Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

election guineeLa Cour suprême de Guinée a confirmé, mardi, que le deuxième tour de l'élection présidentielle se jouera entre l'ex-premier ministre Cellou Dalein Diallo et son opposant historique Alpha Condé.

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) sera maintenant en mesure de fixer la date du second tour.

Selon les résultats définitifs du premier tour, le 27 juin, les deux hommes ont collectivement recueilli près des deux tiers des voix.

Cellou Dalein Diallo, le favori, a obtenu l'appui de 43,69 % des électeurs, tandis que son rival a recueilli 18,25 % des votes. Au total, 24 candidats, tous issus de la société civile, étaient en lice.

Âgé de 58 ans, Cellou Dalein Diallo, membre de l'ethnie peule, a été plusieurs fois ministre dans le cabinet de Lansana Conté, avant de diriger le gouvernement de décembre 2004 à avril 2006.

Alpha Condé, 73 ans, d'ethnie malinké, s'est opposé à tous les régimes depuis l'indépendance. Condamné à mort par contumace sous Sékou Touré, il a passé deux ans et demi en prison (1998-2001) sous Conté pour « atteinte à la sûreté de l'État ».

La chambre constitutionnelle de la Cour suprême, chargée de statuer sur les recours déposés, a par ailleurs annulé plusieurs votes pour « irrégularité avérée ».

Elle a invalidé « purement et simplement » les résultats dans les circonscriptions de Matam, Ratoma, Kankan, Mandiana et Lola, affirmant que les procès-verbaux ne lui avaient pas été transmis. La chambre a également fait état de « vérifications et rectifications d'erreurs et d'anomalies dans les procès-verbaux des bureaux de vote des 18 ambassades et consulats » à l'étranger.

Par conséquent, le taux de participation, qui était de 77 % selon les résultats provisoires, est tombé à 52 %.

Dans l'ensemble, les observateurs de l'Union européenne s'étaient déclarés satisfaits du déroulement du premier tour.

Il s'agissait de la première élection libre dans ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest depuis l'indépendance, en 1958.

Un demi-siècle de dictatures

Guinée
 

L'ancienne colonie française a proclamé son indépendance en 1958. Mais le leader révolutionnaire Ahmed Sékou Touré a fait régner la terreur jusqu'en 1984.

Puis un militaire de carrière, Lansana Conté, s'est imposé de 1984 à 2008, réprimant dans le sang la contestation grandissante, jusqu'à sa mort en décembre 2008. Le pays a ensuite vécu d'amères désillusions avec la junte dirigée par Dadis Camara.

En dépit de ses ressources minières considérables, le pays a récemment reculé au 170e rang sur 182 de l'Indice du développement humain de l'ONU.

Source: http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2010/07/20/011-guine-resultats-presidentielle.shtml

Tag(s) : #Transition-Guinée