Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

alassane-ouattara.jpgDans une lettre datée du 3 mai et rendue publique hier mercredi par la Cour pénale internationale, le président ivoirien Alassane Ouattara a demandé au procureur de la CPI d'enquêter sur « les crimes les plus graves » commis sur l'ensemble du territoire ivoirien depuis le 28 novembre 2010.

N’ayant pas encore ratifié le traité fondateur de la Cour pénale internationale de 2010, la Côte d’Ivoire n’est pas « Etat Partie du statut de Rome ». Mais le 14 décembre dernier, soit moins de deux semaines après le début de la crise postélectorale ivoirienne, Alassane Ouattara a confirmé l’acceptation de la compétence de la Cour pénale internationale par son pays.

Une compétence reconnue 7 ans plutôt, en avril 2003, sous la présidence de Laurent Gbagbo. Dans sa lettre du 3 mai, Alassane Ouattara demande donc à la CPI de mener « des enquêtes indépendantes et impartiales sur les crimes les plus graves commis depuis le 28 novembre 2010 sur l’ensemble du territoire ivoirien ».

A Abidjan, où des militaires et les miliciens pro-Gbagbo sont soupçonnés d’avoir commis des massacres, comme à Duékoué dans l’ouest, où des éléments des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire et leurs acolytes seraient aussi impliqués dans des exactions.

Pour Alassane Ouattara, la justice ivoirienne n’est  pas aujourd’hui « la mieux placée pour connaître les crimes les plus graves commis au cours des derniers mois » La CPI n’a pas encore répondu à cette lettre d’Alassane Ouattara. Mais tout au long de la crise postélectorale, elle a indiqué qu’elle suivait de près la situation ivoirienne.

Source: http://www.rfi.fr/afrique/20110519-cote-ivoire-alassane-ouattara-cpi-enquete

Tag(s) : #Afrique de l'Ouest