Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CNP-MontrealNous, la communauté guinéenne du Canada réunie le 29 Septembre 2012 au sein de la Concertation Non-Partisane, avons dressé un diagnostic exhaustif et objectif de la situation de la corruption en Guinée. La Concertation Non-Partisane de Montréal décide de l’adoption de la présente résolution, dénommée « Résolution de Montréal contre la corruption en Guinée ». La Résolution comprend les observations, les réclamations et les interpellations ci-dessous.

 

La Résolution de Montréal :

 

1.   Condamne de toute son énergie les répressions des 3 et 4 août 2012 perpétrées contre les populations de la zone minière de Zogota qui réclamaient leur part dans l’exploitation des ressources minières de leur localité;

 

2.   Observe que la misère des populations guinéennes augmente au fur et à mesure que s’intensifie l’exploitation des ressources de la Guinée;

 

3.   S’indigne du fait que, malgré toutes les potentialités dont dispose la Guinée, jusqu’à nos jours plus 70% des populations guinéennes vivent en dessous du seuil de pauvreté;

 

4.   S’indigne de l’accroissement insolent des inégalités entre riches et pauvres en Guinée;

 

5.   S’indigne du fait que la Guinée se retrouve parmi les 10 derniers pays du monde sur l’Indice de Développement Humain des Nations Unies;

 

6.   S’indigne que des personnalités accusées et inculpées pour détournements de biens publics soient nommées aux plus hautes fonctions publiques en Guinée; et

 

7.   S’indigne du rang de 164ème sur 180 pays que la Guinée occupe dans l’Indice de perception de la corruption de l’organisation Transparency International.

 

Au regard de ces éléments, la « Résolution de Montréal » réclame :

 

1.   La création et la constitutionnalisation d’un « Organe Anticorruption Indépendant » disposant du pouvoir d’enquêter sur les allégations de corruption, de détenir des personnalités aux fins des enquêtes, et de saisir les biens et les propriétés des personnes impliquées dans des affaires de corruption en Guinée;

 

2.   L’adoption d’une « Charte sur la transparence des dépenses publiques » comprenant le Pacte d’Intégrité de Transparency International, une liste noire des entreprises corruptrices, un Système de contrôle par les citoyens, et un Mécanisme d’évaluation par les pairs;

 

3.   L’obligation constitutionnelle pour l’ensemble des élus et des membres du gouvernement de publier leurs patrimoines et leurs sources de revenus, assortit de l’obligation de justifier toute accumulation de « richesses non-justifiées » au cours et à la fin de leurs fonctions publiques;

 

4.   L’adoption d’un « Code d’éthique et de bonne conduite » pour les fonctionnaires de l’État, assortit d’une obligation de se soumettre périodiquement à une évaluation du respect de ce code d’éthique;


5.   L’instauration d’un « Système local d’intégrité » au sein de l’ensemble des collectivités locales en Guinée, assortit de la participation des citoyens dans la conception et le contrôle de l’exécution des budgets locaux;

 

6.   Le renforcement des pouvoirs de l’Assemblée nationale sur le contrôle de l’action du gouvernement, notamment le pouvoir donné à l’Assemblée nationale de questionner les membres du gouvernement sur leurs actions et d’opposer une motion de censure contre un membre du gouvernement;

 

7.   L’adoption d’une « législation anticorruption » comprenant une loi sur les conflits d’intérêts et le népotisme, une loi sur la possession de richesses non justifiées, une loi sur la protection des acteurs de lutte contre la corruption, et une loi garantissant la protection des journalistes et la liberté de la presse; et enfin

 

8.   La ratification par la Guinée de la « Convention des Nations Unies contre la corruption » et celle de « l’Union Africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption ».

 

À partir de ce vingt-neuvième jour du mois de septembre de l’an deux-milles douze, la Concertation Non-Partisane invite le gouvernement guinéen, les élus locaux et les différents partis politiques guinéens à entreprendre toutes les actions nécessaires pour donner corps et effets à la « Résolution de Montréal ».

 

La Concertation Non-Partisane exhorte l’ensemble des guinéennes et guinéens, quelques soient leurs appartenances politiques ou ethniques, qu’elles/ils soient en Guinée ou hors de la Guinée, à soutenir la « Résolution de Montréal ». C’est une résolution adoptée par des guinéennes et guinéens convaincus qu’une Guinée au-delà du parti et de l’ethnie est la solution.

 

Fait à Montréal le 29 Septembre 2012

Tag(s) : #Société-Guinée