Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ligue3.1.jpgAu Mali, il se joue actuellement la bataille pour la sauvegarde des aspirations modernistes et démocratiques des peuples ouest-africains contre les porteurs d'un idéal faux, archaïque et inhumain. L'intervention de la France aux côtés de l'armée malienne contre l'incursion des groupes narco-islamo-terroristes est un acte de grande portée qu'il faut saluer et plébisciter. Que cette intervention survient au moment même où la France s'abstient d'intervenir en Centrafrique démontre à nos yeux un changement et une évolution de la France dans ses rapports avec ses chers partenaires africains. Il aurait tellement été plus facile d'intervenir en Centrafrique et de s'abstenir de le faire au Mali où, en plus de la complexité des opérations, des citoyens Français sont encore détenus en otage par ces groupes terroristes. Quelques soient les intérêts de l'État français dans cette intervention, nous reconnaissons que c'est une intervention qui démontre quelque part une grande fraternité avec les peuples africains. De plus, que cette intervention soit "inscrite" dans le cadre de la résolution des Nations Unies renforce et légitimise naturellement l'intervention de la France.

 

À ce stade, la LDRG invite le Conseil de Sécurité des Nations Unies à prendre toutes les mesures nécessaires pour diversifier la force d'intervention étrangère (non-africaine) au Mali. Cela, afin de rééquilibrer les responsabilités et éviter à terme ce qui ressemblerait à une "force d'occupation" Française au Nord du Mali. Cet élément est à prendre avec une très grande précaution car, malgré les années passées, il existe encore au Nord du Mali et au Sud de l'Algérie des groupes rancuniers et opportunistes qui n'en trouveraient qu'une nouvelle occasion de réveiller des mémoires enfouies pour donner à cette intervention une dimension autre que celle qui anime les peuples ouest-africains, la France et l'Assemblée générale des Nations Unies.

 

Par ailleurs, autant il faut saluer l'intervention française, autant l'inaptitude du leadership ouest-africain à remplir ne serait-ce que ses engagements définies dans la résolution des Nations Unies est totalement condamnable et déplorable. C'est un leadership ouest-africain beaucoup plus à l'expectative que dans l'action, beaucoup plus à l'arrière-front que l'avant-front, et beaucoup plus dépendant qu'indépendant qui s'est révélé au grand jour de cette crise. Les leadership de l'Afrique de l'Est et de l'Afrique centrale, face à des crises similaires, n'ont non seulement pas attendu l'aval des nations unies pour affronter légitimement et légalement leurs agresseurs, mais de plus, ils ont su promptement réagir. Dans cette crise au Nord du Mali et dans sa résolution, la LDRG aspire également à un renouveau dans le leadership ouest-africain afin qu'à l'avenir l'Afrique de l'Ouest puisse totalement se passer d'une quelconque aide extérieure pour protéger son territoire et faire face à ses agresseurs.

 

Finalement, nous tenons à souligner qu'en toile de fond de cette crise, il existe aussi, et même avant tout, les aspirations millénaires d'un peuple à la reconnaissance culturelle et identitaire: c'est le peuple Touareg. Nous ne devons jamais perdre du vue dans la résolution militaire et politique de cette crise à cette dimension essentielle.

 

Mamadou Oury Diallo

Président de la LDRG

Tag(s) : #International