Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Wesleyman_Bloemfontein.JPGLes festivités commémorant le centenaire de la création de l'ANC, en Afrique du Sud, le 8 janvier 1912, ont été ouvertes hier vendredi à Bloemfontein, dans le centre du pays. En raison de son grand âge, Nelson Mandela, premier président noir d’Afrique du Sud, ancien président de l’ANC, n'a pas pu se rendre sur place. Ce samedi 7 janvier à l'aube, des animaux ont été sacrifiés au cours d'une cérémonie sacrée.

Vendredi 6 janvier 2012 au matin, c'est une compétition de golf qui a donné le coup d'envoi des festivités. Des townships aux terrains de golf : c'est le chemin parcouru en 100 ans par l'ANC.

On a invoqué les ancêtres ce samedi matin à l’aube, pour restaurer l’esprit de l’ANC. Deux poulets et deux chèvres ont été sacrifiés d’abord, afin de purifier l’endroit et finalement un magnifique taureau noir, offert par le Roi du Lesotho.

Les viscères des animaux, qui sèchent sur un bout de clôture métallique, seront bientôt mélangés à des herbes puis brûlés. Jacob Zuma, le président, a porté un coup symbolique à ce taureau, avec une lance, emblématique de la branche armée de l’ANC, avant que l’animal ne soit achevé.

Cette cérémonie sacrée doit permettre de rassembler l’esprit des ancêtres, des fondateurs de l’ANC. Pour l’occasion, des sangomas, des guérisseurs traditionnels, sont venus de toutes les régions du pays à Bloemfontein. Ce sont surtout des femmes, les envoyées de la Reine de la pluie, venues du Nord danser et chanter en jupe turquoise, les guérisseuses sotho ou encore Tswane, parures de perles, peaux de bêtes et piquants de porc-épic dressés sur la tête.

Cette cérémonie traditionnelle s’est tenue en surplomb de l’église où tout a commencé voilà cent ans. C’est là que les fondateurs de l’ANC se sont réunis pour la première fois, en janvier 1912 ; quelques notables noirs inquiets de la ségrégation raciale que mettait en place l’Union sud africaine. Aujourd’hui la petite église est entourée par les cheminées d’usines. C’est encore dans cette église que ce soir, à minuit, la flamme du centenaire  sera allumée.

Entre temps, les invités seront arrivés. Quarante-cinq chefs d'Etat et dignitaires étrangers sont attendus. Parmi eux, des chefs d’Etat en exercice, principalement venus des pays voisins de la SADC, à l’exception du Zimbabwéen Robert Mugabe qui finalement ne viendra pas. On compte aussi sur la présence d’anciens chefs d’Etat comme le Ghanéen Jerry Rawlings ou le Mozambicain Joachim Chissano.

Des personnalités sud-africaines sont attendues, le prix Nobel de la paix Desmond Tutu, bien sûr, et le président Jacob Zuma. Mais pas Nelson Mandela, le premier président noir d’Afrique du Sud, ancien président de l’ANC et à peine plus jeune que son parti (93 ans) est trop fatigué pour faire le voyage.

Le véritable jour anniversaire de l’ANC, c’est dimanche 8 janvier. Au programme ce jour-là une grande cérémonie au Stade de Bloemfontein à laquelle le président Jacob Zuma prendra la parole. Quelque cent mille personnes sont attendues.

La longue marche contre la ségrégation raciale

Le long combat contre la ségrégation raciale a commencé dans une église d’un township de Bloemfontein, quand une poignée de notables noirs se sont réunis, inquiets après la création l’Union sud africaine deux ans plus tôt.

Le mouvement changera de nom en 1923. Initialement Congrès national indigène sud-africain, il devient Congrès national africain (ANC).

Il faudra ensuite attendre les années 40 pour voir le mouvement se réveiller. Les années 40, c’est aussi l’entrée en scène de Nelson Mandela. En 1948, le régime d’apartheid est mis en place. En 1952, c’est la première grande campagne de défiance de l’ANC. C’est là que le mouvement acquiert une vraie base populaire.

Et puis c’est 1960 et le massacre de Sharpeville. L’ANC est interdite. Une interdiction qui va durer 30 ans. Entre-temps Nelson Mandela aura été arrêté et emprisonné pendant 27 ans.

La marche vers le pouvoir

En 1990, les lois d’apartheid sont abolies, l’ANC est alors autorisé et Nelson Mandela libéré. L’ANC arrive au pouvoir en 1994. Le mouvement a alors atteint son objectif, la libération du pays de la ségrégation. Il va falloir maintenant gouverner. Cela fait maintenant 17 ans, bientôt 18, que l’ANC est au pouvoir. Et les inégalités économiques et sociales restent criantes. La lutte pour la libération est terminée ? Le parti doit faire face à de fortes contestations en interne sur cette question et des affaires de corruption sont venues entacher sa réputation. La rue est également agitée.

L’ANC reste malgré tout le grand parti des noirs sud africains (+80% de la population). Il rassemble encore plus de 60% des voix aux élections. Les Sud-Africains continuent de voter ANC même quand ils sont mécontents. Mais l’héritage de Nelson Mandela s’estompe peu à peu.

Source: http://www.rfi.fr/afrique/20120107-afrique-sud-week-end-commemoration-fete-autour-centenaire-anc

Tag(s) : #Afrique de l'Ouest