Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

hezbollah.jpgLe Liban connaît une nouvelle grave crise politique. Les dix ministres du Hezbollah et des partis alliés dans la coalition du 8 Mars ont claqué la porte du gouvernement d'union nationale, mercredi 12 janvier, pour protester contre la mise en place du tribunal de l'ONU sur la mort de Rafic Hariri.

Le Hezbollah et ses alliés comptent dix ministres, mais une onzième démission entrainerait la chute du gouvernement de Saad Hariri. Selon la Constitution, le gouvernement, qui compte actuellement trente ministres, s'effrondre si plus d'un tiers de ses ministres se retirent.

Mardi, le Hezbollah, qui s'attend à ce que certains de ses éléments soient mis en accusation par le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) dans le meurtre en 2005 de l'ancien premier ministre libanais Rafic Hariri, avait donné un délai "de quelques heures" au gouvernement de Saad Hariri pour prendre une décision concernant "ce tribunal qui divise le pays". Le premier ministre Saad Hariri effectue cette semaine une série de rencontres aux Etats-Unis avec la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, le président français Nicolas Sarkozy, en visite aux Etats-Unis, et le roi saoudien, en convalescence dans le pays. Il doit également rencontrer le président américain Barack Obama pour discuter, entre autres du TSL, qui doit rendre prochainement son acte d'accusation dans l'assassinat.

Interrogée par Al-Arabya, la chaîne satellitaire basée à Dubaï, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a expliqué que "la justice est un élément important et à terme stabilisateur dans toute société car si les gens vivent dans la peur, ceux qui détiennent les armes peuvent imposer leur loi. La justice est nécessaire pour avoir la stabilité". La secrétaire d'Etat a cependant souligné que "le gouvernement et le peuple du Liban doivent demander des comptes aux individus, et non aux groupes auxquels ils appartiennent""Les individus doivent être jugés en tant que tels" et non en tant que membre d'un parti politique, a-t-elle souligné.

Source: http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/01/12/le-hezbollah-et-ses-allies-font-pression-sur-le-gouvernement-de-saad-hariri_1464395_3218.html

Tag(s) : #Moyen et Proche Orient