Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

syrie-manifestationL'opposition en Syrie a lancé un appel à la grève générale pour mercredi défiant une nouvelle fois une répression qui ne faiblit pas, l'armée maintenant son siège de la ville de Tall Kalakh, où les forces de sécurité sévissent depuis plusieurs jours.

«Mercredi sera une journée de grève générale en Syrie», affirme un communiqué publié sur la page Facebook de «Syrian Revolution 2011», moteur du mouvement de contestation lancé à la mi-mars contre le régime du président Bachar al-Assad.

«Ce sera une journée de punition pour le régime», ajoute le texte. «Faisons de ce mercredi un vendredi (jour habituel de manifestations), avec des manifestations massives, pas d'école, pas d'université, pas de commerces ou de restaurants ouverts et même pas de taxis».

L'appel à la grève survient alors que des informations ont fait état de dizaines de corps et de blessés gisant dans les rues de la ville de Tall Kalakh (ouest) assiégée par l'armée depuis plusieurs jours.

«Ça ressemble à une ville fantôme ici, je peux voir un corps gisant à l'entrée de la localité et il y a des dizaines de blessés que nous ne pouvons évacuer», a déclaré mardi matin un habitant sunnite joint par téléphone.

«C'est un massacre», a-t-il ajouté. «Nous n'avions jamais imaginé qu'ils pouvaient être si sauvages», a-t-il ajouté estimant qu'«ils cherchent à provoquer un conflit confessionnel».

Les alaouites, une branche de l'islam émanant du chiisme, minoritaires en Syrie, constituent la colonne vertébrale du régime. La majorité des 22 millions d'habitants sont sunnites.

Des bombardements et des tirs ont été entendus par ailleurs lundi soir à Homs (centre), assiégée par l'armée, dans le quartier de Deir Baalba.

«Tout cela est une riposte aux manifestations qui ont lieu tous les jours et qui sont rapidement réprimées par les forces de sécurité», a affirmé mardi ce témoin ayant requis l'anonymat.

«Plusieurs centaines de chars sont déployés dans la zone et les forces de sécurité contrôlent les identités et fouillent les véhicules minutieusement», a-t-il ajouté.

Les informations et témoignages recueillis ne peuvent être vérifiés de source indépendante, les journalistes n'étant pas autorisés à se déplacer librement en Syrie pour couvrir les troubles.

L'agence de presse officielle Sana a fait état de la mort de deux policiers lundi à Deir Baalba tués par des tirs d'un «gang terroriste armé» sur leur voiture.

Citant un responsable du ministère de l'Intérieur, Sana a également démenti les informations faisant état de l'existence d'une fosse commune à Deraa, ville du sud où est née la contestation.

«Cette information est totalement fausse, a indiqué ce responsable, selon qui elle s'inscrit «dans le cadre de la campagne calomnieuse, d'incitation, (de diffusion d'informations) montées de toutes pièces, lancée contre la Syrie».

Lundi, le militant Ammar Qurabi, de l'Organisation nationale pour les droits de l'Homme en Syrie, joint par téléphone en Égypte, avait fait état de la découverte d'une «fosse commune» dans la Vieille ville de Deraa, une ville du sud de la Syrie foyer de la contestation contre le régime du président Bachar al-Assad.

L'armée avait investi Deraa, située à 100 km au sud de Damas, le 25 avril pour mater la contestation, avant d'entamer son retrait le 5 mai.

Les journaux publiaient mardi en une des informations sur une réunion lundi entre le président Assad et une délégation de Deraa.

«La réunion a été centrée sur les évènements récents à Deraa et l'atmosphère positive qui y règne actuellement, qui est le résultat de la coopération entre les habitants et l'armée ainsi les plans de réforme en cours à travers le pays», affirme le quotidien Baas du parti au pouvoir.

Le président Assad avait annoncé une série de réformes sans pour autant réussir à mettre fin à la contestation, dont la répression a fait, selon les ONG, au moins 700 morts, dont plusieurs centaines à Deraa, et entraîné au moins 8.000 arrestations à travers le pays.

La Syrie accuse des «bandes terroristes armées» selon elle soutenues par des agitateurs islamistes et étrangers.

Source: http://www.cyberpresse.ca/international/dossiers/crise-dans-le-monde-arabe/201105/17/01-4400183-appels-a-la-greve-generale-en-syrie.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_crise-dans-le-monde-arabe_1415782_section_POS1

Tag(s) : #Moyen et Proche Orient