Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

news-of-the-world.jpgLa nouvelle a eu l'effet d'une bombe hier après-midi: News of the World, tabloïd dominical le plus vendu en Grande-Bretagne, fermera ses portes après sa prochaine livraison dimanche. Rupert Murdoch a sorti la hache face au scandale des écoutes téléphoniques qui faisait trembler tout son empire.

Au troisième jour d'une crise sans précédent dans la presse britannique, Rupert Murdoch, le patron de News Corporation, a sabordé son populaire tabloïd News of the World (NOTW), fondé en 1843. L'annonce de la mort du journal, tiré à 2,6 millions d'exemplaires, a provoqué une onde de choc dans tout le pays.

«Après avoir consulté des collègues d'expérience, j'ai décidé que nous devions faire une action déterminante, a affirmé James Murdoch, fils du grand patron qui est président de la division européenne et asiatique de News Corporation. Dimanche sera la dernière livraison du News of the World

Le journal à sensation, numéro dominical du tabloïd The Sun, est accusé d'avoir espionné de 2002 à 2006 les boîtes vocales de 4000 personnes, dont des familles de soldats tués en Irak et en Afghanistan, des proches des victimes d'attentats terroristes et des célébrités.

La controverse a pris une ampleur spectaculaire cette semaine lorsque le fait qu'un ancien journaliste avait écouté et effacé les messages vocaux de Milly Dowler, une adolescente disparue en 2002, a été révélé.

Arrestation

L'ancien directeur de l'information en poste de 2003 à 2007, Andy Coulson, sera arrêté aujourd'hui par Scotland Yard. Une annonce embarrassante pour le premier ministre David Cameron, puisque Andy Coulson fut son directeur des communications de juillet 2007 à janvier 2011.

Une enquête parallèle examinera de présumés pots-de-vin totalisant 150 000$ versés à des policiers en échange d'informations sur des faits divers.

Jusqu'à présent, Rebekah Brooks, qui était rédactrice en chef à l'époque du meurtre de Milly Dowler, a été épargnée. Rupert Murdoch refuse de congédier celle qui est aujourd'hui présidente de sa division britannique, News International.

Lorsque Murdoch fils a annoncé sa fermeture en fin d'après-midi, le NOTW frôlait déjà la catastrophe.

Des dizaines d'annonceurs, dont L'Oréal et les agences gouvernementales, quittaient le bateau en masse.

Coup de maître?

En soirée, le chef de l'opposition, Ed Miliband, s'est indigné du sort des 500 employés du journal, sacrifiés pour sauver la tête de Rebekah Brooks, selon lui.

Des politiciens désabusés ont prédit que le NOTW renaîtrait rapidement de ses cendres. «Tout ce qu'ils feront, c'est changer son nom», a dit le ministre conservateur de la Justice, Ken Clarke.

Les chroniqueurs médias s'attendent à ce que The Sun prenne la relève dès la semaine suivante. Ils ont fait remarquer que le nom de domaine «www.sunonsunday.co.uk» avait été acheté mardi dernier par une société inconnue.

Loin de crier victoire, les détracteurs de Rupert Murdoch flairent un autre de ses coups de maître. «En sacrifiant NOTW, Murdoch perd une bataille pour mieux gagner la guerre», a écrit Emily Bell dans The Guardian.

Source: http://www.cyberpresse.ca/international/europe/201107/08/01-4416084-notw-la-mort-dun-tabloid.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B12_en-manchette_278_section_POS1

Tag(s) : #Europe