Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

hugo-chavez.jpgCaracas — Hugo Chávez, le volubile président du Venezuela, est maintenant contesté par certains de ses anciens alliés. D'anciens ministres ont exigé hier sa démission, car après 11 ans à la tête de l'État, «il n'a ni la légitimité, ni les capacités pour gouverner».

«Président Chávez [...] nous exigeons formellement votre démission», ont écrit les signataires dans un communiqué publié par la presse locale, où ils disent lutter pour «la défense de la Constitution», «afin d'éviter au pays d'autres maux et malheurs, comme ceux qu'ils connaît actuellement».

Ce «pôle constitutionnel» regroupe notamment l'ex-chef de la diplomatie, Luis Alfonso Davila, l'ancien ministre de la Défense, Raul Isaias Baduel, un des principaux auteurs de la Constitution, Hermann Escarra, et deux anciens commandants qui ont accompagné M. Chávez au moment de sa tentative de coup d'État en 1992, Yoel Acosta et Jesus Urdaneta.

Les signataires dénoncent la «centralisation irresponsable» du pouvoir et le «projet individualiste, autocratique et totalitaire» du chef de file de la gauche radicale latino-américaine, élu fin 1998, réélu en 2000 et en 2006 et confirmé dans ses fonctions à l'issue d'un référendum révocatoire en 2004.

À huit mois de législatives considérées comme cruciales par M. Chávez, ils lui reprochent aussi de ne pas rendre de comptes et d'utiliser un «langage excessif», qui reflète «sa personnalité intolérante, mesquine, pleine de haine et de ressentiment».

Le Venezuela, premier exportateur de pétrole latino-américain, manque d'eau, d'électricité et souffre d'une insécurité croissante et d'une «corruption scandaleuse», ajoute le Pôle constitutionnel à la charge de M. Chávez.

Les signataires revendiquent le droit des Vénézuéliens à «la propriété privée», au pluralisme dans l'éducation et la politique et critiquent «l'intrusion d'éléments étrangers» dans l'armée et d'autres institutions, en allusion au régime cubain.

M. Chávez a comparé les récentes manifestations contre son régime à celles ayant précédé le coup d'État de 2002, qui l'avait éloigné du pouvoir pendant deux jours. Deux étudiants ont trouvé la mort la semaine dernière dans des manifestations déclenchées par la suspension de la chaîne câblée RCTV, très critique à l'encontre du gouvernement.

Il faudra maintenant voir à quel point les classes populaires ont maintenu leur appui au président et s'ils adhèrent encore à son projet social.

Source: http://www.ledevoir.com/international/amerique-latine/282244/venezuela-d-anciens-allies-de-chavez-exigent-sa-demission

Tag(s) : #International