Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

solution-dialogue.jpgLes trois présidents ouest-africains dépêchés mardi à Abidjan pour tenter de convaincre Laurent Gbagbo de céder le pouvoir à la suite de sa défaite aux présidentielles de novembre retourneront en Côte d'Ivoire le 3 janvier prochain.

La délégation composée des présidents du Cap-Vert, Pedro Pires, de la Sierra Leone, Ernest Koroma, et du Bénin, Boni Yayi, avait été mandatée par la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) pour lancer un ultimatum au président sortant.

La CEDEAO exige le départ de Laurent Gbagbo et la reconnaissance par ce dernier et ses partisans de la victoire d'Alassane Ouattara, déclaré vainqueur de l'élection présidentielle du 28 novembre dernier.

L'organisation africaine a indiqué vendredi dernier qu'elle pourrait avoir recours à la force si Laurent Gbagbo s'accroche au pouvoir et que la violence s'intensifie dans le pays.

De retour de Côte d'Ivoire, où ils ont rencontré mardi Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara, les émissaires de la CEDEAO ont fait escale mercredi à Abuja, au Nigeria, pour s'entretenir avec le président Goodluck Jonathan, qui préside actuellement l'organisation.

Pour l'instant, la CEDEAO privilégie une solution pacifique et diplomatique pour sortir la Côte d'Ivoire de cette crise. « Nous discutons toujours avec Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara », a affirmé mercredi le président de la CEDEAO, Goodluck Jonathan.

Mais les pays de la CEDEAO ne semblent pas disposés à offrir trop de temps à Laurent Gbagbo. Pendant que les diplomates tentent de trouver une issue à la crise politique, les chefs d'état-major des 15 pays membres de l'organisation africaine sont réunis à Abuja depuis mardi pour discuter de la situation en Côte d'Ivoire. Un porte-parole de l'armée nigériane joint par l'Agence France Presse a confirmé la rencontre, sans toutefois donner de détails supplémentaires.

L'Europe ne traitera qu'avec les ambassadeurs d'Ouattara

Pendant ce temps, à Paris, le ministère français des Affaires étrangères a annoncé mercredi que l'Union européenne et les pays membres ne reconnaîtraient désormais que les ambassadeurs nommés par le président Alassane Ouattara.

Ces moyens de pression à l'égard du régime de Laurent Gbagbo s'inscrivent dans le cadre d'une déclaration commune des 27 pays membres de l'UE qui ont annoncé la semaine dernière l'adoption de mesures de soutien aux autorités démocratiquement élues en Côte d'Ivoire.

Source: http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2010/12/29/004-cedeao-ivoire-retour.shtml

Tag(s) : #Afrique de l'Ouest