont ils disposent, sans plus. Dans les émissions interactives à caractère politique, il y a des propos qui sont de nature à entraîner le désordre ».

En face, la réaction a été immédiate. Le porte-parole de l'Union des radios privés télévisions libres de Guinée (URTELGUI) a exprimé la « vive préoccupation » de ses membres face à cette décision unilatérale du CNC. Boubacar Yacine Diallo, président de l’URTELGUI, dénonce la manœuvre et menace de saisir les tribunaux. « Nous nous réservons le droit de saisir la Cour suprême pour faire annuler cette décision qui est de nature à violer le décret de libéralisation, mais surtout, et c’est plus grave, à priver le droit de parole aux citoyens ».

Ces derniers jours, de nombreux auditeurs s'étaient exprimés librement sur les ondes, usant parfois d'un ton véhément pour critiquer l'action de la junte et rejeter l'éventuelle candidature de son chef, le capitaine Moussa Dadis Camara, à la présidentielle.

Lundi, l'ONG Human Rights Watch (HRW) avait par ailleurs demandé à la junte de « cesser les actes d'intimidation et les menaces contre les personnes qui expriment leurs désaccords ». « Des opposants politiques et au moins un activiste des droits humains qui ont critiqué la candidature présumée du capitaine Moussa Dadis Camara ont reçu des menaces ces derniers jours », avait relevé HRW dans un communiqué publié à Dakar.

Source: http://www.rfi.fr/actufr/articles/117/article_84260.asp

Tag(s) : #Transition-Guinée