Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

elena-bonner.jpgElena Bonner, la veuve d'un des plus célèbres dissidents de l'ère soviétique, le physicien nucléaire Andreï Sakharov, s'est éteinte l'âge de 88 ans à Boston.

Elle aura été de ces rares voix à avoir défiée de l'intérieur même de l'URSS la dictature communiste. Ses activités en faveur des droits de la personne lui vaudront les persécutions du KGB et quelques années d'exil sous intense surveillance à Gorki, auprès de son mari.

À la chute de l'Union soviétique en 1991, elle sera un temps aux côtés du président russe Boris Elstine, mais prendra à nouveau ses distances du pouvoir, quelques années plus tard, pour protester contre les horreurs de la première guerre de Tchétchénie (1994-1996).

Un destin entre la faucille et le marteau

Elena Bonner naît en 1923 dans une famille de communistes convaincus. Son père, un temps responsable de l'Internationale communiste, périt fusillé par Staline lors des purges des années 30, alors que sa mère est envoyée dans les camps de concentration du régime.

Elle joint néanmoins le Parti communiste en 1956, après la mort de Staline, geste qu'elle qualifie plus tard de « plus grande erreur de ma vie ».

Elle rompt avec le parti et entre en dissidence à la fin des années 60, révoltée par la répression soviétique en Tchécoslovaquie.

C'est au sein des mouvements des droits de la personne qu'elle rencontre alors Andreï Sakharov, scientifique renommé, père de la bombe à hydrogène soviétique, dont elle partagera les combats.

Nous étions des gens absolument libres dans un État absolument pas libre.— Elena Bonner

Durant les années suivantes, jusqu'à la chute du régime, elle défie le KGB en informant la presse étrangère du sort des dissidents persécutés par le régime et fait passer à l'ouest de nombreux documents.

En 1975, elle se rend en Norvège pour recevoir le prix Nobel de la paix au nom de son mari, empêché par le pouvoir soviétique de quitter l'URSS.

Ces dernières années, Elena Bonner ne ménageait pas ses critiques envers l'actuel premier ministre et ancien président Vladimir Poutine qu'elle considérait comme une menace pour les libertés et les droits de la personne en Russie.

Source: http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/06/19/002-bonner-dissidente-sovietique.shtml

Tag(s) : #International