Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CHILE_0.JPGLe président chilien Sebastian Piñera a promis qu’il n’accorderait aucune grâce aux condamnés pour crimes contre l’humanité sous la dictature d’Augusto Pinochet. L'Eglise catholique avait proposé le 20 juillet 2010 de gracier, à certaines conditions, des militaires coupables de violations des droits de l'homme sous la dictature (1973-1990), pour « raisons humanitaires », à l'occasion du bicentenaire de l'indépendance du Chili, commémoré le 18 septembre.

Il n’y aura pas de grâce pour ceux qui ont commis des crimes contre l’humanité sous la dictature d’Augusto Pinochet. La semaine dernière, les Eglises catholique et évangélique avaient fait une proposition dans ce sens au président Sebastian Piñera qui a été clair, en affirmant : « Tous les condamnés pour ces crimes purgeront leur peine normalement ». Une décision applaudie à gauche.

Depuis plusieurs semaines, le débat faisait rage. Du côté des familles de disparus sous la dictature, c’est encore la méfiance. La présidente de l’association de ces familles, Lorena Pizarro, espère que Piñera ne jouera pas sur les mots. Autrement dit, que l’expression « condamnés pour crimes contre l’humanité » englobe bien tous les condamnés pour violation des droits de l’homme.

Sebastian Piñera a exclu une grâce générale. Le président décidera au cas par cas. Il promet d’améliorer les conditions de vie des détenus et de construire de nouvelles prisons. La surpopulation carcérale est constamment dénoncée par les ONG internationales.

Source: http://www.rfi.fr/ameriques/20100726-le-president-chilien-refuse-gracier-militaires-coupables-crimes-contre-humanite

Tag(s) : #Amérique du Nord