Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

charlie-hebdo.jpgUn incendie a lourdement endommagé les locaux de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, en France, qui s'apprête à diffuser un numéro spécial sur le printemps arabe et à représenter le prophète Mahomet en une.

Le feu, qui s'est déclaré dans la nuit de mardi à mercredi, a été déclenché par un cocktail Molotov, selon le directeur de la publication, Stéphane Charbonnier. La police dit pour sa part étudier les causes de l'incendie.

« C'est dramatique, tout est foutu », s'est désolé le chroniqueur Patrick Pelloux.

Pour son numéro spécial, Charlie Hebdo s'était rebaptisé « Charia Hebdo », et avait déclaré que Mahomet était son rédacteur en chef. Depuis l'annonce de la publication de ce numéro, le journal satirique avait reçu des lettres d'insultes et des menaces sur ses comptes Facebook et Twitter. Le journal avait par ailleurs déjà reçu des menaces, en 2006, lors de la publication des caricatures de Mahomet parues dans des journaux danois.

L'hebdomadaire dit qu'il prévoit toujours lancer sa publication, sur laquelle doit apparaître une caricature du prophète musulman, hilare, qui déclare « 100 coups de fouet si vous n'êtes pas morts de rire! ». Le numéro spécial se penche notamment sur l'élection en Tunisie du parti islamiste Ennahda et la décision du gouvernement par intérim en Libye de faire de la charia la base de la nouvelle législation du pays.

Le site Internet du journal a aussi été piraté mercredi matin. Une photographie d'une mosquée et un verset du coran y apparaissaient, avec l'inscription « No God but Allah » (Pas d'autre Dieu qu'Allah).

Les réactions fusent en France

Les membres de la gauche et de la droite de la classe politique française se sont publiquement indignés mercredi contre l'attaque présumée des locaux de Charlie Hebdo. « La liberté d'expression est un droit inaliénable dans notre démocratie », a déclaré le premier ministre français, François Fillion. « Aucune cause ne peut justifier un tel acte de violence », a-t-il ajouté.

La ministre de l'Écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, considère quant à elle que « ceux qui ont fait ça se désignent eux-mêmes comme des ennemis de la démocratie ».

Le président du Conseil régional du culte musulman, Hassan Moussaoui, a déclaré qu'il condamnait fermement l'incendie, mais qu'il condamnait aussi l'acte de Charlie Hebdo.

« La provocation, on la fait toutes les semaines. On a fait notre boulot », défend de son côté Stéphane Charbonneau sur les ondes de la radio Europe 1. « Il n'y a aucun dessin avec le prophète avec une bombe dans le turban. Il est simplement présenté comme un mec rigolard », explique M. Charbonneau, rappelant les caricatures publiées par le journal danois Jyllands-Posten en 2005.

Le journal assure qu'il n'est pas « contre les musulmans pratiquants », mais plutôt « contre tous les intégrismes religieux ».

Source: http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/11/02/003-charlie-hebdo-incendie.shtml

Tag(s) : #Europe