Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT SUR CE LIEN LE DOCUMENT COMPLET: LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES AU CANADA

La question du surendettement et de l’insolvabilité des ménages canadiens a fait l’objet de plusieurs analyses, notamment (Allen & Damar, 2012), (Alexander, Burleton, & Petramala, 2011) et (Crawford, Adviser, & Faruqui, 2012). Dans ce papier, adoptons une nouvelle approche d’analyse qui vient compléter les travaux déjà réalisés dans le domaine. Dans un premier temps, nous avons mis en évidence, non seulement l’évolution du niveau d’endettement des ménages canadiens qui s’élevait à 117.2% en 2011, mais aussi, le niveau de vie des ménages canadiens qui consommaient déjà en 2011 en moyenne 287 fois de plus que leur revenu moyen leur permettait. Alors que nous n’avons trouvé aucune situation de déséquilibre sur le segment des prêts hypothécaires, cependant, le segment des prêts à la consommation connaissent, depuis le début des années 2000, une flambée déstabilisatrice. Par ailleurs, alors que nous prouvons que la flambée sur le segment des prêts à la consommation n’est pas en mesure de remettre en cause la stabilité du système financier canadien, cependant, la manifestation de cette flambée pour les consommateurs s’avère inquiétante. En effet, en observant l’évolution du nombre de faillites de consommateurs au cours des 30 dernières années, il apparaît que le nombre moyen de faillite s’élève à 61,282 consommateurs. En cumulant les consommateurs en faillites au cours des 30 dernières années, nous atteignons le chiffre de 1,900,233.00 consommateurs. En y rajoutant le nombre de faillites des années 2012 et 13, nous atteignons 2,047,375.00 consommateurs en situation de faillite. C’est 5.76% de la population générale du Canada. En mettant en avant les conséquences de la faillite pour chaque consommateur, nous démontrons que la question du surendettement est avant tout une question humaine et sociale qui mérite une grande attention des autorités financières et politiques. Pour pouvoir, en tout temps mesurer l’état de la détresse financière des consommateurs, nous avons créé l’Indice de Détresse Financière (IDF). Alors que cet indice composite ne se situait qu’à 87.55 points en 1981, il atteint son plus haut en 2011 avec un niveau 147.5 points. Malgré que le système financier canadien soit stable, cependant un niveau de détresse financière de 147.5 points est une situation de profonde détresse pour les consommateurs canadiens. Finalement, alors que l’indice des conditions financière de la Banque du Canada n’en tenait pas compte, nous avons créé un indice augmenté des conditions financières au Canada qui tient compte de la détresse financière des consommateurs. Il en résulte une légère sous-évaluation des conditions financières au Canada. C’est une légère sous-évaluation qui, cependant, est non négligeable car elle concernait déjà en 2011 plus de 5.76% de la population canadienne.

Problématique

Selon la Deutsche Bundesbank (Deutsche Bundesbank, 2003), d’une manière générale, le terme de « stabilité financière » décrit un état stable dans lequel le système financier exerce efficacement ses fonctions économiques (l’allocation des ressources, la répartition des risques, le règlement des paiements, …), et est en mesure de le faire même en cas de chocs et de situations de profonds changements structurels. Suite à l’éclatement de la bulle immobilière en 2006 aux États-Unis, ainsi que la crise financière (connue sous le nom de « crise des subprimes ») qui s’en est suivi en 2007, il est apparu que l’un des facteurs déterminant de la stabilité financière est la capacité des consommateurs à honorer leurs engagements financiers.

Lorsque les consommateurs manifestent un défaut de paiement, cela provoque des pertes pour les institutions financières. Des défauts de paiement très volumineux et sous-évalués entraînent des pertes non-provisionnées par les institutions financières, ce qui, à travers des produits bancaires issus d’opérations de titrisation, peut affecter l’ensemble du système financier. Le risque systémique devenant ainsi permanent, alors s’en suit des conséquences dans l’économie réelle, notamment en matière d’allocation des ressources, de règlement des paiements, de chômage de masse et de récession économique. La crise des subprimes de 2007 survenue aux États-Unis en est la plus parfaite illustration. Parce que ces crises entraînent des coûts considérables pour toute économie, alors il est de l’intérêt des autorités financières de s’assurer en tout temps que l’évolution du niveau d’endettement et d’insolvabilité des consommateurs est contenu et non-menaçante pour la stabilité financière.

