Nabil_Radjab.jpgLa condamnation à trois ans de prison de Nabil Radjab, l'un des chefs de file de l'opposition à Bahreïn, pour sa participation aux manifestations antigouvernementales, a provoqué l'inquiétude de nombreux pays occidentaux.

M. Radjab a été condamné à trois ans de prison pour chacune des trois affaires pour lesquelles il était jugé, toutes liées à sa participation à des manifestations pacifiques qui ont eu lieu entre février et mars 2011. En plein printemps arabe, l'opposition de ce pays majoritairement chiite manifestait contre le régime de la famille régnante sunnite Al-Khalifa, réclamant des réformes démocratiques.

PRÉOCCUPATIONS OCCIDENTALES

En tant que directeur du Centre pour les droits de l'homme de Bahreïn, Nabil Radjab était un des principaux animateurs du mouvement. "C'est un verdict très dur et inattendu", a déclaré Mohammed Al-Jishi, avocat de Nabil Radjab. "Je suis étonné. C'étaient des manifestations pacifiques, pas violentes." Selon l'accusation, le rôle de Nabil Radjab dans les manifestations et la "provocation de ses partisans" ont entraîné des violences, notamment le jet de cocktails Molotov.

Catherine Ashton, chef de la diplomatie de l'Union européenne, dit espérer "que le verdict dans l'affaire sera reconsidéré lors de l'appel". La France, tout en rappelant son "attachement au principe de liberté d'expression", demande que "le dialogue permette d'apaiser durablement les tensions à Bahreïn". La Grande-Bretagne s'est dite "préoccupée de la durée de la peine prononcée". Les Etats-Unis se sont dits "profondément troublés".

Source: http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/08/16/bahrein-l-opposant-nabil-radjab-condamne-a-trois-ans-de-prison_1746971_3218.html

Tag(s) : #Moyen et Proche Orient
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog