Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

funerailles-nationales-jack-layton.jpgC'était le silence cet après-midi en plein centre-ville de Toronto. Devant le Roy Thomson Hall, la foule a attendu que le tout dernier porteur du cercueil de Jack Layton ne franchisse la porte avant de commencer à applaudir, doucement et avec déférence.

Sa veuve Olivia Chow a suivi, marchant seule en avant. Tout juste derrière elle, les deux enfants de M. Layton, Michael et Sarah ainsi que leurs conjoints, avançaient en ligne.

On dit que c'est le rêve de tout homme d'assister à ses propres funérailles. Si Jack Layton y avait assisté, il aurait sûrement apprécié. Après tout, c'est ce qu'il avait voulu.

La cérémonie était rassembleuse. C'était à la fois l'expression d'un deuil et un message politique. Rien n'était laissé au hasard. Après une prière autochtone en ouverture de Shawn Atleo, on a lu un passage de la Bible, de la Torah puis du Coran. Celui du Coran était lu par une femme.

Le révérend Brent Hawkes -connu entre autres pour sa défense des droits des gais- a ensuite brisé la tension avec sa bonhomie, qui rappelait celle de son ami, celui qu'on appelait simplement «Jack».

On a ensuite entendu une chanson en français, Croire, interprétée par Martin Deschamps. Puis une vidéo commémorative a vanté l'homme, et aussi le politicien. M. Layton a redonné un «sens de l'optimisme, de l'espoir et de la civilité en politique», y entendait-on. L'ancien chef du NPD Ed Broadbent, sa veuve Olivia Chow et quelques autres proches y ont offert des témoignages.

«Oui, je suis triste. Mais ne regardons pas en arrière, regardons en avant, ce qu'on peut accomplir ensemble pour s'assurer que la voix de Jack reste présente», affirme Mme Chow, aussi députée néo-démocrate.

Message politique

Très ému, l'ancien chef du NPD de l'Ontario, Stephen Lewis, a par après vanté la façon de «faire de la politique autrement» de M. Layton. Devant le premier ministre Harper, il a longuement rappelé les idéaux sociaux-démocrates du regretté chef de l'opposition à Ottawa. «On l'a ridiculisé, mais il s'est tenu droit», a-t-il rappelé.

M. Lewis a même dénoncé la Loi sur les mesures de guerre en octobre 70. C'est entre autres à cause de cette décision du gouvernement libéral de Pierre Elliott Trudeau que Jack Layton s'était tourné vers le NPD.

M. Lewis a expliqué que c'est grâce à «l'attrait» de Jack Layton et des valeurs sociales-démocrates des Québécois que M. Layton a obtenu des résultats historiques le 2 mai dernier.

Il a été suivi par son attaché de presse principal, Karl Bélanger, qui l'accompagne depuis son accession à la chefferie en 2003. «J'étais une entité plutôt rare à cette époque-là : un Québécois dans le NPD», s'est-il rappelé. Les ministres conservateurs présents sont restés les bras croisés pendant qu'il a raconté avec humour qu'il avait traversé le Canada «de droite à gauche» avec son patron.

Sur un pavé rempli de craie

À 5h30 ce matin, plus de 300 personnes attendaient déjà en ligne pour recevoir un bracelet donnant accès à la cérémonie. On en a accepté environ 700 à l'intérieur. Avant d'entrer, ils attendaient en face d'un écran qui montrait le visage de M. Layton, tout souriant. Au bas, ces mots en anglais et français : «Aimons, gardons espoir & restons optimistes».

Vers midi, quelque 1300 personnes sont venues dire adieu à M. Layton à l'hôtel de ville. Ils semblaient être aussi nombreux à assister au départ de la procession de cet endroit. La marche a commencé avec de solennels joueurs de cornemuse, qui marchaient sur un pavé rempli de messages d'amour écrits à la craie pastel.

Importante délégation

Une importante délégation de dignitaires assistait à la commémoration. Il y avait le premier ministre Stephen Harper et ses prédécesseurs Paul Martin et Jean Chrétien, le gouverneur général David Johnston, ainsi que dix ministres du cabinet Harper et plusieurs néo-démocrates du fédéral et des provinces.

«Il a prouvé que le service public n'était pas inutile», a raconté M. Chrétien.

Le Québec était représenté par la vice-première ministre, Nathalie Normandeau, et Pierre Moreau, ministre des Affaires intergouvernementales. Le premier ministre Jean Charest est en Asie. Son voyage était prévu avant le décès de M. Layton.

Il s'agit de la première fois que des funérailles nationales sont accordées à un chef de l'opposition.

Source: http://www.cyberpresse.ca/actualites/dossiers/jack-layton-1950-2011/201108/27/01-4429441-toronto-en-noir-et-orange-pour-jack.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B4_manchettes_231_accueil_POS1#Slide-0-box-0

Tag(s) : #Amérique du Nord