Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Syria_repression.JPGAlors que les manifestations en Syrie ont fait plus de 60 morts selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, ce vendredi 29 avril 2011, la communauté internationale commence à se mobiliser contre le régime de Damas. Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a décidé de l'envoi urgent d'une mission en Syrie pour enquêter sur les violations des droits de l'homme. Washington et l'Union européenne préparent des sanctions économiques.

A Genève, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU condamne la Syrie

C’est à une forte majorité que le Conseil des droits de l’homme a sévèrement condamné ce vendredi la Syrie, exigeant qu’un terme soit mis sans délai aux actions conduites contre sa population. Une commission d’enquête internationale sera dépêchée dans le pays pour mener des investigations sur les violations commises, les crimes perpétrés et pour en identifier les responsables.

La résolution adoptée par 26 voix contre 9 réclame la libération des prisonniers de conscience et de toutes les personnes arrêtées de façon arbitraire. Elle exige des autorités le plein respect des aspirations démocratiques des citoyens.

La session spéciale du Conseil des droits de l’homme avait été convoquée à l’initiative des Etats-Unis avec l’appui notamment des pays occidentaux. La Chine, la Russie et les Etats membres de la Conférence islamique y étaient opposés.

La Syrie a dénoncé au cours des débats une ingérence dans ses affaires intérieures et regretté qu’un encouragement soit ainsi donné «aux saboteurs et aux vandales».

Les Etats-Unis ciblent certains dignitaires du régime

Bien loin de demander le départ du président syrien, ou de le menacer d’une intervention militaire, comme il l’a fait en Libye, Barack Obama s’est limité à sanctionner trois proches de Bachar el-Assad, dont son frère et l’un de ses cousins dont il a gelé les avoirs aux Etats-Unis.

C’est une bien légère punition, le gros de leurs biens se trouvant en Europe ou dans des banques du Moyen-Orient. Cette mesure sans grand effet souligne une nouvelle fois combien les Etats-Unis sont impuissants à mater la répression ou peu désireux de le faire. La Maison Blanche pense qu’elle peut encore convaincre Assad de faire preuve de modération. C’est pourquoi, explique-t-elle, elle n’a visé cette fois que ceux qui, dans son régime, sont directement responsables des attaques contre les droits de l’homme, comme le frère du président, Mahir el-Assad qui dirige les opérations à Deraa.

Mais l’administration Obama tient aussi compte du désir de plusieurs pays de la région - comme Israël, la Turquie ou l’Arabie Saoudite - qui préfèrent Assad à un inconnu. Les Etats-Unis pourront-ils toutefois continuer de fermer les yeux si Deraa devient un autre Benghazi ? Martin Indick, ancien responsable du Moyen-Orient sous Clinton confie au New-York Times que si le nombre de morts se compte par dizaines de milliers, Washington devra envisager une intervention humanitaire.

Les Européens préparent également des sanctions contre la Syrie

Il aura fallu cinq heures de pourparlers ce vendredi pour que les Européens se mettent d’accord sur l’attitude à adopter à l’égard de la Syrie. Dans un communiqué, les 27 ont redit leur horreur devant le carnage de manifestants civils et ont décidé d’imposer sans tarder un embargo total sur les armes, sur les munitions et plus généralement sur tout matériel pouvant servir à la répression.

Simultanément, ils chargent un comité d’experts de proposer rapidement une gamme de sanctions dites «personnelles» qui visent la liberté de circuler hors de leur pays des principaux dirigeants syriens ainsi que leurs avoirs ou participations financières en Europe.

Enfin, l’Union européenne dit réexaminer immédiatement la nature de ses rapports avec la Syrie. Cela signifie en clair le gel prochain de l’assistance financière européenne à Damas soit 129 millions d’euros de 2011 à 2013 ainsi que la suspension des nombreux projets financiers en Syrie de la Banque européenne d’investissements. Leur montant s’élève à un milliard 300 millions d’euros.

Source: http://www.rfi.fr/moyen-orient/20110430-violences-syrie-communaute-internationale-prend-sanctions

Tag(s) : #International