Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

pays-bas-rutte-mark.jpgLe gouvernement néerlandais minoritaire a présenté lundi sa démission après l'échec en fin de semaine des pourparlers de sa coalition sur un plan de réduction du déficit public des Pays-Bas.

La reine Beatrix a accepté la démission de Mark Rutte et de son gouvernement, après un entretien avec le premier ministre. Ce dernier l'a informée de l'échec des discussions sur des mesures d'austérité destinées à ramener le déficit sous la limite fixée par le Pacte de stabilité, soit 3 % du produit intérieur brut (PIB).

Mark Rutte doit s'adresser mardi au Parlement pour discuter des mesures provisoires à prendre pour les finances publiques et pour convoquer de nouvelles élections. Aucune date n'a encore été fixée pour le scrutin, mais l'opposition souhaite qu'il intervienne le plus tôt possible.

Les espoirs de Mark Rutte, chef du parti libéral VVD, de parvenir à un accord sur la réduction du déficit se sont évanouis samedi avec le départ de son principal allié politique, l'eurosceptique et populiste Geert Wilders du parti pour la liberté (extrême droite). Ce dernier a quitté la table des négociations en expliquant que le respect aveugle des règles européennes était stupide et nuirait à l'économie néerlandaise.

Les Pays-Bas sont l'un des rares pays de la zone euro avec l'Allemagne à avoir conservé leur triple A (AAA), la meilleure note pour la dette souveraine d'un pays. Si la dette néerlandaise reste à un niveau relativement bas, l'économie du pays est en récession et le déficit prévu pour 2012 est de 4,6 %.

Le plan de restriction budgétaire que négociait le premier ministre aurait réduit l'aide au développement et accéléré le passage à la retraite à 66 ans contre 65 actuellement.

Le ministre des Finances, Jan Kees de Jager, a fait savoir qu'il comptait néanmoins présenter un programme budgétaire à la Commission européenne d'ici le 30 avril, comme le prévoient les règles européennes. Il s'est dit confiant dans la possibilité de parvenir à un accord sur certaines coupes budgétaires avec l'opposition. « Nous montrerons aux marchés financiers, en lien avec le Parlement, que les Pays-Bas vont garder la discipline budgétaire en vigueur depuis des décennies », a-t-il dit à la presse après une brève réunion du gouvernement avant sa démission.

Les députés de l'opposition ont fait savoir qu'ils étaient prêts à travailler avec le chef du gouvernement démissionnaire sur le projet de budget 2013. Mais Diederik Samsom, chef du parti travailliste, a laissé entendre qu'il ne s'agirait pas de ramener le déficit dans les critères de Maastricht l'an prochain. « En ce qui nous concerne, on n'est pas obligés d'atteindre les 3 % en 2013. »

Source: http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2012/04/23/004-paysbas-gouvernement-demission.shtml

Tag(s) : #Europe