Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

groupe-de-contact-libye.jpgSelon un extrait – distribué à la presse – de la déclaration finale du groupe de contact sur la Libye réuni vendredi 15 juillet en Turquie à Istanbul, les membres du groupe reconnaissent désormais le Conseil national de transition, organe politique des rebelles, comme "l'autorité gouvernementale légitime" du pays.

Le groupe de contact, qui rassemble les pays de l'OTAN et des puissances arabes, réclame en outre le départ de Kadhafi "selon des étapes définies qui seront annoncées publiquement", et demande aux rebelles de travailler sans délai à établir un gouvernement de transition.

En marge de la réunion, le ministre des affaires étrangères français, Alain Juppé, a déclaré que cette décision signifiait que "nous allons pouvoir dégeler un certain nombre d'avoirs appartenant à l'Etat libyen puisque que c'est le CNT qui exerce désormais cette responsabilité".

 Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté en février des sanctions économiques contre le régime de Tripoli, incluant le gel des avoirs de la famille et des personnalité proches du colonel Mouammar Kadhafi. Le CNT réclamait la rétrocession de ces avoirs à la rébellion.

PAS D'ARRÊT DES BOMBARDEMENTS PENDANT LE RAMADAN

Sur le plan militaire, M. Juppé s'est réjoui des progrès de la rébellion dans l'ouest du pays, et a indiqué que le mois de jeûne musulman du ramadan ne constituait pas un obstacle à la poursuite des bombardements contre l'armée de M. Kadhafi. "Les représentants de plusieurs pays musulmans nous ont clairement indiqué qu'il n'y avait pas de contre-indication entre la période de ramadan et la poursuite des opérations visant à protéger les populations civiles", a-t-il affirmé.

Le ministre a également insisté sur la nécessité pour la communauté internationale de parler d'une seule voix à ses interlocuteurs libyens. "Nous allons beaucoup insister sur la nécessité de mieux coordonner les initiatives politiques puisque à l'heure actuelle elles fleurissent un peu dans tous les sens", a-t-il dit.

Un peu plus tôt, son homologue italien, Franco Frattini, avait souligné que l'émissaire spécial de l'ONU pour la Libye, Abdel Ilah Al-Khatib, avait été "habilité" par le groupe de contact à "présenter un paquet politique incluant un cessez-le-feu et à négocier avec Benghazi [fief des rebelles] et Tripoli".

 LA RÉBELLION A BESOIN D'ARGENT

De son côté, la rébellion libyenne a indiqué avoir besoin d'urgence de fonds pour continuer à lutter contre le régime kadhafiste. Interrogé en marge de la réunion du groupe de contact, Mahmoud Shammam, chargé des médias au sein du CNT, a chiffré ce besoin à "trois milliards de dollars""Nous voulons voir se mettre en place un mécanisme qui deviendra une réalité" pour l'utilisation de ces fonds, a-t-il dit.

M. Shammam a par ailleurs déploré une situation dramatique des réfugiés libyens qui ont fui en Tunisie et en général pour les personnes déplacées en raison des combats entre rebelles et forces loyalistes. En réponse à une question d'une journaliste lui demandant si un cessez-le-feu pourrait être instauré avant le mois musulman du ramadan, qui commence début août, M. Shammam a dit : "Non, seulement quand nous aurons vaincu Kadhafi, pas avant."

Source: http://www.lemonde.fr/libye/article/2011/07/15/libye-le-groupe-de-contact-reconnait-le-cnt_1549324_1496980.html

Tag(s) : #International