Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

syrie-sommet-tunis.jpgPays occidentaux et membres de la Ligue arabe sont réunis vendredi à Tunis pour un sommet international sur la Syrie, rencontre boycottée par la Chine et la Russie, principaux alliés du régime syrien.

En ouverture du sommet, le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil Elarabi, a réclamé que le Conseil de sécurité des Nations unies adopte dans l'urgence une résolution appelant au cessez-le-feu en Syrie.

« Cette conférence devrait prendre des décisions pratiques et donner la priorité à une résolution urgente du Conseil de sécurité sur un cessez-le-feu », a-t-il déclaré.

Le président tunisien Moncef Marzouki a quant à lui appelé à la création « d'une force arabe » pour « le maintien de la paix et de la sécurité » en Syrie pour « accompagner les efforts diplomatiques ».

« La situation actuelle exige une intervention arabe dans le cadre de la Ligue arabe, une force arabe pour préserver la paix et la sécurité, et pour accompagner les efforts diplomatiques pour convaincre Bachar de partir », a précisé M. Marzouki.


Entrevue avec Bassma Kodmani, membre du bureau exécutif du Conseil national syrien, réalisée par Kamel Bouzeboudjen

Les dirigeants accueillis par des manifestants

Avant même le début de la rencontre, les forces de l'ordre ont dû intervenir quand des dizaines de manifestants syriens et tunisiens ont tenté de pénétrer dans l'hôtel où doit se tenir la conférence. Les policiers tunisiens ont repoussé les manifestants à coups de matraque.

« Non au congrès des ennemis de la Syrie et des ennemis de la nation arabe! C'est un congrès pour les intérêts américains et sionistes », criaient les manifestants.

Un plan d'aide humanitaire

Des représentants et des ministres des Affaires étrangères de plus de 60 pays tenteront lors de cette conférence des « amis de la Syrie » de définir un plan d'aide humanitaire international au peuple syrien. Ils devraient aussi faire pression sur le régime de Bachar Al-Assad pour qu'il cesse la répression.

Le Canada est représenté par son ministre des Affaires étrangères, John Baird.

Dans un projet de communiqué final cité par l'agence de presse Reuters, les participants à la réunion demandent de pouvoir accéder aux villes de Homs, Deraa, Zabadani et aux « autres zones assiégées » et appellent à « un arrêt immédiat de toute violence ».

En outre, ils promettent de fournir dans un délai de 48 heures de l'assistance humanitaire nécessaire si la Syrie « cesse ses assauts contre les civils et autorise un accès ». Les pays réunis s'engagent également à appliquer les sanctions destinées à faire pression sur le gouvernement syrien pour arrêter les violences.

Le projet de communiqué ne fait toutefois pas mention d'une intervention militaire étrangère, à l'image de la stratégie employée par l'OTAN en Libye, il y a un an.

L'émissaire de l'ONU pour les questions humanitaires, Valérie Amos, doit participer à cette rencontre, ainsi que les représentants du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Le CICR dit ne pas avoir reçu de réponse du régime syrien à sa demande de trêve visant à acheminer de l'aide et à évacuer des blessés. Il a indiqué espérer « urgemment » une réponse « positive et concrète » de Damas à son offre.

Vers une reconnaissance de l'opposition?

La réunion de Tunis devrait aussi consacrer l'opposition syrienne, en appuyant particulièrement sa principale composante, le Conseil national syrien (CNS).

Sans aller jusqu'à une reconnaissance formelle, la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, a apporté jeudi un soutien de poids au CNS, en affirmant qu'il était « crédible » et qu'il offrait une solution de rechange au régime de Bachar Al-Assad.

Le Comité de coordination pour le changement national et démocratique (CCCND), un groupe d'opposition basé en Syrie, a décidé vendredi de boycotter la réunion de Tunis en réponse à ces propos de la secrétaire d'État américaine.

De son côté, le CNS a appelé vendredi les « amis de la Syrie » à équiper militairement l'Armée syrienne libre ainsi que toutes les formes de résistance populaire au gouvernement syrien.

Le Conseil national syrien a également indiqué que la prochaine conférence internationale sur la Syrie aura lieu à Istanbul, en Turquie, dans trois semaines.

La répression se poursuit

Sur le terrain, l'armée syrienne n'a pas relâché la pression qu'elle exerce sur la ville de Homs. Des tirs d'artillerie visant le quartier de Bab Amro ont fait cinq morts vendredi, selon des militants.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme rapporte que 18 personnes, dont 7 membres d'une même famille, ont été tuées dans un village de la province syrienne rebelle de Hama. Selon l'ONG, 86 personnes, en majorité des civils, ont été tuées au pays dans la seule journée de jeudi.

Par ailleurs, des militants syriens ont appelé les pays réunis à la conférence de Tunis à privilégier les actes aux paroles pour faire cesser la répression, selon une ONG syrienne. « Nous leur disons: "plus vous parlez sans agir, plus le régime va se venger de nous" », a affirmé à l'AFP un militant de la Commission générale de la révolution syrienne présent dans la ville de Homs.

Les militants anti-régime ont prévu vendredi une journée de manifestations sous le slogan « Nous nous soulèverons pour toi Baba Amr », selon la page Facebook The Syrian Revolution 2011.

Jeudi, l'ancien secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, a été nommé émissaire conjoint de l'ONU et de la Ligue arabe pour tenter de trouver une solution à la crise.

Depuis mars 2011, la répression a fait près de 7600 morts, selon des organisations syriennes de défense des droits de l'homme.

Dans une résolution adoptée massivement la semaine dernière, l'Assemblée générale de l'ONU avait demandé à Damas de mettre un terme à la répression féroce menée contre sa population civile et réclamé la nomination d'un envoyé spécial. La Russie et la Chine avaient voté contre, après avoir opposé leur veto à deux résolutions du Conseil de sécurité sur la Syrie.

Source: http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2012/02/24/005-syrie-sommet-tunis.shtml

Tag(s) : #Moyen et Proche Orient