Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

nigeria_violences.jpgLe nouveau président nigérian Goodluck Jonathan et l'homme qu'il a battu lors de la présidentielle de samedi, Muhammadu Buhari, appellent la population au calme, dans la foulée des violences postélectorales qui secouent le pays le plus populeux d'Afrique.

« J'apprends avec peine l'éruption de la violence dans quelques parties du Nord à la suite de l'annonce des résultats de l'élection et les attaques contre des églises et des chrétiens », a déclaré M. Buhari à la BBC en langue haoussa.

« Mon parti et moi, nous nous dissocions de ces événements. J'ai contesté les élections en 2003 et en 2007 mais je n'ai jamais eu recours à la violence. Je n'ai pas de raison de le faire cette fois-ci. J'appelle le peuple à rester calme et à respecter la loi », a-t-il ajouté.

Goodluck Jonathan avait auparavant exhorté la classe politique à mettre fin aux violences. « Aucune ambition politique ne vaut que soit versé le sang d'un seul Nigérian », a-t-il déclaré dans un communiqué publié lundi soir.

Selon un responsable de la Croix-Rouge locale, Umar Abdul Mairiga, les émeutes survenues pendant la nuit de lundi à mardi dans différents États du nord du pays ont fait « de nombreux morts ». Il n'a pas donné de détails.

« La situation s'est relativement calmée à présent mais des manifestations violentes ont eu lieu pendant la nuit, tout spécialement [dans les États de] Kaduna, Katsina et Zamfara », a déclaré à l'AFP Umar Abdul Mairiga, coordinateur de la Croix-Rouge.

La police a notamment confirmé que de jeunes chrétiens ont incendié une mosquée située en banlieue de Kano, la principale ville du nord.

Un habitant, Ya'u Mohammed, soutient que l'incendie a été allumé par de jeunes chrétiens qui avaient trouvé refuge la veille dans les locaux de la police pour se protéger des violences. Lorsqu'ils ont quitté ce refuge, dit-il, ils ont traversé un quartier musulman et mis le feu à la mosquée et à deux camions.

« En représailles, de jeunes musulmans ont vandalisé et pillé des dizaines de boutiques appartenant en majorité à des chrétiens. Les soldats sont intervenus et plusieurs personnes ont été arrêtées », raconte Ya'u Mohammed.

Les émeutes ont éclaté dimanche soir dans le nord à majorité musulmane lorsque la victoire de Goodluck Jonathan, un chrétien du Sud, est apparue imminente. Selon la Croix-Rouge, plus de 15 000 personnes ont depuis été contraintes de fuir leur domicile pour éviter le pire.

Goodluck Jonathan a été crédité de 22 millions de voix (57 %) lundi soir par la Commission électorale nationale. M. Buhari, un musulman originaire du Nord qui a dirigé une junte militaire en 1984-1985, a obtenu l'appui de 12 millions de personnes (31 %), essentiellement dans le nord du pays.

Le chef de la mission d'observation de l'Union européenne, Alojz Peterle, a soutenu lundi que dans l'ensemble, la journée du scrutin s'est déroulée « calmement et dans l'ordre ». Selon lui, aucun scrutin n'a été aussi crédible dans l'histoire récente du Nigeria.

Source: http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/04/19/001-nigeria-violences-mardi.shtml

Tag(s) : #Afrique de l'Ouest