Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

flottille-liberte-gaza.jpgLes autorités de la Grèce ont arrêté samedi le capitaine d'un bateau faisant partie de la flottille pour Gaza qui tente d'acheminer de l'aide humanitaire au territoire palestinien.

Le capitaine de 60 ans, dont le nom n'a pas été dévoilé, est détenu dans les quartiers généraux de la police du Pirée. Il y restera jusqu'à son audience mardi.

Un membre de la garde côtière grecque a déclaré que le capitaine de l'Audacity of Hope était accusé d'avoir tenté de quitter le port sans permission et d'avoir mis la vie des passagers du bateau en danger. La deuxième accusation rend le capitaine passible d'emprisonnement.

Le bateau transportait 36 passagers, 4 membres d'équipage et environ 10 membres des médias. Vendredi, il a tenté de mettre les voiles à partir du port de Perama, mais les bateaux de la garde côtière ont rapidement contrecarré sa tentative. La même journée, la Grèce a annoncé qu'elle empêcherait les bateaux arrimés à ses quais de quitter ses ports en direction de Gaza.

À Jérusalem, Israël a nié avoir saboté des bateaux dont l'équipage souhaite contourner le blocus maritime israélien.

Les activistes ont accusé Israël d'avoir vandalisé deux bateaux amarrés en Turquie et en Grèce et qui faisaient partie de la « Flottille de la liberté » souhaitant atteindre le territoire palestinien.

Le porte-parole du ministre israélien des Affaires internationales, Yigal Palmor, a qualifié ces accusations de sabotage de « ridicules », les réduisant à de « tristes théories de complot ».

Selcuk Unal, le porte-parole du ministre des Affaires étrangères de la Turquie, a déclaré que les autorités avaient déterminé qu'un bateau irlandais, qui mouille dans le port turc de Gocek sur la mer Égée, n'avait pas été vandalisé.

Israël dit avoir imposé un blocus en 2007 afin d'empêcher que des armes soient distribuées au Hamas, qui contrôle Gaza. Les activistes estiment quant à eux que le blocus emprisonne les Palestiniens.

Joint en Crète par La Presse Canadienne, Stéphan Corriveau, du comité de direction du navire canadien, le Tahrir, a dénoncé les mesures du gouvernement grec, qu'il considère illégales et inadmissibles.

Mais M. Corriveau promet que les membres de la délégation canadienne de la flottille, qui compte quatre Québécois, débordent d'imagination et qu'ils prendront tous les moyens non violents à leur disposition pour mener à bien leur mission.

M. Corriveau rappelle que l'embarcation est en règle et que les inspecteurs n'ont rien trouvé d'illégal malgré leurs nombreuses fouilles depuis une semaine.

Il explique par ailleurs que les organisateurs sont parvenus samedi à mettre à l'eau de manière symbolique un petit bateau à rames chargé de médicaments.

Neuf activistes ont été tués sur un bateau turc l'an dernier, dans un raid d'Israël sur une flottille semblable.

Dans un communiqué, le groupe de médiateurs au Moyen-Orient, formé par les Nations Unies, l'Union européenne et la Russie, a dit qu'il demeurait préoccupé par les conditions de vie difficiles des Palestiniens à Gaza. Ils ont toutefois souligné qu'ils avaient remarqué « une augmentation marquée de la quantité et de la diversité de biens et des matériaux » qui étaient entrés à Gaza dans la dernière année.

Le groupe a demandé que la distribution de biens se fasse via les voies déjà établies, dont les passages israéliens et égyptiens font partie.

Il exige aux pays d'être « restrictifs et demande à tous les gouvernements impliqués d'utiliser leur influence afin de décourager la création de nouvelles flottilles ». Celles-ci mettraient en danger la vie de leurs participants et pourraient mener à une escalade de violence, indique le communiqué.

Source: http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/07/02/007-capitaine-arrestation-gaza.shtml

Tag(s) : #International