Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SIDA.JPGCe 1er décembre 2011, c’est la 24e Journée mondiale de lutte contre le sida. La maladie progresse de moins en moins vite à travers le monde, notamment grâce à une généralisation des traitements contre le VIH. Mais avec 34 millions de personnes qui vivent avec le virus, la lutte contre le sida est encore loin d'être gagnée.

Le nombre de nouvelles infections par le VIH baisse chaque année dans le monde. En moins de quinze ans, de 1997 à 2009, elles sont passées de 3,2 millions à 2,7 millions. Le virus perd notamment du terrain là où il est le plus meurtrier : en Afrique. En dix ans, une vingtaine de pays parmi lesquels le Mali ou l'Afrique du Sud ont réduit de plus d'un quart le nombre annuel de nouvelles infections.

Un virus ralenti mais loin d’être éradiqué

Ces progrès sont surtout dus à la généralisation des traitements contre le VIH. Plus de 6,5 millions de personnes à travers le monde en suivent actuellement un. En 2002, elles n'étaient que 100 000. Les traitements permettent non seulement aux séropositifs de survivre avec le VIH, mais ils ralentissent aussi sa transmission. Un individu infecté mais traité rapidement a vingt fois moins de risque de transmettre le virus.

Malgré ces progrès, les objectifs du programme mis en place par l'ONU contre la maladie, l’Onusida, sont difficilement atteignables. Il prévoit par exemple de réduire à néant le nombre de contaminations chez les enfants, à partir de 2015.

Difficile de financer l’aide

Selon le programme de l'ONU, il lui manque plus de 5 milliards d'euros pour parvenir à ses fins. La question du financement de la lutte contre le sida est de plus en plus pressante, alors que les fonds reçus sur le plan international ont baissé de 10% en 2010. Les associations de lutte contre le sida appellent les pays les plus développés à augmenter leur aide publique au développement. En France, elle représente 0,39% du PIB. L’association AIDES appelle l’Etat à l’augmenter à hauteur de 0,7%.

AIDES demande également la mise en place d’une taxe dite « Robin des bois » sur les transactions financières. Selon l’association, une telle mesure pourrait permettre de lever 12 milliards d’euros par an en France. Plusieurs pays, parmi lesquels la France et l’Allemagne se sont déclarés en faveur d’une telle taxe. Si elle était mise en place, il n’est cependant pas assuré qu’elle bénéficie à l’aide au développement. La Commission européenne a déjà demandée à ce qu’elle finance le budget de l’Union européenne.

Source: http://www.rfi.fr/afrique/20111130-journee-mondiale-lutte-contre-le-sida-etat-lieux

Tag(s) : #International