Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ottawaLe Canada emboîte le pas à la Grande-Bretagne et aux États-Unis, en annonçant de nouvelles sanctions contre l'Iran, dont le programme nucléaire suscite des inquiétudes de la communauté internationale.

Parmi les mesures annoncées lundi, figurent notamment :

  • l'interdiction des transactions financières avec l'Iran, sauf certaines exceptions;
  • l'élargissement de la liste des marchandises prohibées qui englobera tous les produits utilisés dans l'industrie pétrochimique, pétrolière et gazière en Iran;
  • la modification de la liste des marchandises prohibées pour inclure tout autre article susceptible d'être utilisé dans le programme nucléaire iranien.

« Le Canada, en partenariat avec ses proches alliés, renforce les sanctions contre l'Iran dès aujourd'hui. Nos sanctions visent les dirigeants connus des Gardiens de la Révolution et bloquent pratiquement toutes les transactions avec l'Iran, y compris celles avec la Banque centrale », a déclaré le leader parlementaire conservateur, Peter Van Loan, à la Chambre des communes.

« Nous ferons ce qu'il faut pour isoler le régime [iranien] et pour minimiser le risque qu'il représente pour la paix mondiale », a ajouté M. Van Loan.

Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, a souligné pour sa part que « le Canada est profondément préoccupé par l'information contenue dans le tout dernier rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur l'état du programme nucléaire iranien, qui montre une fois de plus que le régime actuel de Téhéran représente la menace la plus grave pour la paix et la sécurité internationales ».

« Les dirigeants actuels de l'Iran font preuve d'un mépris flagrant à l'égard de leurs obligations internationales. Ils occultent les activités nucléaires de leur pays et font obstacle à toutes les tentatives internationales de vérification de leurs prétentions. Parallèlement, ils continuent à violer les droits de leurs citoyens, tout en mettant en danger la sécurité régionale. » — Le ministre des Affaires étrangères, John Baird

Il y a deux semaines, des informations émanant de l'AIEA laissaient croire que l'Iran dispose de la technologie nécessaire pour fabriquer des armes nucléaires.

En juillet 2010, Ottawa avait imposé des sanctions contre Téhéran pour tenter de le pousser à reprendre les négociations sur son programme nucléaire.

Sanctions américaines et britanniques

À Washington, un décret de la Maison-Blanche durcit les mesures de rétorsion contre les personnes morales ou physiques soutenant le développement des secteurs pétroliers et pétrochimiques en Iran.

Le gouvernement américain ouvre aussi la voie à d'éventuelles sanctions contre les banques qui traitent avec l'Iran, puisque le pays a été désigné comme une « source d'inquiétude majeure en matière de blanchiment », en vertu du Patriot Act, a indiqué le secrétaire au Trésor américain, Timothy Geithner. Washington n'a pas adopté de sanctions spécifiques contre la Banque centrale iranienne, mais celles-ci pourraient venir, a précisé M. Geithner.

Onze personnes morales ou physiques ont aussi été placées sur la liste noire du Trésor américain, ce qui a pour effet de geler les actifs qu'elles pourraient posséder aux États-Unis. Ces personnes sont accusées de contribuer « au programme d'armes de destruction massive » de l'Iran.

Le Royaume-Uni a aussi annoncé la rupture de tous les liens entre le secteur financier britannique et les banques iraniennes.

Source: http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/11/21/006-iran-canada-sanctions.shtml

Tag(s) : #Amérique du Nord