Alors que la crise immobilière de 2006 et celle des subprimes de 2007 aux États-Unis a très tôt revêtit un  caractère mondial, il apparaît toutefois que le Canada s’en est relativement bien sorti. Ce salut, le Canada le doit certainement à des règles beaucoup plus restrictives de son marché immobilier. Certes, le marché immobilier Canadien est relativement mieux encadré, cependant, il y a un sujet  qui perdure dans l’environnement financier au Canadien : c’est celui du surendettement des ménages. En effet, années après années, les ménages Canadiens sont de plus en plus surendettés sans aucune perspective dans le court et moyen terme d’inverser la tendance. Selon les données de Statistique Canada, le ratio de la dette moyenne d’un ménage sur le revenu moyen disponible est passé de 66 % en 1980 à plus de 150 % en 2011, pour enfin atteindre un nouveau sommet historique au troisième trimestre 2014 de 164,1 %. Cela met en évidence la fragilité et la détresse financière des ménages Canadiens.

Dans ce contexte, il apparaît intéressant d’étudier la problématique entourant le surendettement des ménages Canadiens. En d’autres mots, faut-il qualifier ce laisser-aller du phénomène de surendettement comme une marque de confiance des autorités financières à la qualité des dettes des consommateurs Canadiens? Le système financier Canadien ne nourrit-il pas les germes des subprimes? Quels sont les facteurs et les forces déterminantes du surendettement et de l’insolvabilité des ménages Canadiens? Faut-il croire que l’accroissement du nombre de consommateurs insolvables ne concerne pas, ou ne concerne qu’une faible part des dettes hypothécaires? À supposé que les ménages surendettés et insolvables soient majoritairement des ménages non-propriétaires, ne faudrait-il pas s’en occuper malgré tout? Le cas échéant, cela ne contribuerait-il pas à l’accroissement de la pauvreté et des inégalités? Finalement, quels risques la détresse financière des consommateurs Canadiens fait-il peser sur la stabilité du système financier au Canada? Est-ce un risque négligeable ou potentiellement déstabilisant?

Matériel et méthodes

Dans ce papier, afin d’apporter des réponses à toutes ces questions relatives au surendettement des ménages Canadiens, non seulement nous allons obéir à une méthode de travail, mais de plus, nous allons employer des techniques de modélisation empiriques. Notre méthodologie de travail consiste en quatre principales étapes :

  • La première étape consiste à analyser un ensemble des séries de données couvrant la période de 1981 à 2011. Ces analyses de données nous permettront non seulement de  mieux appréhender les mouvements qui entourent le phénomène du surendettement des consommateurs, mais aussi, de mettre en évidence les déséquilibres sous-jacents à ce phénomène;
  • La deuxième étape consiste à créer un Indice de Détresse Financière (IDF). Cet indice permettra, non seulement de capturer toute la complexité et toutes les manifestations de la détresse financière des consommateurs, mais aussi,  d’observer et suivre de manière pertinente et simplifiée l’évolution de la détresse financière des consommateurs;
  • La troisième et dernière consiste à créer un indice augmenté des conditions financières au Canada afin de pouvoir mieux mesurer l’impact de la détresse financière des consommateurs sur l’ensemble du système financier.

 

TÉLÉCHARGER ICI LE DOCUMENT COMPLET EN FORMAT PDF : LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES AU CANADA

SURENDETTEMENT ET INSOLVABILITÉ DES MÉNAGES AU CANADA

Tag(s) : #endettement, #surendettement, #stabilite financiere, #stabilite, #financiere, #indice detresse financiere, #mamadou, #oury, #diallo