Libye_libre.jpgPrès d'un mois après le premier scrutin libre dans le pays, le président du Conseil national de transition (CNT), Moustapha Abdeljalil, va remettre, mercredi 8 août, le pouvoir au doyen des 200 membres du Congrès général national (CGN) élus. Une cérémonie symbolique qui marquera la première transition pacifique du pouvoir dans l'histoire moderne du pays.

En pleine période de ramadan, la passation, qui devrait s'étendre sur deux heures, est programmée dans la soirée. Elle se déroulera dans une luxueuse salle de conférence d'un hôtel de la capitale libyenne, où siégera désormais le CGN. Une pièce a été aménagée spécialement au deuxième étage de l'établissement pour accueillir les débats de l'assemblée, qui devrait entamer officiellement ses travaux samedi ou dimanche, selon un membre du CNT.

La cérémonie de transfert de pouvoir devrait être entourée de mesures de sécurité exceptionnelles, après une escalade de la violence dans plusieurs régions ces derniers jours. Lundi, le CNT avait indiqué que trois hommes soupçonnés de préparer des attentats à la bombe avaient été tués au cours d'une opération des forces de l'ordre près de Tripoli, au lendemain de l'explosion d'une voiture piégée dans le centre de la capitale.

La résidence du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à Misrata, dans l'Ouest, a été par ailleurs la cible d'une attaque à l'arme lourde perpétrée par des inconnus, tandis que sept membres du Croissant-Rouge iranien ont été enlevés mardi dernier à Benghazi, dans l'Est, où ils sont détenus et interrogés par une milice locale.

RÉUNION INFORMELLE

Les membres du CGN, qui ont commencé à converger vers la capitale Tripoli, ont tenu lundi soir une réunion informelle au cours de laquelle ils se sont mis d'accord sur la nécessité d'élire un président et deux vice-présidents de l'assemblée d'ici une semaine, a indiqué Salah Jaouda, un élu indépendant de Benghazi. Au cours de cette rencontre, plusieurs noms ont été proposés pour la présidence de l'assemblée, notamment ceux d'éminents opposants à l'ancien régime kadhafiste, tels que Mohamed Al-Megarief ou Idriss Abou Fayed, selon un autre élu, Hussein Al-Ansari.

Le Congrès général national est issu des élections historiques du 7 juillet, qui avaient été saluées par la communauté internationale. L'Alliance des forces nationales, une coalition de plus de 40 petits partis libéraux menée par des architectes de la révolte de 2011 contre le colonel Kadhafi, détient 39 sièges sur les 80 réservés à des partis politiques. Le Parti de la justice et de la construction, issu des Frères musulmans, est la deuxième formation politique du Congrès avec 17 sièges. Les 120 sièges restants ont été attribués à des candidats indépendants aux allégeances et convictions encore floues mais qui sont très courtisés par les partis.

Le Congrès général devra par ailleurs nommer un nouveau gouvernement qui prendra officiellement le relais du CNT. Ce dernier sera vraisemblablement dissout lors de la première session de l'assemblée. Le CGN aura également pour mission de conduire le pays vers la tenue d'élections sur la base d'une nouvelle Constitution. M. Jaouda a écarté que celui-ci soit désigné avant la fête de l'Aïd Al-Fitr qui marque la fin du mois de jeûne de ramadan, prévue dans deux semaines : "C'est prématuré d'en discuter maintenant."

Source: http://www.lemonde.fr/libye/article/2012/08/07/une-passation-de-pouvoir-historique-en-libye_1743383_1496980.html

Tag(s) : #Maghreb
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog