Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

_5184.jpgMesdames et messieurs,

Très cher(e)s compatriotes,

 

Depuis l’ouverture de la période de transition en Guinée le 23 décembre 2008, il y a deux logiques qui s’opposent dans l’environnement sociopolitique guinéen :

 

D’une part, la logique électoraliste :ceux qui ont voulu résumer toute la période de transition à de simples questions électorales. Il s’agit de la grande majorité de la classe politique guinéenne. Pouvoir et opposition, tous confondus. Ils étaient tellement obstinés par les questions électoralistes qu’ils sont allés jusqu’à dicter et décréter contre nous, nous le peuple de Guinée, une constitution dictatoriale et plus oppressive que celle de l’ère du général Lansana Conté;

 

D’autres part, la logique réformiste :ceux qui ont estimé dès le soir du 23 décembre 2008 que la période de transition était une occasion unique de remettre toutes les cartes sur la table pour redéfinir, après 50 années de régimes totalitaires et dictatoriaux, les règles et les fondements d’une nouvelle vie sociopolitique et démocratique Juste, Équitable et sans abus de pouvoir en Guinée. Cette logique fut très minoritaire et singulière. Elle fut incarnée principalement par la Ligue des Démocrates Réformistes de Guinée (LDRG). Tout au long de la transition, au nom de la LDRG et des populations opprimées de Guinée, j’avais déjà réalisé 12 longs jours de jeûne, 104 km de marche pénible, et j’avais récolté 172 signataires pour la Pétition pour la Nouvelle République. Tout cela, non seulement pour prévenir sur les risques de résumer une transition de deux années à de simples questions électorales, mais aussi et surtout, pour exiger la tenue, avant toutes élections, d’un RÉFÉRENDUM populaire sur une Constitution suffisamment forte pour mettre un terme aux abus de pouvoir et contraindre les acteurs politiques guinéens à faire de la politique de manière responsable et utile à la nation.

 

Mesdames et messieurs,

Vous connaissez la suite de l’histoire, malgré ce sacrifice et malgré tout ce qu’ils ont fait subir à notre peuple 50 années durant, le 13 mai 2010 ils auront à nouveau l’audace et le cœur de décréter contre nous, nous le peuple de Guinée, des lois oppressives et asservissantes. Depuis lors, non seulement la LDRG refuse publiquement de reconnaître la constitution dictée et décrétée contre nous, mais de plus, nous continuons la lutte. À ce jour, je suis arrivé au bout de 26 longs jours de jeûne, de 208 km de marche pénible, et j’ai déjà récolté 530 signataires. Tout cela pour à exiger, avant qu’il ne soit tard, la tenue d’un RÉFÉRENDUM populaire sur une Constitution garantissant au peuple de Guinée les 8 garde-fous compris au sein du Projet Nouvelle République.

 

Mesdames et messieurs,

3 années après la transition, alors que nous sommes entrain de subir de plein fouet les conséquences de la gestion calamiteuse de la transition de deux années qu’ils ont préféré résumer à de simples questions électorales, alors qu’ils sont encore prêts à se bagarrer et à opposer nos pauvres populations pour de simples questions électorales, c’est ce moment précis que je choisi, au nom de la LDRG et des populations opprimées de Guinée, pour poursuivre la lutte pour la Nouvelle République.

 

Du Samedi  16 février au Vendredi 22 février 2013, j’ai la ferme intention de déclencher 7 jours de jeûne consécutifs. Au bout de ces 7 jours de jeûne consécutifs, avec la volonté de Dieu, la Campagne de jeûne pour la Nouvelle République atteindra les 33 jours de Jeûne.

 

Cette campagne de jeûne poursuit 3 principaux objectifs :

 

Premièrement, réclamer la tenue d’un RÉFÉRENDUM populaire sur une constitution garantissant aux peuple de Guinée les 8 garde-fous compris au sein du Projet Nouvelle République, à savoir : (1) Un organe Anti-corruption indépendant des pouvoirs politiques; (2) L'indépendance de notre Banque centrale; (3) L'indépendance de notre système judiciaire; (4) L'exploitation rationnelle de nos ressources naturelles et la redistribution équitables des richesses nationales; (5) La responsabilité des gouvernants vis-à-vis d’un Parlement fort; (6) La neutralité politique de nos forces de sécurité et de l'administration publique; (7) Le rétablissement de l'équilibre ethnique au sein de nos forces de sécurité et à tous les niveaux de l'administration publique; (8) Le partage du pouvoir de manière à garantir l'Unité nationale.

 

Deuxièmement, remettre en lumière la Vérité. Ils doivent enfin être convaincu que « le mensonge reste le mensonge même si le monde entier y croit. La Vérité reste la vérité même si tout le monde se bouche les oreilles pour ne pas l’entendre ». La Vérité est évidente : non seulement les lois dictées et décrétées contre le peuple de Guinée sont des lois illégitimes, mais de plus, ces lois oppressives et asservissantes ne sont valables que pour celles et ceux qui les ont dictées et décrétées. Ces lois ne sont pas valables pour le peuple de Guinée, et moi en premier. Il est du droit et du devoir ultime de tout citoyen guinéen aujourd’hui, non seulement de désobéir à ces lois injustes et illégitimes, mais aussi et surtout, de lutter selon la légalité internationale contre ces lois jusqu’à ce quelles périssent définitivement sur nos terres de Guinée  ».

 

Troisièmement et finalement, à vous inviter, vous mes compatriotes, à choisir le camp de la Vérité. Le camp de la Vérité est le camp du succès car, non seulement il est celui qui éclaire le chemin du salut, mais de plus, il est celui qui restera encore valable lorsque tous les mensonges s’écrouleront. Depuis les premières heures de la transition, le Message est le même et il est encore aujourd’hui valide car c’est un message de Vérité. Je vous invite mes compatriotes à vous joindre à nous, nous les hommes en luttes qui ne vous demandons aucun salaire. Je vous invite, à vous qui, pour une raison ou pour une autre, n’avez pas encore signé la Pétition pour la Nouvelle République, je vous invite à joindre votre signature aux 530 signatures déjà inscrites. L’heure de cette Pétition approche et je vous assure que cette Pétition est plus légitime que tous les stratagèmes qu’ils fabriquent. Cette pétition n’est pas la pétition d’un parti, d’une ethnie ou d’une personne. Elle est la pétition de la Vérité. Il n’est pas l’heure de la politique en Guinée. Le bons sens nous invite à d’abord nous unir au-delà des partis et des ethnies pour refonder notre république à la hauteur des enjeux socioéconomiques et démocratiques de notre époque. Il devient de plus en plus urgent d’organiser, avant toute élection, un RÉFÉRENDUM sur une Constitution contenant suffisamment de garde-fous pour mettre un terme aux abus de pouvoir et contraindre les acteurs politiques à faire de la politique de manière responsable et utile à la nation. Contrairement aux élections, le RÉFÉRENDUM populaire est une occasion unique pour notre nation de réfléchir ensemble, non pas sur la manière de nous diviser, mais plutôt sur la manière Juste et Équitable de vivre ensemble avec nos différences et nos ressemblances.

 

Mesdames et messieurs,

Mes très cher(e)s compatriotes,

 

Jamais je n’ai autant eu confiance en lutte que nous menons pour la liberté et la dignité de notre peuple. Cette Campagne de Jeûne est aujourd’hui pour moi la preuve de ma détermination constante à aller au bout de cette lutte. En face, il est aussi vrai qu'ils ont tous les moyens imaginables pour persévérer dans leur stratagème et opprimer le peuple. Mais voyez-vous, tout cela est insuffisant  pour détourner l’esprit et le cœur d’un homme qui connaît ses droits et qui croit avant tout en la Vérité. Ils ont tout, sauf la Vérité. La Vérité est de notre côté. Et c’est la Vérité qui a toujours triomphé : elle triomphera à nouveau bientôt sur nos terres de Guinée !

 

Mesdames et messieurs,

je vous invite à rejoindre le camp de la Vérité et à vous joindre aux hommes en lutte que nous sommes. Commençons tout simplement par signer cette pétition : http://www.gopetition.com/petition/35635.htmlchaque signature est une victoire contre l’establishment politico-militaire. Il n’y a pas de petits gestes. Agissons ensemble ! Si au bout du 33ème jour de Jeûne nous n’obtenons pas gain de cause. J’annoncerai la phase suivante de la lutte.

 

Que la volonté du Tout puissant vienne renforcer notre volonté à libérer notre peuple de toute forme de régime dictatorial et oppressif.

 

Mamadou Oury Diallo

Président de la LDRG

Tag(s) : #Transition-Guinée